L'Osstidcho - Les bandes audio retrouvées.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Les acteurs

Louise Forestier

Auteure-compositrice-interprète et comédienne.
Née Louise Belhumeur; Shawinigan, 10 août 1943.

Louise Forestier.Louise Forestier étudie à l'École Nationale de Théâtre (1962-1965), puis joue dans la pièce Les temples (1965) de Félix Leclerc ainsi que dans les comédies musicales Il est une saison (1965) et Ne ratez pas l'espion (1966) de Louis-Georges Carrier et Claude Léveillée. À la même époque, elle interprète des chansons de Boris Vian et Léo Ferré et remporte, en 1966, le trophée Renée-Claude décerné par la boîte à chansons montréalaise Le Patriote, en plus d'être élue découverte de l'année dans le cadre de l'émission de télévision Jeunesse oblige (SRC).

Elle commence ensuite à interpréter des chansons d'auteurs québécois et leur consacre son premier album en 1967. En janvier 1968, Louise Forestier partage la scène du Patriote avec Robert Charlebois qu'elle avait connu à l'École Nationale de Théâtre. En mai, elle participe avec lui, Mouffe, Yvon Deschamps et les musiciens du Quatuor de Jazz libre du Québec, à L'Osstidcho, un antispectacle qui marque l'histoire de la musique populaire au Québec. Charlebois et Forestier créent les chansons Lindberg et California, chantent ensemble à l'Olympia de Paris et sont les sujets du documentaire de Jean Dansereau et François Brault À soir, on fait peur au monde (ONF, 1969).

En décembre 1968, la même troupe se rassemble pour Peuple à genoux. L'année suivante, Louise Forestier joue, aux côtés d'Yvon Deschamps, Gilbert Chénier et Pauline Julien, dans les revues Moi, ma moman m'aime et Attends ta délivrance, en plus d'enregistrer son deuxième album éponyme en solo qui comporte les pièces Le cantic du Titanic, La douce Emma et From Santa to America.

En avril 1970, Louise Forestier est remarquable dans le personnage de Lyla Jasmin dans la comédie musicale Demain matin, Montréal m'attend de Michel Tremblay et François Dompierre. Elle participe à la tournée Musicorama '72 avec Joël Denis, les Karriks, Martin Peltier, Richard Huet et les Scarabés. C'est alors qu'elle s'associe avec le guitariste-chanteur Claude Lafrance (ex-Karriks) et forme un  groupe dirigé par le pianiste Jacques Perron (ex-Vos Voisins), créant un répertoire de style folk rock qui lui procure pendant quelques années de grands succès : La prison de Londres, J'pense que c'est l'temps, Les bûcherons, Pourquoi chanter, On est bien mieux chez nous, Le reel à ti-Guy et Oscar de Limoilou. Ils parcourent les CÉGEPS du Québec, se produisent à la Place des Arts (1974) et au Théâtre Outremont (1975).

Louise Forestier participe avec Gilles Vigneault et Yvon Deschamps au spectacle de la Fête nationale sur le Mont-Royal en juin 1975, puis se joint à Diane Dufresne et André Gagnon pour le spectacle Kébec à Paris. Elle effectue, en 1976, deux tournées en France où elle remporte le prix Le Manteau-d'Arlequin, décerné par la critique française au meilleur spectacle de chansons. Avec une nouvelle équipe, Louise Forestier aborde d'autres genres musicaux sur son album L'accroche-cœur (Radio Centre-Ville, La saisie) paru en 1978, année où elle participe au Festival de la chanson de Sopot. L'année suivante, elle remporte, au Festival de Bourges, le prix de la critique française de gauche pour la qualité de ses textes et de son interprétation.

En 1981, Louise Forestier est choisie pour incarner Marie-Jeanne dans la première version québécoise de l'opéra rock Starmania de Michel Berger et Luc Plamondon. Pendant qu'elle connait à nouveau le succès avec la chanson Prince-Arthur, elle présente, au Théâtre de Quat’Sous et un peu partout au Québec, le spectacle Je suis au rendez-vous (1983) qui est finalement présenté à la télévision de la SRC en 1985. Cette année-là, Louise Forestier anime l'émission estivale Station-soleil (Télé-Québec) et reçoit le trophée de la Femme de l'année dans le domaine des arts au Salon de la femme.

En 1986, elle se joint à la troupe belge du Théâtre de l'Esprit pour présenter, en tournée en U.R.S.S., un spectacle en hommage à Jacques Brel. Au Québec, Louise Forestier obtient des critiques élogieuses pour La passion selon Louise, un nouveau spectacle présenté au Spectrum de Montréal. L'album qui en est tiré (1987) s'attire les faveurs du public avec les chansons Il m'appelle je t'aime, La valise oubliée, Clichés (trois chansons signées Forestier et Daniel DeShaime) et Le diable avait ses yeux qui vaut à Louise Forestier de remporter (ex aequo avec Michel Rivard) le Félix de l'auteur-compositeur de l'année.

Elle participe, en 1988, aux Francofolies de La Rochelle et donne des spectacles à Paris. Au printemps 1990, elle interprète le rôle de la mère du poète dans le drame musical Nelligan de Michel Tremblay et André Gagnon. Après la parution de l'album De bouche à oreille à l'automne 1991 (Juste assez de distance, Qu'est-ce que ça cache?), Louise Forestier monte, avec la collaboration de Luc Plamondon, le spectacle Vingt personnages en quête d'une chanteuse qui remporte un énorme succès au Café de la Place (PDA) et en tournée avant de faire l'objet, en 1993, d'un album qui en présente de larges extraits. Elle exporte le spectacle aux Francofolies de La Rochelle puis à l'automne, pendant dix semaines au petit Théâtre de Dix Heures du quartier Pigalle avant de présenter trois supplémentaires dans la région parisienne.

Louise Forestier.En juin 1994, Louise Forestier présente Épopéra, un spectacle composé d'extraits d'opéra pop. Puis elle participe en août aux Francofolies de Montréal et au spectacle de clôture intitulé La symphonie du Québec pour souligner les dix ans de la compagnie Audiogram. Avec André Ménard, elle anime, à compter de janvier 1995, une série d'émissions sur le jazz au canal Découverte. Elle monte le spectacle Signé Forestier dont la première a lieu à Québec en avril et à Montréal en août dans le cadre des Francofolies à la cinquième salle de la Place des Arts. Elle se rend ensuite en France au Festival de Marne.

Louise Forestier accepte d'être membre du jury du Festival international de la chanson de Granby et marraine des Rendez-vous de la nouvelle chanson de Gatineau. À l'invitation de France Culture, la chanteuse présente son spectacle au Festival d'Avignon en juillet 1996. Après un crochet aux Francofolies de La Rochelle, elle se produit aux Francofolies de Montréal dans le cadre de l'évènement Félix symphonique. À l'automne, elle chante un peu partout au Canada dans le cadre de Coup de cœur francophone.

Louise Forestier débute l'année 1997 par une participation en Belgique à l'évènement musical Entre-Vues, organisé à l'intention des diffuseurs et promoteurs européens. Elle lance l'album Forestier chante Louise le 24 mars 1997 et donne un spectacle avec Daniel Lavoie à la cinquième salle de la Place des Arts en août dans le cadre des Francofolies de Montréal. Elle revient au théâtre en janvier 1998 en tenant le rôle de Cornélia Lajeunesse, sœur de la grande Emma Albani, dans Le Pays dans la gorge, de Simon Fortin au Théâtre du Rideau Vert. En mars, elle donne une quinzaine de spectacles en Belgique et à Paris. Au pays, elle anime pour une deuxième saison la série Les immortelles à MusiMax. Elle participe à l'élaboration du spectacle Avec le temps, rétrospective de la chanson québécoise, qui est présenté une centaine de fois à l'hiver 1999 au Théâtre du Rideau Vert. Ce spectacle sera d'ailleurs repris à la fin de 2000 au même endroit.

Louise Forestier signe les textes de quelques chansons, notamment pour Isabelle Boulay (Jamais assez loin), Maurane, Nana Mouskouri et Daniel Lavoie. De nouvelles représentations de Forestier chante Louise, aussi bien au Québec qu'en Europe, complètent l'année 2001. En avril 2002, elle fait la mise en scène du spectacle de Manon Lévesque au Théâtre Corona à Montréal. À l'été, elle s'implique de nouveau à l'École de la Chanson de Granby (dirigée par Robert Léger), puis dans le Festival de Petite-Vallée en Gaspésie et dans l'évènement Ma première Place des Arts.

Parallèlement, elle anime durant l'été à la chaîne culturelle de la SRC l’émission Livraison spéciale. En avril 2003, elle lance l'album Lumières qui reprend certaines de ses chansons les plus connues ainsi que de nouvelles compositions dans des arrangements réalisés par de jeunes musiciens. Elle présente ces chansons dans le cadre des Francofolies de Montréal à l'été puis lors d'une série de spectacles à l'automne un peu partout au Québec, notamment au Cabaret Music-Hall à Montréal. À compter de septembre 2004, Louise Forestier est chroniqueuse régulière à l’émission Je l’ai vu à la radio (Première chaîne de Radio-Canada), animée par Franco Nuovo. Après une absence de cinq ans sur disque, elle concocte avec son fils Alexis Dufresne les chansons de l’album Éphémères qui paraît en septembre 2008. Elle reçoit un prix de la SOCAN en 2009 pour le texte de la chanson 1500 milles d’Éric Lapointe.

Elle participe le 7 juillet 2011 au spectacle Paris-Québec sous les étoiles sur les Plaines d’Abraham dans le cadre du Festival d’été de Québec.

 

Robert Thérien
8 juin 2012


Plan du site | Accès à l'information | Accessibilité

Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Afficher le lecteur.
Afficher le lecteur.