Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail Québec English Aide

FAMILLE DESSAULLES

À LA DÉCOUVERTE D’UNE DES FAMILLES
LES PLUS ILLUSTRES DU QUÉBEC…


Louis-Antoine Dessaulles (1818-1895)
Reproduction d’un original créé en 1861
Studio Notman & Son, Montréal
Vers 1920
P266,S3,SS1,P34

 

Fils aîné de Jean Dessaulles, seigneur de Saint-Hyacinthe et de Marie-Rosalie Papineau (sœur de Louis-Joseph Papineau), Louis-Antoine Dessaulles voit le jour le 31 janvier 1818. Élève au collège de Saint-Hyacinthe, puis au Petit séminaire de Montréal, il complète des études de médecine au Collège de Montréal après une brève incursion du côté du droit. Très près de la famille Papineau, Louis-Antoine Dessaulles prend une part active aux événements de la Rébellion de 1837 et partagera même brièvement l’exil parisien des Papineau en 1839.

Héritier de la seigneurie de Yamaska dès 1837, il s’implique dans la région en briguant la mairie de Saint-Hyacinthe qu’il occupe de 1849 à 1857. En 1851, il s’est porté candidat du Parti annexionniste dont il défend ardemment la thèse, mais il est défait. En 1850, il avait épousé sa petite cousine au troisième degré, Catherine-Zéphirine Thompson, petite fille de Marie-Louise Papineau, sa grand-tante9. Il accède par la suite aux fonctions de greffier de la Couronne et de greffier de la Cour des sessions de la paix pour le district de Montréal.

Journaliste, essayiste et libre-penseur, il se targue d’anticléricalisme. En raison de ses attaques répétées contre le clergé, il se voit frapper d’une condamnation épiscopale en 1869. Il publiera de nombreux articles à tendance libérale dans des journaux montréalais comme L’Avenir à compter de 1847 et Le Pays, « le journal des rouges », dont il sera cofondateur en 1852, puis rédacteur en chef de 1861 à 1863. Il remplit trois mandats successifs à la présidence de l’Institut canadien de Montréal de 1862 à 1867. Malencontreusement acculé à la ruine, Louis-Antoine Dessaulles se voit contraint de s’expatrier, d’abord à Gand en Belgique, puis à Paris en 1878 où il fut inhumé au cimetière de Pantin en août 1895.

 


9: Marie-Louise Papineau (1767-1839), sœur de Joseph Papineau, a épousé en 1788 Toussaint Truteau. L’une de leurs filles, Flavie Truteau épouse John Thompson en 1823. De cette union, naît Catherine-Zéphirine Thompson (1826-1891)

propos de BAnQ | Droits d'auteur | Confidentialité | Déclaration de services aux citoyens
 Dernière modification : 12 avril 2006 -- Dernière refonte : janvier 2006
   © Gouvernement du Québec, 2006-2007