Thérèse et Pierrette
à l'école des Saints-Anges

Confessionnal

SOEUR PIED-BOTTE

Chus  allé.  Chus  allé  porter  la  lettre.  J'ai  pris  l'autobus…  Pis  le  tramway…  J'ai  vu  notre Supérieur. A l'a été ben fine. Pis est tellement belle, on dirait un ange. On a parlé longtemps. C'était très, très…très intéressant.   A m'a même offert du thé pis des biscuits dans de la porcelaine tellement fine qu'était quasiment transparente.  Très très beau. Très intéressant. Est ben, ben fine…

(Long silence)

(Sœur Saint-Georges se lève d'un bond, ouvre la porte et juste avant de sortir)

Quand chus partie de son bureau, mère Notre-Dame du Rosaire avait pas encore lu vot' lettre. Mais a' l'a dû la lire depuis hier. Est ben fine de m'avoir reçue de même.

UN CONFESSIONAL

(Un prêtre qu'on ne voit pas) 

SIMONE

Mon père je m'accuse…

PRÊTRE (qui laisse faire la formule...)

Dis tes péchés tu-suite...

(Silence)

Qu'est-ce qu'y'a? T'es muette, tout d'un coup?

SIMONE

Ça va-tu compter pareil?

PRÊTRE

Ben oui, ça va compter pareil!  Dis tes péchés, là, tu nous fais perdre du temps!

(Silence)

As-tu quequ' chose de difficile à avouer?

SIMONE

Non... mais c'est la première fois que j'dis pas la formule... J'vas avoir l'impression que ma confession est pas complète...

PRÊTRE

C'est correct, dis-la, ta formule, mais dépêche-toi!

SIMONE

Mon Père, je m'accuse de tous ces péchés, de tous ceux dont je ne me souviens pas, de tous ceux de ma vie passée, en particulier de ceux que j'ai commis contre ma mére, mon père, mon frère, mon amie Pierrette et mon amie Thérèse, les religieuses, nos professeurs.  Je demande pardon à Dieu pour tous les manques d'Amour que j'ai commis, ceux auxquels je pense et ceux auxquels je ne pense pas et à vous, mon Père, pénitence et absolution, si vous m'en jugez digne.  C'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute. C'est pourquoi je supplie la Vierge Marie, les anges et tous les saints, et vous aussi, mon Père, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

(Silence)

PRÊTRE

Vas-y, qu'est-ce que t'attends?

SIMONE

Vous avez pas l'air bien...

PRÊTRE Tu me vois?

SIMONE

Oui, le soleil rentre par la porte du confessionnal, pis j'vous vois.

PRÊTRE

Moi aussi, j'te vois.

SIMONE

Bonjour, monsieur l'abbé!

PRÊTRE

Veux-tu, s'il vous plaît, me dire tes péchés que je me débarrasse de toi au plus sacrant? Y'a une autre petite fille qui attend, de l'autre côté, je l'entends frétiller comme un diable dans l'eau bénite... Finis, que je la confesse, elle aussi!

SIMONE

Chus venue vous dire que j'ai pas commis de péché, le mois passé, parce que j'étais à l'hôpital.

(DANS LA COUR D'ÉCOLE)

PIERRETTE

Y'est quasiment rendu dans'cour! Ben vite, y va venir jouer avec nous autres, si ça continue!

THÉRÈSE

Mêle-toé donc de tes affaires, Pierrette Guérin! J't'ai rien demandé!

PIERRETTE

Non, mais lui, y pourrait te demander quequ' chose, par exemple, Thérèse!

THÉRÈSE

Voyons donc, y'est pas dangereux!

PIERRETTE

On sait jamais! Ça fait un mois que tu dis ça, qu'y'est pas dangereux, mais un bon jour, y pourrait sauter sus toé pis on pourrait ben te retrouver en dessours d'une galerie, coupée en petits morceaux...

THÉRÈSE

En petits morceaux! Pourquoi pas passée au moulin à viande, tant qu'à y être!

PIERRETTE

En tout cas, si ça continue comme ça, moé, j'vas aller le dire à' soeur!

THÉRÈSE

Fais jamais ça, toé!

PIERRETTE

Lâche-moé, tu me fais mal!

THÉRÈSE

Si tu fais ça, là, j'te parle pus jamais! Tu m'entends? Jamais!

PIERRETTE

Veux-tu me lâcher!

THÉRÈSE

Dis que tu le diras pas à'soeur!

PIERRETTE

J'y dirai pas, mais lâche-moé!

LUCIENNE

T'arrives à matin, tu me sautes dans les bras, tu me dis que tu veux pus jamais leu' parler, que tu veux être mon amie, pis là t'as le front de venir me dire que tu veux faire la paix avec eux autres! Ben réponds! Dis quequ' chose! Moé, chus ben prête à être ton amie, mais j'veux pas te partager avec eux autres! J'veux être tu-seule à être ton amie! Eux autres, c'est des folles!

SIMONE

Pourquoi tu te fais des accrères de même, Lucienne! Tu le sais ben qu'on t'aime pas... Ni Thérèse, ni Pierrette, ni moé. Chus venue te parler à matin juste pour les faire chier pis t'arais dû le comprendre... J't'ai peut-être dit que j'voulais pus jamais leu' parler parce que j'étais fâchée, mais j't'ai certainement jamais dit que j'voulais être ton amie, j'tais pas assez fâchée pour ça! Arrête de tourner autour de nous autres comme une mouche à marde, aussi! C'est de ta faute si on rit de toé!

LUCIENNE

Si tu penses que tu vas t'en tirer de même, Simone Côté! C'est pas si facile! Tout c'que tu mérites, c'est une bonne volée pis tu vas en avoir une! Peut-être pas aujourd'hui ni cette semaine

parce que j'ai pas envie de me faire punir pis que moé aussi j'veux travailler après le reposoir, mais tu perds rien pour attendre, c'est moé qui te le dis

SIMONE

Arrête donc de rêver, Lucienne Boileau! Tu serais même pas capable de faire du mal à une mouche! J'ai pas peur de toé parce que t'es pas dangereuse!

(Elle court vers ses deux amies)

THÉRÈSE

Gard'... Le retour de la repentie... On y parle tu ou ben donc si on la punit...

PIERRETTE

A' vient d'être malade, Thérèse, sa mère nous a demandé de prendre soin d'elle, hier...

THÉRÈSE

C'est pas une raison pour la laisser rire de nous autres!

PIERRETTE

A' l'a pas ri de nous autres...

THÉRÈSE

Comment t'appelle ça, d'abord, une fille qui sacre ses amies là pour aller niaiser avec une grosse niaiseuse comme Lucienne Boileau? A' l'a pas rien que ri de nous autres, a' nous a trahies!

SIMONE

Oui, c'est vrai que j'vous ai trahies. Mais... je l'regrette... Laissez-moé r' venir...

THÉRÈSE

Fais pus jamais ça, Simone...

SIMONE

Non, j'le f' rai pus jamais!

PIERRETTE

Tu t'en es-tu confessée, au moins?

SIMONE

Y fallait-tu?

THÉRÈSE

Ben non, voyons donc! C't'une farce qu'a te fais!

(S'élevèrent dans la cour de l'école trois rires clairs qui font se tourner bien des têtes et on voit trois petites filles, le célèbre trio «Thérèse pis Pierrette» à nouveau réuni, se prendre par la taille et laisser monter vers le ciel leur joie de se retrouver.)

SOEUR SAINTE-CATHERINE

Excusez-moi, monsieur... J'vous ai aperçu, tout à l'heure... vous regardiez dans la cour... et... je ne sais pas comment vous demander ça... Je voudrais savoir si vous cherchez du travail...

GÉRARD

Non

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.