Le saviez-vous?

Le saviez-vous? Art de vivre Arts et culture Histoire et géographie Langues et littérature Sciences Société

Q

Quelle place les topinambours occupaient-ils dans l’alimentation des Amérindiens?

R
« Carte geographique de la Nouvelle Franse », Samuel de Champlain, 1612
Détails de la « Carte geographique de la Nouvelle Franse » représentant la partie aérienne du topinambour, en arrière-plan des Amérindiens.

Collection numérique, Cartes et plans, BAnQ

Avant l’arrivée de l’agriculture, c’est surtout en période de disette que les Autochtones mangeaient les racines tubéreuses du topinambour.

Plus tard, les topinambours ont été surtout bouillis dans l’eau salée, apprêtés en accompagnement des viandes et des poissons, intégrés à des soupes avec des haricots blancs, à du bouillon d’oiseau sauvage ou à des ragoûts de chevreuil. Ils pouvaient aussi être simplement séchés.

La truffe du Canada

Introduite en Europe au début du XVIIe siècle par Samuel de Champlain, la racine, qu’on appelait alors truffe du Canada ou pomme du Canada, n’a pas connu tout de suite un grand succès chez les habitants de l’Ancien Monde, qui refusaient de manger comme les « sauvages ». 

En Nouvelle-France, les colons ont commencé à apprêter les topinambours dans du beurre, en sauce blanche, en purée et en gratin, en remplacement des pommes de terre.

Origine du mot topinambour

L’appellation actuelle est due à une confusion du botaniste de la cour Carl von Linné, qui croyait que le légume avait été apporté par les représentants très populaires de la tribu brésilienne des Tupinambas, présentés à Paris vers 1613 comme des curiosités.

Les racines tubéreuses étaient appelées crompire (ground pear) par les Flamands et Jerusalem artichoke par les Anglais.

Pour en savoir plus :

__________

Vous devez être abonné aux services à distance ou avoir une carte d’abonné pour accéder aux ressources suivies de l'icône Clé. - Vous n'êtes pas abonné?

Publié le 05 octobre 2015

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.