Pistard

Recherche avancée Aide

Pistard vous permet de consulter les fonds et les collections d'archives conservés par BAnQ ou l'un de ses partenaires.

Inscrivez un mot ou une expression à rechercher (par exemple : un sujet, un lieu, un événement, un nom de personne ou d'organisme, etc.).

Si vous souhaitez entrer plus d'un mot ou d'une expression ou si vous souhaitez chercher parmi les archives d’un centre en particulier, optez pour la recherche avancée.

Généalogie

Aide

Cherchez simultanément dans les 17 bases de données publiques de BAnQ en généalogie.

Vous pouvez restreindre les résultats de la recherche en cochant seulement les bases de données qui vous intéressent à l’aide de l’option « Limiter la recherche ».

La recherche se fait à partir du nom de famille (au moins 3 lettres) et du prénom (optionnel).

Journal de naissance de Talbot Mercer Papineau

Journal de naissance de Talbot Mercer Papineau rédigé par sa mère, Caroline Rogers, entre le 25 avril 1883 et le 10 mars 1890

BAnQ Vieux-Montréal, fonds Talbot Mercer Papineau, (P744,S1,D1)

Journal de naissance de Talbot Mercer Papineau rédigé par sa mère, Caroline Rogers

Journal de naissance de Talbot Mercer Papineau
rédigé par sa mère, Caroline Rogers
entre le 25 avril 1883 et le 10 mars 1890

Talbot Mercer Papineau est né le 25 mars 1883 à Montebello. Il est le fils de Louis-Joseph Papineau, lui-même petit-fils du leader patriote, et de Caroline Rogers. Diplômé de l'Université McGill en 1904, il obtient la bourse Cecil Rhodes qui lui permet de poursuivre des études en droit au Brasenose College à Oxford, en Angleterre. De retour à Montréal en 1908, il entreprend une carrière d'avocat qu'il poursuivra jusqu'au début de la guerre, en 1914. Il s'enrôle alors dans le régiment Princess Patricia's Canadian Light Infantry où il sera nommé successivement lieutenant et major. Il obtient la Croix militaire pour faits d'armes dans les tranchées d'Ypres en 1915. Il restera en poste jusqu'à son décès, le 30 octobre 1917, lors de la bataille de Passchendaele, en Belgique.

Originaire de Philadelphie, Caroline Rogers (1859-1952), commence la rédaction de ce journal peu après la naissance de son second fils, né le jour de Pâques. Elle y relate les progrès du développement et les événements de la vie de Talbot tels que son baptême, son premier sourire, sa première dent, ses premiers pas, ses premiers mots, ses vaccins, ses maladies d'enfant, ses interactions avec ses frères. Sont aussi évoqués les anniversaires de naissance, les fêtes de Noël, les vacances à la mer, les pérégrinations entre Montebello, Philadelphie et Montréal.

Des photographies, des dessins d'enfants, le premier sou gagné par Talbot, des lettres de sa grand-mère paternelle, Eleonor Westcott, signées « mémé », et de son frère aîné, Louis, complètent les pages de ce journal.

Ce texte témoigne de l'amour d'une mère pour son fils et de ses préoccupations éducatives. Il nous fait également découvrir certains aspects de la vie intime d'une famille bourgeoise de la fin du XIXe siècle.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.