Trucs et astuces pour investir à la bourse

De plus en plus de gens s’intéressent aux investissements boursiers, alors qu'il n’est plus nécessaire d’engager un intermédiaire pour le faire à notre place. Que faut-il savoir avant de se lancer? Comment vous informer adéquatement? Est-il nécessaire d’être riche pour gagner de l’argent en bourse?

Finances personnelles
Cotes boursières sur l'écran d'un téléphone mobile.
Photo : Austin Distel. Source : Unsplash
Photo : Austin Distel

Nous avons posé trois questions à Paul Bourget, formateur spécialisé en éducation financière et concepteur du concours Bourstad.

Quelles sont les premières étapes avant d'investir son argent?

Supposons que vous êtes un épargnant qui veut commencer à investir de l’argent sur les marchés boursiers. Il faut réfléchir au pourquoi. Quels objectifs voulez-vous atteindre en effectuant cet investissement? Vos objectifs de placement doivent être cohérents avec votre profil d’investisseur. Pour simplifier, on peut définir trois profils d’investisseur : a) l’investisseur prudent, b) l’investisseur intermédiaire et c) l’investisseur audacieux.

Il vous faut aussi réfléchir au comment. Quel sera votre degré d’implication dans la gestion de vos actifs financiers? Si vous avez une somme très importante à placer, vous voudrez peut-être opter pour la gestion privée*. Si vous ne disposez pas d’une somme aussi importante, mais que vous voulez être soutenu par un conseiller, vous pouvez faire appel à un gestionnaire de portefeuille* en gestion partagée – il gère en même temps les épargnes de plusieurs personnes – ou opter pour la gestion encadrée par un conseiller en placement à l’emploi d’un courtier de plein exercice*. Vous pouvez enfin vous occuper entièrement de la gestion de portefeuille en faisant appel à un courtier à escompte*.

Photo : Tom Rogerson
Photo : Tom Rogerson. Source : Unsplash.

Comment faire ses recherches et analyser les tendances particulières d'une industrie?

Ces tâches mettent à l’épreuve votre compétence informationnelle. On le sait, nous sommes à l’ère de l’information et celle-ci est très abondante et facilement accessible. Tout le défi réside a) dans la capacité à filtrer cette manne de façon appropriée et b) dans la possibilité de dénicher à coût raisonnable de l’information de qualité. C’est ici que BAnQ et les bibliothèques spécialisées viennent à la rescousse des investisseurs. On trouve sur leurs sites Web ou dans leurs édifices l’information publiée par des services d’information financière spécialisée, des banques de données qui permettent de consulter des milliers de publications périodiques, des articles scientifiques, des analyses industrielles, etc.

On peut aussi trouver dans l’information gouvernementale ou dans celle produite par des services spécialisés comme First Research des analyses industrielles mises à jour régulièrement.

Photo : Gerd Altmann
Photo : Gerd Altmann. Source : Pixabay.

Faut-il investir beaucoup d'argent pour espérer avoir un bon rendement?

Le rendement est le rapport entre les profits réalisés et le montant investi. En principe, le rendement ne devrait pas dépendre du montant investi. En pratique, les petits investisseurs doivent souvent acquitter des frais de gestion plus élevés en pourcentage du montant qu’ils ont investi, ce qui peut donner un rendement net moins intéressant, en particulier lorsque le marché en général performe moins bien.

Les petits épargnants ont aujourd’hui davantage accès à des solutions de placement dont les frais de gestion sont faibles. En faisant appel au courtage à escompte, l’épargnant se voit imposer des frais peu élevés, par exemple 10 $ ou moins, pour chaque transaction effectuée. Certains courtiers ont même éliminé ces frais pour certains titres. Un épargnant peut aussi confier la gestion de son épargne à un robot-conseiller* et ne payer qu’un taux de frais jadis réservé à ceux qui investissaient des sommes beaucoup plus importantes. Enfin, on a observé ces dernières années la popularité croissante des fonds négociés en bourse*, un type de fonds dont le taux de frais ne représente que le dixième de ce qu’aurait coûté un fonds traditionnel en frais de gestion.

Photo : Steve Buissinne
Photo : Steve Buissinne. Source : Pixabay.

Pour en apprendre plus

Consultez la base de données Value Line et faites vos recherches avant d’investir. Obtenez des rapports d'industries et d'entreprises américaines, des notations financières, des indicateurs de performance ainsi que des analyses boursières approfondies.

* Glossaire

Courtier à escompte : Site Web par l'entremise duquel vous pouvez acheter ou vendre des actions, des obligations, des options, des parts de fonds communs ou d'autres valeurs mobilières. Ce site ne vous donne toutefois pas de conseils.

Courtier de plein exercice : Société de courtage qui, contrairement au courtier à escompte, offre des conseils financiers. Comme les courtiers à escompte, ils permettent à leurs clients d’acheter ou de vendre des actions, des obligations et d’autres produits financiers. Leurs clients ne peuvent toutefois pas faire des transactions directement, mais par l’entremise d’un conseiller en placement travaillant pour le courtier.

Fonds négocié en bourse (FNB) : Fonds d'investissement dont les titres sont négociés comme des actions en bourse. En investissant dans un FNB, vous acquérez des parts dans ce fonds, un peu comme si vous achetiez des actions pour détenir des parts dans une entreprise cotée en bourse. Ces parts se vendent à un prix qui peut varier dans le temps, comme une action.

Gestion privée : Couvre la gestion de l'investissement et les sept champs de la planification financière : assurances, finances, placements, fiscalité, retraite, succession et aspects légaux. Les clients sont d’habitude bien nantis et leur situation présente une plus grande complexité.

Portefeuille : Somme de tous vos actifs financiers. Le degré de diversification de votre portefeuille doit permettre d'atteindre l'équilibre entre le risque, la volatilité et la rentabilité, tout en tenant compte de la durée prévue des placements.

Robot-conseiller : Service faisant appel à un logiciel sophistiqué pour effectuer le travail d’un gestionnaire de patrimoine, mais des personnes en chair et en os existent toujours derrière l’écran.

« Courtier de plain exercice », Hardbacon.

« 3 choses à savoir avant de choisir un robot-conseiller », Hardbacon.

LEROUX, Rémi et Frédéric PERRON, « Investir soi-même : comparatif de 13 sites de courtage en ligne », Protégez-vous, 10 décembre 2021.

TISON, Marc, « Un peu de gestion de vocabulaire : Quelle est la différence entre gestion de patrimoine, gestion privée et family office? », La Presse Affaires, mai 2013.