Montréal en roue libre

Zoom sur la pratique du vélo urbain, avec gros plan sur la première carte du réseau cyclable de la métropole et clin d’œil au premier Tour de l’île.

Histoire du Québec (1867-1944) Histoire du Québec (1945-1979) Sports
Photo ancienne présentant deux jeunes femmes à vélo.
Cycling. Rules for Cyclists. Peggy and Doreen. 10 mai 1941. Fonds Conrad Poirier. Archives nationales à Montréal.

Réseau cyclable à Montréal : d’hier…

On en connaît un rayon sur la pratique du vélo à Montréal, mais qui saurait dire depuis quand on y pédale? Cela fait un bail, si on se fie à cette carte datant de… 1897! Un constat : le réseau routier parcourable à deux roues était déjà vaste à l’époque, couvrant la majorité de l’île ainsi qu’une partie de la Couronne Nord et de la Rive-Sud. « Les meilleures routes sont indiquées par des tirets rouges alors que les routes normales le sont par une ligne rouge continue », précise la description du plan. 

En l’examinant de plus près, on remarquera les publicités dans les marges, notamment pour la compagnie d’assurance Dominion Burglary Guarantee, qui met en garde contre le vol de vélo (problème toujours d’actualité), et les manufacturiers de pneus Hartford et Vim (depuis disparus et oubliés).

… à aujourd’hui

À titre comparatif, on jettera un œil sur la carte des voies cyclables de Vélo Québec édition 2024. Cet outil détaillé témoigne du chemin parcouru en un siècle : aujourd’hui, quantité de pistes, sentiers et routes vertes sont mis au service de la bicyclette, sans oublier le transport intermodal (navette fluviale, métro…) qui élargit le champ des possibles. 

La fête à bicyclette

Associée au retour du printemps, la pratique du vélo prend des airs festifs à Montréal fin mai, début juin : le Tour de l’île, dans ses versions diurne et nocturne, fait pédaler petits et grands depuis bientôt 40 ans.

Or, sa première édition s’était tenue en… octobre, et dans des conditions plutôt difficiles – en témoigne cet article de La Presse –, mais le plaisir avait quand même trouvé sa place sur le porte-bagages.

Depuis, Montréal n’a jamais trop rétropédalé et la bicyclette a plus que jamais sa place dans le paysage urbain montréalais. Qu’en penseraient les cartographes de 1897?