• Mon dossier

Les lauréats

Concours 2020-2021

Bourses doctorales

Caroline Desruisseaux
Département des sciences humaines, Université du Québec à Trois-Rivières
« Les conflits environnementaux au Québec (1970-2014) – Représentations, identités et pouvoirs »

  • Résumé
    Depuis les années 1970, comment les représentations véhiculées par les groupes de pression autochtones et allochtones pour appuyer, critiquer et orienter la gestion des ressources naturelles ont-elles favorisé la collaboration? Comment ces représentations ont-elles contribué à redéfinir le rapport à l’environnement dans la société québécoise? Pour répondre à ces questions, je m’intéresse à quatre conflits environnementaux : celui du développement hydroélectrique, celui de l’exploitation forestière, celui de l’extraction uranifère et celui de la gestion de la chasse aux caribous. Les archives de BAnQ me sont précieuses dans cette entreprise. J’aurai recours aux fonds du ministère des Richesses naturelles (E20), du ministère des Terres et Forêts (E21), du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (E78) et du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (E57). Plus encore, j’observerai des documents du ministère des Communications (E10, S77), du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (E9, S777) et du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche (E22, S4). Outre les sources ministérielles, j’aurai recours aux documents de la Fondation québécoise en environnement (P936), de la Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages (P246), du Forum Environnement (P847), de l’Office de planification et de développement du Québec (E32), du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (E82) et du Conseil de la conservation de l’environnement (E63). Finalement, quelques fonds privés seront feuilletés, tels que le fonds de Victor Goldbloom (P657), celui de Lucien Bouchard (P718, S4, SS1), celui de Christos Sirros (P723, S4), le fonds de l’Association forestière de l’Abitibi-Témiscamingue (P104) et le fonds du Conseil régional de l’environnement de l’Est-du-Québec (P39). En créant une base de données exhaustive à partir des collections de BAnQ et en analysant ces données, je contribuerai à la recherche puisqu’il existe à ce jour très peu d’études retraçant l’histoire des mobilisations environnementales au Québec dans une perspective interculturelle.

 

Ian Mercier
Département des sciences humaines, Université du Québec à Trois-Rivières
« La propriété en conflit – Justice et droit du logement à Montréal (1945-1985) »

  • Résumé
    Mon projet se concentre sur les conflits judiciaires reliés au logement et vise à mieux comprendre les rapports sociaux, économiques et juridiques qui structurent l’évolution du marché locatif entre 1945 et 1985 à Montréal. Un des objectifs de recherche consiste à rendre compte de la dialectique qui unit les normes formelles de droit et la réalité des litiges vécue concrètement dans le domaine de l’habitation. Pour ce faire, je mets à contribution les archives judiciaires conservées à BAnQ, plus précisément les causes relatives au logement à Montréal pour les années 1950, 1960, 1970 et 1980. Les conflits reliés à la location d’immeubles résidentiels ont été entendus dans différentes cours dans la seconde moitié du XXe siècle. Les dossiers qui opposent les locataires et les propriétaires se retrouvent même dans plusieurs fonds pour une même année. Nous mettrons à contribution : le fonds Cour supérieure – Greffe de Montréal (TP11, S2), le fonds Cour de magistrat pour le district de Montréal (TL196), le fonds Cour provinciale – Greffe de Montréal (TP13, S2) ainsi que le fonds Régie du logement (E34). L’étude de conflits judiciaires permettra d’adopter une approche mixte qui étudie simultanément les contraintes imposées par l’action de l’état et la justice ainsi que les stratégies quotidiennes et informelles des populations à l’échelle locale. À la différence des approches classiques, centrées sur l’étude des mouvements sociaux de locataires et sur l’analyse des modes de gouvernance municipale, cette recherche, qui s’appuie sur les archives judiciaires de BAnQ, réunira dans une même étude les deux protagonistes du marché du logement, lesquels sont généralement étudiés isolément.

 

Bourse sur un sujet lié à la bibliothéconomie ou à l’archivistique

Simon-Olivier Gagnon
Département des sciences historiques, Université Laval
« Archives et radios communautaires – Concevoir une archivistique communautaire »

  • Résumé
    En examinant les publications de la communauté archivistique québécoise, on ne trouve pas d’étude concernant les archives des organismes communautaires. En revanche, ces archives font l’objet de réflexions dans le monde anglophone sous le vocable community archives et en France sous celui d’« archives associatives ». Les quelques publications francophones et la profusion de publications anglophones à ce sujet montrent que la discipline ne se préoccupe pas seulement de la pratique archivistique dans un cadre institutionnel étatique. Un des objectifs de notre travail consistera à concevoir ce que pourrait être une « archivistique communautaire » au Québec, en reconnaissant qu’elle se définit à mi-chemin entre l’acception anglophone et l’acception française de ces champs d’études.

    Notre recherche propose de faire un état des lieux des archives de trois radios communautaires (CKRL, CIHW et CKIA), en identifiant les acteurs de ces organismes (bénévoles, employés, auditeurs, etc.), en étudiant leurs pratiques archivistiques et, enfin, en menant des entretiens avec ces acteurs pour connaître la manière dont ils se représentent leurs propres pratiques. Il nous importe aussi d’analyser la trajectoire des documents, c’est-à-dire de reconstituer leur histoire, depuis leur création jusqu’à leur exploitation, en passant par leur conservation.

    Comme les archives des radios communautaires n’ont pas encore été étudiées par la discipline archivistique, on ne sait pas quels documents sont archivés ni les raisons pour lesquelles les acteurs de ces milieux les prennent en charge. En ce sens, de nombreux aspects des ensembles documentaires et des pratiques archivistiques de ces radios sont méconnus. La thèse que je propose vise à poser les bases d’une réflexion sur ces territoires inexplorés.

 

Bourses de maîtrise

Raphaël Bergeron-Gauthier
Département d’histoire, Université de Sherbrooke
« Joseph Drapeau (1752-1810) – Les stratégies familiales, professionnelles et foncières d’un seigneur-marchand canadien »

  • Résumé
    L’objectif de ce mémoire est d’analyser, d’une part, les stratégies familiales, professionnelles et foncières mises en place par Joseph Drapeau (1752-1810), un seigneur-marchand aux origines modestes qui a su se bâtir une fortune considérable. D’autre part, l’étude de la trajectoire individuelle de cet individu nous permettra de saisir les porosités qui ont caractérisé la transition entre deux modes de production économiques survenue au Canada au tournant du XIXe siècle. En diversifiant ses investissements, Drapeau a bénéficié de revenus en provenance de deux modes de production économiques. D’abord, il s’est créé un capital considérable avec ses diverses entreprises, dont ses chantiers de construction navale à la baie Saint-Paul et à Québec, qui s’harmonisent avec le mode de production capitaliste en pleine effervescence à la fin du XVIIIe siècle. Ensuite, il a généré du capital par l’entremise de ses nombreuses seigneuries qui sont des institutions d’Ancien Régime et dans lesquelles l’unité de production de base est la paysannerie. Les fonds d’archives Famille Tessier (P1), Joseph et Marie-Geneviève Drapeau (P30) et Luce-Gertrude Drapeau-Casault (P31), disponibles à BAnQ Rimouski, seront au cœur de nos analyses. Ces archives, qui comprennent de nombreux actes notariés, des actes judiciaires, des relevés de comptes, des testaments, des successions ainsi que des plans (seigneuries, possessions foncières, etc.), nous permettront de reconstituer le parcours d’ascension socioéconomique du seigneur-marchand canadien Joseph Drapeau. Elles fournissent les informations nécessaires pour expliquer comment Drapeau est parvenu à tirer simultanément profit de deux modes de production économiques. De façon générale, ces fonds d’archives nous permettent de mieux cerner le groupe des seigneurs-marchands canadiens dans un Bas-Canada en transition économique tout en montrant la part de l’individu et de la famille dans un parcours d’ascension socioéconomique..

 

Simon Dufour
Département des sciences humaines, Université du Québec à Trois-Rivières
« Régulation sociale et déviance ordinaire à Trois-Rivières, 1920-1950 – Le traitement en justice de la petite criminalité »

  • Résumé
    Dans le cadre de mes recherches de maîtrise, j’exploite les documents du fonds d’archives de la Cour de magistrat pour le district des Trois-Rivières (TL257), particulièrement la série 1 (Matières criminelles en général), disponibles au centre BAnQ Trois-Rivières. Le principal objectif de mon projet est de comprendre l’évolution de la gestion de l’ordre social à Trois-Rivières de 1920 à 1950, période au cours de laquelle la municipalité et sa région connaissent des bouleversements structurels importants (sous-financement, problèmes de logements, crise économique). C’est aussi durant cette période que cette cour produit les dossiers qui décrivent certaines infractions tout en donnant un aperçu du parcours des prévenus, de l’arrestation jusqu’au verdict rendu. J’analyse successivement les visages de la petite criminalité, le processus judiciaire et les peines attribuées aux individus jugés déviants et problématiques par les autorités locales. De plus, j’examine les liens entre ces pratiques judiciaires et les changements vécus par la société trifluvienne. Ce tribunal avait comme mandat de traiter, au quotidien, la majorité des crimes en société. Les comportements immoraux (ivresse, prostitution, vagabondage), les infractions aux règlements municipaux et les actes violents de petite envergure ne sont en effet que quelques exemples des délits qui y sont jugés. L’étude d’un échantillon des dossiers de ce tribunal me permet d’en comprendre les pratiques et le fonctionnement, et de voir comment ce dernier s’insérait dans le tissu institutionnel local et régional. En jumelant les archives inexploitées de cette cour à des sources externes, comme les procès-verbaux du conseil municipal et les journaux locaux actifs durant la période concernée, je mets également en évidence l’expérience du recours en justice telle que vécue par les gens de toutes les strates sociales. Enfin, j’espère contribuer aux connaissances concernant les tribunaux québécois et leur évolution, particulièrement durant cette période méconnue du passé judiciaire de la province.