Pistard

Recherche avancée Aide

Pistard vous permet de consulter les fonds et les collections d'archives conservés par BAnQ ou l'un de ses partenaires.

Inscrivez un mot ou une expression à rechercher (par exemple : un sujet, un lieu, un événement, un nom de personne ou d'organisme, etc.).

Si vous souhaitez entrer plus d'un mot ou d'une expression ou si vous souhaitez chercher parmi les archives d’un centre en particulier, optez pour la recherche avancée.

Généalogie

Aide

Cherchez simultanément dans les 17 bases de données publiques de BAnQ en généalogie.

Vous pouvez restreindre les résultats de la recherche en cochant seulement les bases de données qui vous intéressent à l’aide de l’option « Limiter la recherche ».

La recherche se fait à partir du nom de famille (au moins 3 lettres) et du prénom (optionnel).

« Journal de mon voyage en Europe », par Antoine Dubuc

« Journal de mon voyage en Europe », par Antoine Dubuc, fils de l’industriel J.E.A. Dubuc de Chicoutimi (22 juin 1912 au 6 septembre 1912)

BAnQ Saguenay, fonds Famille Dubuc, (P1,S2,SS2)

Âgé d’à peine 16 ans, Antoine Dubuc entreprend en compagnie de son frère Vincent et d’un précepteur un voyage de plus de deux mois à travers l’Europe. Nous ne sommes que quelques semaines après la catastrophe du Titanic et, à l’époque, voyager à l’étranger est un luxe et un privilège que seuls les membres de la bourgeoisie ont les moyens de s’offrir. Or, Antoine est le fils de l’important industriel de Chicoutimi, Julien-Edouard-Alfred Dubuc, à qui l’on doit la Compagnie de pulpe et de pouvoir d’eau du Saguenay et la fondation de la ville de Port-Alfred. Notons également que les parents d’Antoine ont l’habitude de faire des voyages en Europe, où ils se rendent presque tous les ans (voir le journal de voyage en Europe de sa mère, Anne-Marie Palardy - P1,S2,SS2).

En offrant ce voyage à ses fils, on peut penser que monsieur Dubuc accordait de l’importance au célèbre proverbe « Les voyages forment la jeunesse ». Le journal d’Antoine témoigne d’ailleurs du côté formateur de son séjour. Il y consigne des renseignements d’ordre historique et architectural très précis sur tous les lieux, monuments, musées, galeries d’art et églises qu’il visite. Au fil de ses découvertes, il note ses impressions sur les lieux et les gens qu’il rencontre. Il prend également plaisir à faire le compte rendu d’une représentation de la Comédie française à laquelle il assiste, de même que d’une soirée à l’Opéra à entendre Faust. De la France à l’Allemagne en passant par l’Italie, la Suisse et la Belgique, l’Europe de la Belle Époque apparaît dans toute sa splendeur culturelle sous la plume du jeune Antoine Dubuc.

L’un des moments forts de ce voyage est sans aucun doute le séjour à Rome et la rencontre avec le pape Pie X. Le 15 juillet 1912, après avoir assisté à la messe au Collège canadien où ils sont logés, Antoine et son frère Vincent se rendent au Vatican, où ils sont introduits auprès du pape en compagnie de 50 autres personnes. Cette rencontre fait grande impression sur le jeune homme et le marque profondément. Dans son journal, il écrit :

« […] Tous nous tombons à genoux à la vue du vieillard tout de blanc vêtu. Le vicaire de Jésus-Christ l’auguste prisonnier du Vatican était près de nous. Nous étions en cercle et il en a fait le tour passant une main sur notre tête et nous donnant l’autre à baiser. Quelques uns Quelques-uns lui ont parlé; mais moi je n’avais rien à dire. Je me contentais de baiser son anneau pendant qu’il posait son autre main sur mon front. […] »

Quelques années plus tard, Antoine Dubuc devient l’un des principaux collaborateurs de son père et un acteur important du secteur de la téléphonie au Saguenay-Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord. Il décède en février 1989 en laissant un héritage culturel considérable. Son journal présente un intérêt certain pour ceux qui se passionnent pour l’histoire de la culture, de la bourgeoisie et du tourisme ainsi que pour les récits de voyage.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.