L'Osstidcho - Les bandes audio retrouvées.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

L'Osstidcho

« On veut pas l'savoir, on veut l'voir [1]! »

Ou, à tout le moins, l'entendre!

Vous êtes au Théâtre de Quat'Sous le 20 juin 1968 ou à la Comédie-Canadienne en septembre 1968.

Martin Luther King et Robert Kennedy viennent d'être assassinés. En mai, Paris a résonné sous les coups des pavés. René Lévesque s'apprête à fonder le Parti québécois. Pierre Vallières a publié Nègres blancs d'Amérique. La pièce de théâtre Les belles-sœurs est lancée et dans quelques mois à peine s'amorcera le tournage de Valérie.

Devant vous, sur la scène, sans rideau, se trouve un vaste échafaudage. Les interprètes sont déjà sur scène, ils discutent, accordent leurs instruments, rigolent. Peut-être est-ce déjà commencé? Soudain, tout le monde grimpe dans l'échafaudage. Les musiciens du Quatuor du nouveau jazz libre du Québec ont de la difficulté à monter dans la structure : leurs instruments de musique et leurs grandes tuniques rouges les encombrent. Les autres, tout habillés de blanc, couleur de la chaux, redescendent tranquillement et arpentent la scène de long en large.

Vous êtes devant L'Osstidcho, un spectacle qui laissera une trace indélébile dans l'imaginaire collectif québécois. Pendant 35 ans, on a cru qu’il ne restait aucune trace de ce spectacle, mis à part l’enthousiasme de ceux qui avaient eu la chance d’y assister ainsi que des artistes qui s’en sont inspirés.

Des bandes sonores de deux des spectacles, ainsi qu'une myriade de photographies, affiches, programmes de spectacles, documents de toutes sortes et archives diverses ont cependant été découverts ou rassemblés par BAnQ et vous sont ici présentés pour une toute première fois.

Écoutez bien. Que le spectacle commence!


[1]. Yvon Deschamps, Cable TV, 1970-1971.


Plan du site | Accès à l'information | Accessibilité

Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Afficher le lecteur.
Afficher le lecteur.