Le théâtre québécois et ses multiples visages, d’hier à aujourd’hui

 

Bien que la première représentation théâtrale au Canada date du 14 novembre 1606 (Le théâtre de Neptune en la Nouvelle-France de Marc Lescarbot), la mise au monde du théâtre québécois de langue française se révèle plutôt difficile. Certes, le contexte historique du Québec, qui passe d’une colonie française fragile à un territoire bilingue contrôlé par des intérêts britanniques, n’a pas offert des conditions favorables au développement du genre dramatique. Trois siècles seront nécessaires pour qu’il sorte enfin de sa chrysalide. Non seulement le clergé et les élites conservatrices ne sont pas favorables à la créativité théâtrale, mais en plus, le manque de prise des Canadiens français sur les leviers politiques et économiques du Québec retarde l’émergence d’un théâtre répondant pleinement à leurs attentes.

 Le théâtre national, le théâtre « patriotique », encore sous influences étrangères, ne devient ce théâtre québécois que l’on connaît aujourd’hui qu’au cours de la seconde moitié du XXe siècle. « [Les] principaux artistes professionnels du Québec avaient fort bien compris que, pour survivre, ils devaient trouver une voie originale – une identité propre – qui leur éviterait d’avoir à subir à la fois la concurrence du théâtre américain, dont ils cherchaient à se libérer, et du théâtre français, dont ils refusaient d’être le banal sous-produit. »[1]

Aujourd’hui, le théâtre québécois semble s’être affranchi de toutes ces « barrières ». Il est reconnu dans le monde entier, autant pour ses textes que pour ses metteurs en scène ou même ses comédiens. Il s’est trouvé une identité. Il étonne par les sujets qu’il aborde et par la manière dont il les traite, par la polyvalence de ses comédiens, par l’apport des nouvelles technologies dans ses mises en scène, par sa langue…

 Le théâtre jeunesse et le théâtre de marionnettes, qu’ils soient destinés à un jeune public ou à des adultes, sont également bien présents dans le paysage du spectacle au Québec depuis le XXe siècle.

Bibliographie [PDF]

[1] LEGRIS, Renée et autres, Le théâtre au Québec, 1825-1980 — repères et perspectives, Montréal, VLB / Société d’histoire du théâtre du Québec / Ministère des Affaires culturelles – Bibliothèque nationale du Québec, 1988, p. 56.

 

Nos partenaires

Ville de Montréal. Fondation de BAnQ. Les Amis de BAnQ. Catalogue des bibliothèques du Québec. RDAQ. RFN.