English

Courir les Magasins: de la rue principale au centre commercialCourir les magasins: De la rue principale au centre commercial

Punaise
Punaise

Visite Libre - Montréal

Au milieu du 19e siècle, Montréal est la principale ville du Canada-Uni. Elle compte presque 90 000 habitants. Les industries profitent de ce bassin de main-d'œuvre pour s'implanter massivement. Les emplois attirent des immigrants et une partie de la population des campagnes. Ainsi, la population triple et atteint plus de 250 000 habitants en 1901.

Au 20e siècle, les usines se multiplient. Le manque d'espace et des incitatifs financiers les poussent à gagner les municipalités de banlieue de l'île. Des quartiers résidentiels populeux apparaissent autour des zones industrielles. La ville s'étend et finit par englober ses voisines, comme Hochelaga et Saint-Henri.

Après avoir connu des conditions de vie difficiles, les familles ouvrières voient leur pouvoir d'achat augmenter. À partir des années 1920, elles participent à une activité jusqu'ici réservée aux familles aisées : le magasinage. Il n'est plus rare d'aller dans les grands magasins comme ceux de la rue Sainte-Catherine. La société de consommation fait son apparition. Les nouvelles pratiques transforment le paysage de la métropole.

Les années 1950 marquent l'âge d'or des rues commerciales comme la rue Sainte-Catherine et la rue Saint-Hubert jusqu'à l'arrivée des centres commerciaux en périphérie, au cours des décennies suivantes. La construction de galeries commerciales au centre-ville survient par la suite.

 

 

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.
Visite Libre - Montréal - Cliquer pour agrandir
En une décennie à peine, la rue Sainte-Catherine perd sa vocation résidentielle pour devenir la principale artère commerciale de Montréal. L'installation d'auvents sur les façades des édifices témoigne de ce changement de vocation.

En une décennie à peine, la rue Sainte-Catherine perd sa vocation résidentielle pour devenir la principale artère commerciale de Montréal. L'installation d'auvents sur les façades des édifices témoigne de ce changement de vocation.Vers 1900
The Illustrated Post Card Co.
BAnQ, Centre d'archives de Québec
Collection Magella Bureau
P547,S1,SS1,SSS1,D2,P1458

Visite Libre - Montréal - Cliquer pour agrandir
En une décennie à peine, la rue Sainte-Catherine perd sa vocation résidentielle pour devenir la principale artère commerciale de Montréal. L'installation d'auvents sur les façades des édifices témoigne de ce changement de vocation.
Plan du site.