Pistard

Recherche avancée Aide

Pistard vous permet de consulter les fonds et les collections d'archives conservés par BAnQ ou l'un de ses partenaires.

Inscrivez un mot ou une expression à rechercher (par exemple : un sujet, un lieu, un événement, un nom de personne ou d'organisme, etc.).

Si vous souhaitez entrer plus d'un mot ou d'une expression ou si vous souhaitez chercher parmi les archives d’un centre en particulier, optez pour la recherche avancée.

Généalogie

Aide

Cherchez simultanément dans les 17 bases de données publiques de BAnQ en généalogie.

Vous pouvez restreindre les résultats de la recherche en cochant seulement les bases de données qui vous intéressent à l’aide de l’option « Limiter la recherche ».

La recherche se fait à partir du nom de famille (au moins 3 lettres) et du prénom (optionnel).

Cartes postales

Brève histoire de la carte postale au Canada

Les cartes postales numérisées sont regroupées dans la banque de données PISTARD par localité (Montréal, Alma) sauf pour la ville de Québec où elles sont classées par quartier. Il est donc possible de les rechercher dans le champ TITRE du mode de recherche avancée. Il est également possible de les regrouper en recherchant la cote P547 dans le mode de recherche avancée.

Vous pouvez aussi voir d'autres cartes postales tirées de la collection « Images ».

C'est à un Autrichien, le professeur Emmanuel Hermann, que l'on attribue la paternité de la carte postale. Cherchant à simplifier le système postal existant, ce dernier met au point un feuillet cartonné devant circuler à découvert, c'est-à-dire sans la protection d'une enveloppe, tel que l'avait proposé un fonctionnaire des postes prussiennes, Heinrich Stephan, lors de la Conférence postale germano-autrichienne tenue à Karlsruhe en 1865. Mise en circulation le 1er octobre 1869, la première carte postale officielle, ou « Postkart », (sans illustrations) soulève très vite un vif intérêt hors des frontières de l'Empire des Habsbourg. Ainsi, dès les années 1870, les autres pays du continent européen, les États-Unis et le Japon adoptent à leur tour ce nouveau moyen de communication.

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS1,D00010,P189R – La ville de St. John's (Terre-Neuve) au début du siècle. Collection Magella Bureau.

St. John's nous est souvent montrée comme un port et une petite ville de pêche. Or, déjà au début du siècle, on peut voir que cette ville bénéficie d'un service de tramway et que ses artères sont aménagées pour la circulation automobile.

La ville de St. John's (Terre-Neuve)
au début du siècle

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS4,D0001,P46R – La Cathédrale St. Dunstan (St. Dunstan's Basilica), Charlottetown (Île-du-Prince-Edouard). Collection Magella Bureau.

Cette cathédrale est un maillon essentiel de la communauté catholique romaine de Charlottetown. Construite pendant la Première Guerre mondiale, elle remplaça celle datant de 1896 qui fut détruite par un incendie en 1913. Il s'agit de l'un des édifices les plus souvent représentés sur les cartes postales de la ville dans les années 1920 et 1930.

La Cathédrale St. Dunstan
(St. Dunstan's Basilica), Charlottetown

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS1,D001,P1550R – Gare du Canadien National au début des années 1930, Québec. Collection Magella Bureau.

Ce n'est qu'en 1915 que fut construite la « Gare du Palais ». À l'origine, elle servait de gare aux trains du Canadien Pacifique, de la Cie Québec-Lac Saint-Jean et de la Canadien Northern Railway, qui deviendra le Canadien National. Récemment rénovée, elle accueille depuis 1985 les trains de voyageurs de Via Rail.

Gare du Canadien National au début
des années 1930, Québec

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS5,D0001,P62R – Fort Garry Hotel, Winnipeg (Manitoba). Collection Magella Bureau.

Construit en 1913, le Fort Garry est l'un de ces hôtels de prestige qui feront la renommée du réseau ferroviaire du Canadien Pacifique, puis celle du Canadien National. On aperçoit à proximité la gare du CN.

Fort Garry Hotel, Winnipeg

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS2,D0009,P2R – Édifice du Parlement de l'Alberta, à Edmonton. – Collection Magella Bureau.

Située au centre de l'Alberta, Edmonton est le siège du Parlement de la province. L'édifice qui abrite le Parlement fut conçu par l'architecte provincial Allan Merrick Jeffers, un diplômé de la Rhode Island School of Design, qui s'est sans doute inspiré du Capitol de Washington. La construction a débuté en 1907 pour se terminer en 1912. Sa ressemblance avec le Parlement de la Saskatchewan est frappante. Soulignons que le 1er septembre 2005, la province de l'Alberta fêtera le 100e anniversaire de son adhésion à la Confédération canadienne.

Édifice du Parlement de l'Alberta,
à Edmonton

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS7,D0001,P165R – Le port d'Halifax (Nouvelle-Écosse). Collection Magella Bureau.

É tant l'un des plus grands ports naturels au monde, le port d'Halifax fut pendant longtemps le point de départ et d'arrivée des transatlantiques européens et américains. Doté d'un système de transbordement efficace, Halifax est relié aux grandes lignes de chemins de fer de l'époque. Soulignons que le 6 décembre 1917, une violente explosion détruit le port et une bonne partie de la ville d'Halifax. Cette catastrophe qui a marqué les mémoires fait plus de 1200 morts, 2000 blessés et 6000 sans-abri. Il s'agit de la plus grande explosion causée par l'homme avant le bombardement atomique d'Hiroshima en 1945.

Le port d'Halifax (Nouvelle-Écosse)

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS6,D0001,P13R - Bateau sur la rivière Saint-Jean, à Fredericton (Nouveau-Brunswick). Collection Magella Bureau.

Fondée par des Loyalistes ayant fui les Treize Colonies, Fredericton est choisie en 1785 comme capitale provinciale par le nouveau lieutenant-gouverneur de la province, Thomas Carleton. Grâce à sa position géographique, Fredericton présente plusieurs avantages : elle est moins exposée aux attaques maritimes que Saint John tout en étant facilement accessible sur le fleuve Saint-Jean et elle se trouve au centre du territoire de la province. La marée de la rivière St-Jean est, paraît-il, l'une des plus puissantes au monde. Aujourd'hui, Fredericton n'hésite pas à se dire « capitale riveraine du Canada atlantique ».

Bateau sur la rivière Saint-Jean,
à Fredericton

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS8,D0136,P23R – Ottawa, Château Laurier, rue Rideau (Ontario). Collection Magella Bureau.

Inauguré le 12 juin 1912 par son homonyme Sir Wilfrid Laurier, le Château Laurier est l'un des édifices qui confère à Ottawa son allure de ville élégante et distinguée. Ottawa, jadis appelée Bytown en l'honneur de l'homme à l'origine de la construction du Canal Rideau dans les années 1820, le Colonel By, a longtemps eu la réputation d'être une ville violente et marquée par les conflits religieux, ethniques et linguistiques. Devenue officiellement la Ville d'Ottawa en 1855, elle célèbre cette année son 150e anniversaire.

Ottawa, Château Laurier,
rue Rideau

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS9,D0001,P6R – L'Assemblée législative de la Saskatchewan, à Regina. Collection Magella Bureau.

La visite de l'Assemblée législative de la Saskatchewan et de ses jardins était dans les années 1920 (et est encore aujourd'hui) l'un des principaux attraits de Regina. Achevé en 1912, l'édifice du Parlement fut conçu par des architectes de Montréal, E. et W.S. Maxwell. La province de la Saskatchewan fête cette année le 100e anniversaire de son entrée dans la Confédération canadienne.

L'Assemblée législative
de la Saskatchewan, à Regina

Cliquer pour agrandir.

03Q-P547,S1,SS1,SSS3,D0001,P23R – Le port de Victoria (Colombie-Britannique). Collection Magella Bureau.

Victoria est la plus ancienne ville de l'Ouest canadien. Son histoire débute en 1843 avec l'établissement d'un poste de traite par la Compagnie de la Baie d'Hudson. La ruée vers l'or de la vallée de la rivière Fraser en 1858 permet ensuite à Victoria de croître rapidement en tant que port principal des colonies de l'île de Vancouver et de la Colombie-Britannique. Elle est désignée capitale coloniale, puis capitale provinciale, lors de la fusion de ces deux colonies et de leur adhésion à la Confédération canadienne en 1871. Au cours du XXe siècle, Victoria s'oriente vers une vocation touristique et gouvernementale. Toutefois, soulignons que le port de Victoria demeure encore aujourd'hui la plus importante base navale de l'Ouest canadien.

Le port de Victoria

En juin 1871, deux ans avant son voisin américain, le Canada devient le premier pays en dehors de l'Europe à émettre des cartes postales et à en admettre la circulation sur son territoire. Il s'agit alors de cartes officielles non illustrées devant servir à transmettre les messages d'affaires du gouvernement. La carte postale illustrée « privé » ne fait son apparition que vers la fin des années 1890, lorsque le Canada décide d'amender la Loi des postes, le 9 décembre 1897, afin de permettre aux entreprises privées de produire des cartes postales illustrées.

Aux États-Unis, la carte postale illustrée fait son apparition à l'occasion de la « World Columbian Exhibition » en 1893 à Chicago; pour commémorer le 400e anniversaire de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, on émet des cartes à l'effigie des divers pavillons de cette exposition. En Europe, et plus particulièrement en Allemagne, la popularité grandissante des cartes de type « Grüss aus » (« Salutations de ») qui sont agrémentées de «vues multiples» d'un lieu, avait depuis les années 1885 véritablement lancé la carte postale illustrée.

Du début du siècle jusqu'à la Première Guerre mondiale, la carte postale devient le moyen de communication le plus populaire au monde. Les années 1900 à 1914, que l'on qualifie d'« âge d'or de la carte postale illustrée », voient la production de cartes atteindre des sommets avec plus de 800 millions d'exemplaires. Au Canada, cet âge d'or est plus tardif, car le ministère des Postes n'adopte qu'en 1903 le format standard et définitif que l'on connaît de nos jours, c'est-à-dire un recto illustré et un verso divisé comportant un espace à gauche pour le message et un autre à droite pour l'adresse.

Soulignons que le succès de la carte postale est largement tributaire de la montée du tourisme et du phénomène de villégiature. Plus qu'un outil de promotion, la carte postale permet au touriste de ramener en quelque sorte avec lui une parcelle du paysage admiré, le souvenir du monument observé. Au Québec, les éditeurs tirent profit de l'intérêt des visiteurs pour la nature sauvage en proposant des « vues » des chutes Montmorency ou des rapides de Lachine. Quant aux compagnies ferroviaires et de navigation, en s'associant à différents éditeurs, elles contribuent par leurs séries de cartes postales à faire connaître et à mettre en valeur les municipalités situées sur leurs parcours.

Symbole de la Belle Époque, la carte postale se transforme progressivement en instrument de propagande au cours de la Grande Guerre. Le développement d'autres moyens de communication, comme le téléphone, à la fin des années 1910 explique également son déclin. Certes, la carte postale trouve au cours du siècle de nouveaux adeptes et de nouvelles utilisations. En 1942, par exemple, le gouvernement canadien met à la disposition du public des « cartes-avion » qui permettent de correspondre avec les prisonniers de guerre en Allemagne et en Italie. À partir de 1944, la carte postale est aussi utilisée par les hôpitaux pour communiquer avec les proches parents de soldats blessés ou morts au combat. Toutefois, il faut attendre le milieu des années 1970 pour assister à la renaissance de l'intérêt pour ce moyen de communication. Depuis, des historiens, des intervenants du milieu muséal ainsi que des collectionneurs ont multipliés les travaux sur l'histoire et l'importance de ce phénomène et ont organisé de nombreuses expositions qui lui ont redonné une certaine visibilité.

Aujourd'hui, nous retrouvons encore la carte postale dans sa forme traditionnelle un peu partout au monde. Par contre, depuis le début des années 1990, elle s'est trouvé un nouveau médium : l'Internet. En effet, plusieurs sites web offrent un service d'envoi de cartes virtuelles et certains proposent même une vaste gamme d'images et de cartes anciennes issues de collections privées. Finalement, de plus en plus d'institutions mettent en ligne des séries entières de cartes postales anciennes, ce qui permet au grand public de profiter de la richesse de ces collections.

HautLa Collection Magella Bureau de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Nous vous proposons plus de 32 000 cartes postales du Canada tirées de la Collection Magella Bureau qui ne compte pas moins de 150 000 cartes. Constituée par un fonctionnaire du ministère de l'Agriculture, elle rassemble des cartes anciennes provenant du monde entier. Ces cartes, qui datent des années 1890 à 1965, illustrent différents lieux mais montrent aussi des personnages, des paysages naturels et des animaux.

Né le 15 juin 1902 dans le Faubourg Saint-Jean-Baptiste à Québec, Magella Bureau fut un collectionneur passionné non seulement de cartes postales mais aussi de cartes de vœux, de cartes de Noël, d'images pieuses et de timbres. Il s'est aussi intéressé à l'observation des oiseaux et à l'herpétologie, plus particulièrement à l'étude des serpents. Il a d'ailleurs fait plusieurs communications scientifiques et publié un article en 1935 dans le Naturaliste canadien.

Cette série de cartes postales du Canada que publie en ligne Bibliothèque et Archives nationales du Québec (cote P547,S1,SS1) rend accessibles près de 20 000 cartes illustrant des villes et des villages du Québec. Les villes de Québec et Montréal sont particulièrement bien représentées, avec près de 4000 cartes chacune. Quant aux autres provinces et territoires canadiens, environ 11 400 cartes postales leur sont consacrées. Organisée par provinces et par villes, la série permettra à tous les internautes de découvrir les paysages du Québec et du Canada.

Soulignons que l'ensemble des cartes postales est disponible sur CD-ROM et qu'il est possible de les consulter au Centre de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La Collection Magella Bureau compte aussi un nombre important de cartes provenant d'autres pays, comme les États-Unis (cote P547,S1,SS2), la France (cote P547,S1,SS3) et l'Italie (cote P547,S1,SS4) avec respectivement 30 410, 30 000 et 7 700 cartes postales.

Les cartes postales numérisées sont regroupées dans la banque de données PISTARD par localité (Montréal, Alma) sauf pour la ville de Québec où elles sont classées par quartier. Il est donc possible de les rechercher dans le champ titre du mode de recherche avancée. Il est également possible de les regrouper en recherchant la cote P547 dans le mode de recherche avancée.

HautLe Canada des années 1920 en cartes postales

L'invitation au voyage...

Vous êtes-vous déjà posé les questions suivantes?...

À quoi ressemblaient les capitales provinciales du Canada au début du siècle?
Quelles étaient à l'époque les villes les plus urbanisées?
Est-ce que la capitale de l'île de Terre-Neuve, St. John, était desservie par un tramway?
Qu'est-ce qui pouvait bien intéresser un visiteur de Regina, de Victoria ou d'Halifax au début du siècle?
Quels étaient les principaux attraits de ces villes?
Ces attraits sont-ils les mêmes aujourd'hui?

Voilà bien des questions auxquelles les livres d'histoire n'apportent pas toujours la réponse et qui pourtant éveillent la curiosité des petits et des grands! Source de renseignements souvent négligée, la carte postale permet de découvrir les transformations qui touchent le paysage urbain et rural, l'architecture des grandes villes, le développement des infrastructures de transport ou encore, tout simplement, ce qui a fait la réputation d'un lieu et a su séduire ses visiteurs.

Afin de découvrir la richesse de la collection Magella Bureau de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, nous vous proposons un voyage virtuel à travers les capitales provinciales canadiennes. Nous avons privilégié les années 1920 et 1930 vu la gamme impressionnante de cartes postales de l'entre-deux-guerres qui composent cette collection. Observez bien ces scènes de vie urbaine, ces tramways et surtout ces automobiles, de plus en plus présentes dans ces images que l'on propose aux touristes. Constatez l'importance que l'on accorde déjà à l'époque aux hôtels du Canadien National et aux édifices du Parlement des provinces de l'Ouest récemment entrées dans la Confédération canadienne. Voyez comment certaines prises de vues illustrent le rôle économique et commercial d'une ville ou l'importance déterminante d'un port ou d'un fleuve pour son développement et son choix comme capitale canadienne. Ouvrez l'œil et prêtez attention à ces petits détails qui en disent long. Bon voyage!

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.