Pistard

Recherche avancée Aide

Pistard vous permet de consulter les fonds et les collections d'archives conservés par BAnQ ou l'un de ses partenaires.

Inscrivez un mot ou une expression à rechercher (par exemple : un sujet, un lieu, un événement, un nom de personne ou d'organisme, etc.).

Si vous souhaitez entrer plus d'un mot ou d'une expression ou si vous souhaitez chercher parmi les archives d’un centre en particulier, optez pour la recherche avancée.

Généalogie

Aide

Cherchez simultanément dans les 17 bases de données publiques de BAnQ en généalogie.

Vous pouvez restreindre les résultats de la recherche en cochant seulement les bases de données qui vous intéressent à l’aide de l’option « Limiter la recherche ».

La recherche se fait à partir du nom de famille (au moins 3 lettres) et du prénom (optionnel).

Journal d'un artiste québécois à Paris : Onésime Lamothe

Le journal d’un artiste québécois à Paris : Onésime Lamothe, musicien, peintre et sculpteur (20 septembre 1919-8 juin 1920)

BAnQ Trois-Rivières, fonds Onésime Lamothe, (P23,S4,D1)

Page tirée du journal d'Onésime Lamothe

 

Né à Saint-Maurice en 1893, cet artiste aux multiples talents s’oriente très tôt vers la musique et le dessin. Dès ses études secondaires, Onésime Lamothe apprend la trompette, le piano, le violoncelle, l’orgue et s’intéresse au dessin et à la photographie. En 1913, il est médaillé de l'École des arts et manufactures. De 1917 à 1919, il enseigne son art dans les établissements scolaires privés de Trois-Rivières, avant de faire le grand saut qui va marquer à jamais son cheminement artistique. En 1919, il s’inscrit à l'École des beaux-arts de Paris où il va perfectionner sa technique du dessin et s'initier à la sculpture avec le maître Jean-Antoine Injalbert, un statuaire parisien d’origine scandinave qui fut, pendant un temps, le concurrent direct du célèbre Auguste Rodin.

Du séjour de cet artiste québécois à Paris, il nous est resté huit petits carnets dans lesquels sont consignées ses observations et ses activités quotidiennes. Grâce à ces documents, il est possible de découvrir la personnalité de l'homme à travers ses goûts, ses préoccupations et ses aspirations. Ainsi, on discerne un homme profondément religieux et pratiquant. En effet, par le relevé de ses activités, on peut voir qu’il se rend chaque jour à la messe et que sa visite touristique de Paris se fait surtout par l’observation et la fréquentation de ses églises. Lamothe formule également quelques réflexions et commentaires sur les mœurs et coutumes des Européens et nous entretient de ses difficultés à se trouver un logement à Paris ainsi que du début de ses stages en musique et en sculpture.

Outils pour quiconque s’intéresse à l’histoire des arts visuels et de la musique au Québec, ces carnets témoignent du type de formation qu’ont reçu certains de nos artistes et de l’influence des maîtres étrangers. Après ce séjour de près de trois ans, Lamothe s’est installé à Trois-Rivières avant de repartir vers les États-Unis, dans l’État du Maine, où il est demeuré jusqu'à la mort de sa femme. De 1947 à 1962, il a enseigné le dessin, la peinture, le modelage et la sculpture à l'École technique de Trois-Rivières. Il est décédé en 1979 à l'âge de 86 ans.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.