Le saviez-vous?

Le saviez-vous? Art de vivre Arts et culture Histoire et géographie Langues et littérature Sciences Société

Q

Quel est le livre imprimé le plus ancien dans les collections de BAnQ?

R
Summa de sponsalibus et matrimoniis
Première page du Summa de sponsalibus et matrimoniis.

Collection numérique, BAnQ

Il s’agit du Summa de sponsalibus et matrinoniis, aussi connu sous le nom de Summa super quarto Decretalium. Cet ouvrage de droit canonique de Giovanni d'Andrea (1270?-1348) a été  publié à Bâle vers 1473 par Martin Flach.

Ce texte de 17 pages n’a pas de page de titre ni de pagination. Ces deux éléments sont caractéristiques de plusieurs ouvrages européens que l’on appelle incunables, ce qui en latin signifie « le berceau » ou « l’origine ». Imprimés entre 1450 et 1501, ces ouvrages sont les premiers livres produits à l’aide des caractères mobiles, invention de Johannes Gutenberg (vers 1400-1468).

En l’absence de page de titre comme on les connaît aujourd’hui, on trouve parfois l’information sur le lieu, la date d’impression et l’imprimeur à la fin de l’ouvrage dans un court paragraphe que l’on nomme le colophon. Les incunables sont parfois difficiles à dater puisque la date de publication n’apparaît pas toujours au colophon, contrairement à ce qui est le cas pour l’exemplaire du Summa conservé par BAnQ. En cas d’absence d’information au colophon, le lecteur doit se tourner vers d’autres indices, notamment le nom de l’imprimeur ainsi que les caractères d’impression et le type de papier utilisés.

Les incunables de BAnQ

BAnQ préserve 73 incunables dans sa collection de livres anciens. La plupart de ces ouvrages sont publiés en latin, mais BAnQ détient trois titres en italien. Ces incunables couvrent divers sujets. Une bonne proportion de la collection traite de l’enseignement de la théologie et de la philosophie. À la création de la Bibliothèque nationale du Québec en 1968, l’institution ne possédait que trois incunables. En 1978, la Bibliothèque Antonienne des Pères Franciscains de Québec a décidé de se départir de 69 incunables et d’une centaine de postincunables (ouvrages imprimés entre 1501 et 1520). La Bibliothèque nationale a eu le privilège d’intégrer ces ouvrages à sa collection de livres anciens.

BAnQ ne fait plus d’achat de ce type d’ouvrages non relatifs au Québec; par contre, les dons d’incunables sont toujours acceptés afin d’enrichir la collection.

Publié le 14 septembre 2015

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.