Pistard

Recherche avancée Aide

Pistard vous permet de consulter les fonds et les collections d'archives conservés par BAnQ ou l'un de ses partenaires.

Inscrivez un mot ou une expression à rechercher (par exemple : un sujet, un lieu, un événement, un nom de personne ou d'organisme, etc.).

Si vous souhaitez entrer plus d'un mot ou d'une expression ou si vous souhaitez chercher parmi les archives d’un centre en particulier, optez pour la recherche avancée.

Généalogie

Aide

Cherchez simultanément dans les 17 bases de données publiques de BAnQ en généalogie.

Vous pouvez restreindre les résultats de la recherche en cochant seulement les bases de données qui vous intéressent à l’aide de l’option « Limiter la recherche ».

La recherche se fait à partir du nom de famille (au moins 3 lettres) et du prénom (optionnel).

De l'école de rang aux polyvalentes - Films

Description et mise en contexte des films sélectionnés

Vous pouvez visionner chacun des films ci-dessous à l'aide du lecteur « Windows Media Player » dans une configuration pour modem téléphonique (basse vitesse) ou pour modem câble (haute vitesse). Étant donné l'âge de ces films, plusieurs d'entre eux manquent de contraste et de luminosité. Vous pouvez améliorer ces paramètres dans la section « Affichage » de votre lecteur Windows Media. Pointez ensuite sur « Améliorations » et cliquez finalement sur « Paramètres vidéo », vous pourrez ainsi modifier la teinte, la luminosité, la saturation et le contraste. Finalement, la taille de la vidéo doit demeurer à 100%, c'est-à-dire comme elle apparaît lors de l'ouverture du fichier afin de conserver une définition d'image précise.

Bon visionnement!

FC05024
Jeunesse rurale (1951)
30m28s, Fr.
Réalisateur : Maurice Proulx / Production : Service de Ciné-Photographie

  Petit Moyen

Réalisé par l'abbé Proulx à la demande de l'Office national de publicité, « Jeunesse rurale » témoigne de l'importance de l'agriculture et de la jeunesse en milieu rural pour le gouvernement de Maurice Duplessis. Afin d'encourager la jeunesse à demeurer dans les campagnes, on insiste sur les valeurs saines et chrétiennes de la vie champêtre, mais aussi sur les progrès de la mécanisation de l'agriculture au cours des dernières années. L'agronome-cinéaste nous vante les mérites d'une formation dans le vaste réseau d'écoles moyennes d'agriculture, les fermes-écoles de l'abbé Pilote ou encore les cours d'été destinés aux jeunes filles et futures femmes de cultivateurs qui mettent l'accent sur la botanique et les arts ménagers agricoles. On incite également la jeunesse à s'impliquer au sein des associations catholiques qui leur sont destinées tels les cercles de jeunes agriculteurs où l'on discute des problèmes agricoles, tout en bénéficiant des conseils avisés d'un prêtre et d'un agronome « propagandiste ».

Plus qu'un instrument de propagande ou une idéalisation de la vie en milieu rural, ce film témoigne des progrès réalisés en ce début des années 1950 dans les domaines de l'enseignement agricole et de la mécanisation de la ferme. Soulignons que ce film a reçu une mention spéciale au Canadian Film Awards. On peut consulter qui est conservé à Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

 

 

FC05669
Vers une éducation intégrale (1953)
17m13s, Fr.
Réalisation : Michel Vergnes / Production : Service de Ciné-Photographie

Petit Moyen

Proche collaborateur de l'abbé Maurice Proulx, Michel Vergnes nous trace le portrait de l'éducation de jeunes garçons âgé de 7 à 11 ans. Tourné à l'orphelinat Saint-Dominique de Trois-Rivières, ce document nous présente une conception de l'éducation qui a longtemps eu cours au Québec, celle « du développement du corps et de l'esprit ». Tout en insistant sur le fait qu'« il n'y a pas de meilleure méthode, qu'il n'y a que de meilleurs éducateurs », Vergnes nous montre cet équilibre qui doit exister dans les activités quotidiennes des enfants afin de leur assurer « une bonne hygiène mentale ». Le jeu et le sport deviennent donc primordiaux pour libérer le trop-plein d'énergie et la tension nerveuse chez l'enfant, afin de favoriser son apprentissage. De la même manière, une bonne coordination des mouvements physiques correspond à une bonne coordination mentale. Ainsi, on peut voir qu'à côté des études proprement dites, ces jeunes garçons sont stimulés par une grande variété d'activités sportives et artistiques comprenant le hockey, le travail du bois, le bricolage, le théâtre ainsi que la danse. En somme, on pourrait dire que pour Vergnes et plusieurs générations d'enseignants, l'éducation des enfants se résume tout simplement au vieil adage : « un esprit sain dans un corps sain ».

 

 

FC05668
Écoles de bonheur (1954)
33m52s, Fr.
Réalisation : Fernand Rivard / Production : Service de Ciné-Photographie

Petit Moyen

Suite à la crise économique des années 1930, les élites clérico-nationalistes sont particulièrement préoccupées par l'avenir des valeurs familiales traditionnelles. Pour plusieurs d'entre eux, les femmes sont le pivot essentiel de la survie de la famille canadienne française; elles sont les gardiennes de l'esprit rural, de la vie spirituelle du foyer, de la religion, de la langue et de la nation. Aussi va-t-on chercher à revaloriser leur fonction d'épouse et de mère, en leur proposant une formation ménagère plus poussée.

Nommé visiteur des écoles ménagères supérieures en 1937, l'abbé Albert Tessier entreprend de redéfinir le contenu du programme d'études : il faut selon lui que l'enseignement des matières générales et celui des arts domestiques concourent à inculquer aux jeunes femmes une véritable culture féminine. De plus, afin de freiner la multiplication des collèges classiques féminins, on décide de créer en 1950 les instituts familiaux. Ces écoles du bonheur, comme les appelle l'abbé Tessier, offrent une formation de quatre ans centrée sur le développement de la personnalité féminine. Par le biais de films, d'émissions de radio et d'articles, Tessier se fait l'ardent promoteur de ces centres de formation pour épouse et mère « modèle ».

Si en 1959 le réseau des écoles ménagères et des instituts familiaux de la province de Québec peut se vanter de compter 204 établissements, il faut mentionner que, même à son apogée, il n'a jamais réussi à accueillir plus de 8% des étudiantes inscrites aux niveaux secondaire et collégial. L'abolition de ces écoles du bonheur, dans la foulée des grandes réformes des années 1960, marquera la fin d'un enseignement typiquement féminin. Réalisé par un proche collaborateur de l'abbé Albert Tessier, ce petit documentaire retrace les grandes lignes du programme d'études dispensé aux jeunes filles dans ces instituts familiaux de la province de Québec.

 

 

FC05840
Vers la compétence (1955)
30min, Fr.
Réalisation : Maurice Proulx / Production : Office de publicité de la province de Québec

Petit Moyen

En 1946, le secteur de l'enseignement spécialisé et professionnel est rattaché au nouveau ministère de la Jeunesse et du Bien-être social. De 1940 à 1961, plus de 40 écoles de métiers et instituts techniques seront créés et financés par le gouvernement. Ayant instauré, en 1943, une loi sur la fréquentation scolaire obligatoire pour les jeunes âgés de 6 à 14 ans, l'État québécois tente de répondre au problème de la sous-scolarisation de sa population.

Dans ce film, l'abbé Maurice Proulx nous présente quelques-uns des programmes de formation professionnelle et technique offerts dans la province de Québec. Étant équipées du matériel scientifique et technique nécessaire pour leur formation, ces écoles permettent aux jeunes d'accéder à des carrières intéressantes. Par ce tour d'horizon, l'abbé Proulx nous fait découvrir l'École de papeterie de Trois-Rivières, l'École des textiles de Saint-Hyacinthe, l'École de marine de Rimouski, l'École du meuble, l'École des arts graphiques et l'École des métiers commerciaux (coiffure, mode, etc.) situées à Montréal et, finalement, l'École de l'automobile à Québec.

 

 

FC87-066
Étudiants diplômés (1960)
2m34s, muet
Réalisateur : Joseph-Damase Bégin

Petit Moyen

Ce court film de deux minutes nous montre un défilé d'étudiants diplômés. On y remarque particulièrement la présence de plusieurs jeunes femmes qui arborent elles aussi la toge et le mortier. En 1961, les femmes ne représentent que 14% de la clientèle universitaire régulière. La refonte du système scolaire dans les années 1960, à la suite du rapport Parent, va considérablement changer la donne en permettant aux femmes une plus grande accessibilité aux études supérieures. Depuis 1983, elles composent plus de 50% de la clientèle universitaire diplômée.

 

FN09276
Structure du ministère de l'Éducation I (1964)
12m46s, Fr.
Réalisation / Production : Office du film du Québec

Petit Moyen

En 1964, la création du ministère de l'Éducation, par le projet de loi 60, permet au gouvernement québécois de prendre le contrôle du système d'éducation, une initiative perdue aux mains de l'Église catholique depuis l'abolition du ministère de l'Instruction publique en 1875. Réforme majeure dans la foulée du rapport Parent, la création de ce ministère entraîne bien entendu le mécontentement des membres du clergé. Le gouvernement Lesage, qui s'était engagé à ne pas créer ce ministère, réussit à établir un compromis avec les évêques et propose de conserver la structure confessionnelle des écoles.

Ce courtmétrage consiste en une présentation de la structure du nouveau ministère de l'Éducation par son premier titulaire Paul Gérin-Lajoie et le sous-ministre Arthur Tremblay. Désormais, le système scolaire québécois qui se veut unifié, intégré et public, depuis la maternelle jusqu'à l'université, sera placé sous l'autorité du ministère de l'Éducation.

 

 

FN06549
Opération 55 (1964)
28m05s, Fr.
Réalisation : Michel Vergnes / Production : Office du film du Québec

Petit Moyen

Ce courtmétrage nous présente la nouvelle structure du système d'éducation du Québec et les changements qu'implique « l'opération 55 ». Lancée en 1965 par le ministre de l'Éducation Paul Gérin-Lajoie, « l'opération 55 » a pour objectif d'établir 64 commissions scolaires régionales (55 commissions catholiques et 9 protestantes) qui chapeauteront un réseau d'écoles secondaires publiques (connues à partir de 1968 sous le nom de polyvalentes). Cette réforme, qui permet une plus grande accessibilité aux études, cherche à rejoindre toutes les couches de la population; avec elle, l'éducation se démocratise et s'ouvre davantage aux filles et aux plus pauvres.

 

 

FC06909
Le repas à l'école (1967)
21m04s, Fr.
Réalisation : Richard Lavoie / Production : Office du film du Québec

Petit Moyen

L'alimentation chez les jeunes à l'école est un thème qui revient régulièrement dans l'actualité. On nous parle d'obésité, de « mal-bouffe » et des choix de menus pas toujours « équilibrés » que proposent les cafétérias des écoles primaires et secondaires. Ce film de 1967 nous montre qu'il s'agit en fait d'un problème qui ne date pas d'hier. Partant du constat que « deux écoliers sur trois se nourrissent mal », son auteur insiste sur les bienfaits des bons aliments sur un corps en pleine croissance. Tout comme aujourd'hui, on cherche à sensibiliser les étudiants et leurs parents, mais aussi les établissements d'enseignement à la nécessité d'une saine alimentation.

 

FN07236
Une école inédite : le CÉGEP (1969)
28m19s, Fr.
Réalisation / Production : Ministère de l'Éducation
Série : L'éducation à votre service

Petit Moyen

Après plus de 300 ans d'existence, les collèges classiques disparaissent et sont remplacés en 1967 par des collèges d'enseignement général et professionnel, les CÉGEPS. Préparant aux études universitaires ou au marché du travail, ce niveau intermédiaire veut se distinguer des juniors colleges nord-américains. Ce documentaire nous présente le mandat que s'est donné le ministère de l'Éducation par la création de ce nouveau type d'établissement.

 

 

 

FN07813
L'entreprise de toute une vie (1973)
33m11s, Fr.
Réalisation : Jacques Gagné, Jean-Claude Labrecque / Production : Office du film du Québec
Série : Relation pédagogique

Petit Moyen

Aujourd'hui, plusieurs se désolent devant la piètre qualité de la langue française chez les jeunes. Mais il n'y a pas si longtemps, on se demandait encore quel français on devait leur enseigner? Devait-on enseigner le français écrit ou le français parlé, en l'occurrence le joual? Et de quelle façon? Ce film, qui pose ces questions, évoque les problèmes rencontrés par les enseignants dans l'application du programme-cadre de français au niveau du secondaire dans les années 1970.

 

 

FC85-019
La Maternelle (1976)
18m50s, Fr.
Réalisation : Benoît Thibault, assisté de Céline Maguire / Production : Ministère de l'Éducation

Petit Moyen

En 1976, chaque classe de maternelle accueille 20 enfants âgés de 5 ans, pour une demi-journée, à raison de 5 jours semaine. Ce film nous propose un regard sur les diverses activités d'une classe de maternelle. On nous y explique le rôle de l'enseignante, la « jardinière » qui doit présenter les activités aux enfants et qui n'a pas à suivre un programme scolaire prédéterminé. Allant au rythme des enfants, celle-ci cherche à développer leur habileté à communiquer et à créer. Ainsi, la lecture, le dialogue, le jeu, les arts, les activités d'habileté manuelle et les expériences scientifiques sont mis à contribution pour stimuler l'enfant. Comme le souligne si joliment le narrateur du film, le but de la maternelle est avant tout de rendre l'enfant heureux sur tous les plans : moral, affectif et social.

 

 

FC90-596
Distribution de lait (1977)
2m59s, Fr.
Production : Ministère de l'Éducation

Petit Moyen

Ce film de trois minutes nous montre la distribution de berlingots de lait dans une école primaire à la fin des années 1970. Si plusieurs adultes de la génération des trente ans et moins se souviennent de ce programme, il convient de rappeler que seulement certaines écoles en bénéficiaient. La distribution de lait dans les écoles primaires du Québec est un vieux débat. Depuis décembre 1992, c'est le ministère de l'Éducation du Québec qui assume la direction et l'exécution du Programme de distribution de lait gratuit dans les écoles primaires; l'application de cette mesure demeure toutefois restreinte aux milieux les plus défavorisés.

 

VC94-130

 
Un système d'apprentissage géré par l'élève (1981)
18m30s, Fr.
Réalisation : Céline Maguire / Production : Ministère de l'Éducation

Petit Moyen

Ce documentaire nous fait découvrir des élèves de 6e année de l'école Saint-Pie X du quartier Limoilou à Québec qui gèrent eux-mêmes leur apprentissage. Nous les voyons à l'œuvre pendant que l'enseignante explique en quoi consiste ce système d'apprentissage. L'objectif est de favoriser l'autonomie de l'enfant et de développer son sens des responsabilités. Dans les années 1970 et 1980, certains enseignants et enseignantes du Québec ont tenté l'expérience d'introduire (en partie ou en totalité) dans leur classe certaines de ces nouvelles méthodes d'apprentissage proposées notamment par la pédagogie française.

 

 

FN07242
L'adolescent de notre temps (1969)
28m00s, Fr.
Production: Ministère de l'Éducation

Petit Moyen

Ce documentaire trace le portrait des adolescents en 1969, à un moment où ces derniers forment un groupe très important de la société. Des jeunes sont interrogés sur leurs idéaux et leurs habitudes de vie. La vision de la société que les jeunes préconisent s'oppose sur plusieurs plans à celle de la génération précédente. Des dirigeants et psychologues du ministère de l'éducation interviennent à quelques reprises pour analyser les thèmes développés dans le film. Parmi ceux-ci on retrouve le pouvoir d'achat, l'amour, les relations avec les parents, l'éducation, le rôle des écoles et des polyvalentes et le développement d'une nouvelle pédagogie.

 

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.