Collection Arthur Lamothe

Le cinéaste Arthur Lamothe a consacré la majeure partie de son œuvre à favoriser une meilleure connaissance des Amérindiens du Québec, principalement des Innus et de leur culture. Ces documentaires, tournés dans les années 1970, nous révèlent un créateur engagé et décidé à présenter fidèlement la réalité. En savoir plus sur Arthur Lamothe.

Arthur Lamothe et les Innus - Histoires régionales et locales

Une erreur s'est produite lors du traitement de votre requête. Veuillez réessayer plus tard.


Année : 1973
Lieu de tournage : Manicouagan

Parties 1 et 2. Surplombant les installations de Manic V, trois chasseurs innus évoquent la richesse et les vestiges de leurs territoires engloutis. S'accompagnant du tambour, un chasseur chante l'un de ses rêves, sa rencontre avec le caribou dans cette région aujourd'hui disparue sous les eaux retenues par le barrage.

Année : 1973
Lieu de tournage : Manicouagan

Parties 3 et 4. Surplombant l'installation de Manic V, 10 chefs de famille innus de Betsiamites évoquent la richesse et les vestiges de leurs territoires engloutis.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Antoine Grégoire raconte d'autres épisodes de sa vie et l'histoire de Sept-îles.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Catherine Tshernish livre avec émotion le récit de la mort de son frère parti avec elle à l'intérieur des terres à la chasse aux outardes. Ensuite, Jean-Marie McKenzie évoque divers épisodes de sa vie de chasseur nomade.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Marcel Jourdain raconte l'histoire de la réserve de Sept-îles durant la première moitié du XXe siècle.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Marcel Jourdain, après avoir expliqué la toponymie de son terrain de trappe avec ses différentes voies d'accès, raconte la fin tragique de son frère, mort de faim dans les bois.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Ce document traite de la toponymie de Sept-îles et des six îles qui enserrent la baie

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Christine Vollant évoque la vie à Moisie, où les bulldozers achèvent leur œuvre : raser le village.

Année : 1973
Lieu de tournage : Schefferville

Partie 1. À l'aide de cartes qu'il a lui-même esquissées, Mathieu André, ancien chef de Sept-îles et prospecteur émérite, dresse l'historique de la découverte des mines de Schefferville et de leur exploitation.

Année : 1973
Lieu de tournage : Schefferville

Partie 2. Dans cette deuxième partie, photos à l'appui, Mathieu André évoque le voyage du président de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Sir Patrick Ashley Cooper, dans les postes et territoires de la Côte-Nord et de l'Ungava.

Année : 1973
Lieu de tournage : Sept-Îles

Tout en déambulant dans la ville, Marcel Jourdain évoque la vie libre des Innus d’Uashat avant que la réserve ne soit enfermée dans Sept-îles.

Année : 1978
Lieu de tournage : Schefferville

Installée sous une tente, l'Innue Penamesh McKenzie évoque des prodiges, des événements merveilleux et magiques qu'elle a vécus durant son existence de femme nomade, tout en tressant une paire de raquettes avec de la babiche.

Année : 1977
Lieu de tournage : Natashquan

Le vieil Innu Michel Grégoire, assis dos à la mer sur la petite digue au sud-ouest de la réserve de Nutashquan, évoque la vie des Innus, avant l'arrivée et l'installation des Blancs. Il expose les conditions de vie de ces derniers au moment de leur arrivée. Venus des îles de la Madeleine, ils étaient très pauvres. Ensuite, Antoine Malek essaie de trouver les vestiges du poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson à la pointe Tienot. Puis Michel Grégoire décrit les difficultés de ses compatriotes innus nomades à se nourrir.

Année : 1980
Lieu de tournage : La Romaine et Natashquan

Cet épisode comporte quatre récits véridiques. Dans le premier, à la réserve de La Romaine, au pied de la première chute, accompagné de membres du conseil de bande, le chef Jean-Baptiste Lalo raconte l'épisode où l'on fit feu sur un groupe d'Innus rassemblés un dimanche soir pour observer les pêcheurs sportifs. Puis, dans un deuxième temps, accompagné de son neveu Francis, Antoine Malek évoque le souvenir de ses grands-parents qui campaient à la pointe Tienot. Ensuite, il parle de son travail de bûcheron approvisionnant en arbres une petite scierie locale. Dans le troisième récit, l'Innu Pierre Courtois évoque la période de la grande famine et la vengeance de Papakasiuk, l'Esprit maître du caribou. Une quarantaine d'Innus de l'endroit étaient partis jusqu'au lac de la Hutte Sauvage sur la rivière George pour tuer des caribous. Mais ceux-ci n'étaient pas au rendez-vous. Malgré les espérances exprimées par l'oracle Mistapéo dans le Kushapathsikan (la tente tremblante), ils se sont vus obligés de rentrer sans provisions au cœur de l'hiver. Seuls trois d'entre eux ont survécu. Finalement, dans le dernier récit, interrogé par la jeune Innue Germaine Mistanapeo, Michel Grégoire évoque sa vie nomade à l'intérieur des terres, ses chasses aux castors, à la loutre et au rat musqué, ainsi que la disparition des sentiers de portage qui ne sont plus utilisés par les jeunes.

Année : 1973
Lieu de tournage : Schefferville

À la réserve de Matimekosh, interrogé par l'Innu Jérôme Saint-Onge, l'aîné naskapi John Paestitute fait le récit du grand dérangement de son peuple de Fort Chimo à Schefferville. Il était l'un des leaders des Naskapis durant ce déplacement forcé.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.