50 ans à conserver la mémoire du Québec

Série Mémoire de papier : visites-conférences pour les 50 ans de la Bibliothèque nationale

Dans une ambiance conviviale, venez converser avec nos bibliothécaires passionnés autour de documents coups de cœur tirés des précieuses réserves de BAnQ. Au menu, 12 visites thématiques pour souligner les 50 ans de la Bibliothèque nationale. Les rencontres seront suivies d’une visite de l’édifice BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie, qui abrite un exemplaire de presque tout ce qui a été publié au Québec à travers le temps.

Les participants aux conférences de cette série peuvent profiter du rabais Ambassadeur à mabrasserie, complexe brassicole coopératif situé en face de BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie.

BAnQ Rosemont-La Petite-Patrie. Bibliothèque nationale 50 ans. Rayons remplis de livres, de part et d'autre d'un long corridor..

Photo : Michel Legendre

22 février – COMPLET
25 années d’acquisitions
par Daniel Chouinard, bibliothécaire spécialiste des acquisitions

Au fil de 25 années passées à acquérir toutes sortes de documents destinés à enrichir les collections patrimoniales de BAnQ, Daniel Chouinard a eu plus d’une occasion d’être étonné, charmé ou impressionné par le résultat de son travail. Il partagera avec vous quelques-uns de ses coups de cœur en vous racontant les circonstances de ces acquisitions. Embarquez-vous pour un étonnant voyage dans les coulisses des acquisitions patrimoniales, où vous croiserez entre autres La Bolduc, des photos anciennes du Saguenay, un curieux exemplaire du Petit Prince et un livre lilliputien…

15 mars  COMPLET
Estampes et livres d’artistes
par Arianne Parent-Touchette, bibliothécaire responsable des collections en arts visuels

Venez explorer la collection patrimoniale de livres d’artistes de BAnQ et rendre hommage aux artistes et artisans, ateliers, éditeurs et collectionneurs sans qui elle n’aurait pu être constituée.

La conférence entend montrer comment se manifeste la multiplicité des moyens d’expression artistiques liés au livre de création à partir d’une sélection d’œuvres québécoises datant principalement du xxe siècle. Du livre-objet des Éditions de l’Oeuf au livre d’artiste de facture classique issu de la production de Louis-Pierre Bougie en passant par le zine soigné de Julie Doucet, nous vous offrirons un aperçu de l’évolution d’une production artistique partagée entre la tradition française du beau livre et l’art conceptuel américain.

Le livre d’artiste ayant, jusqu’au début des années 1980, été tributaire du domaine de l’estampe originale, nous vous présenterons aussi des œuvres de graveurs de renom, tels René Derouin, Albert Dumouchel et Francine Simonin. Venez découvrir la grande diversité des styles, des techniques et des approches que regroupe la production québécoise du livre d’artiste et de l’estampe et, grâce au contact direct avec les œuvres, partager un moment d’intimité avec les travaux de créateurs d’ici.

5 avril
Premiers imprimeurs au Québec : Brown, Gilmore et Mesplet
par Isabelle Robitaille, bibliothécaire responsable des collections d’imprimés anciens

Les premiers pas de l’imprimerie au Québec remontent à 1764, peu de temps après la Conquête anglaise. On les doit à deux résidents de Philadelphie, William Brown et Thomas Gilmore, arrivés dans la ville de Québec avec tout leur matériel et des idées plein la tête. Grâce à eux, les écrits se sont mieux répandus parmi la population québécoise.  D’autres éditeurs ont suivi les traces de ces précurseurs : à Québec, Samuel Neilson, John Neilson, William Vondenvelden et John Jones de la Nouvelle Imprimerie, entre autres; à Montréal, Fleury Mesplet, Charles Berger, James Brown et Nahum Mower.

En compagnie de la bibliothécaire responsable des collections d’imprimés anciens à BAnQ, venez découvrir une sélection des toutes premières publications de ces pionniers de l’édition au Québec : premier journal, premier ouvrage en langue autochtone, premier périodique illustré, premier roman d’un auteur québécois, première œuvre lyrique… Ce sera l’occasion d’en apprendre plus sur divers aspects matériels de cette production (papier, reliure, caractères typographiques, etc.).

26 avril
Les mystères d’une carte de l’époque de la Nouvelle-France
par Alban Berson et Jean-François Palomino, cartothécaires

Une carte géographique manuscrite unique a récemment été acquise par BAnQ. Anonyme, non datée et inconnue des historiens, elle a fait l’objet d’une étude minutieuse qui a mis en lumière le rôle trop souvent oublié de la cartographie dans la navigation sur le fleuve Saint-Laurent au temps de la Nouvelle-France. À une époque où les naufrages faisaient rage, il n’était rien de plus précieux qu’une carte hydrographique fiable. Venez admirer cette carte et vous faire raconter son histoire en compagnie des spécialistes de la cartographie à BAnQ.

La rencontre sera suivie d’une visite de l’édifice, qui abrite non seulement un exemplaire de presque tout ce qui a été publié au Québec à travers le temps, mais une impressionnante collection de cartes géographiques et d'atlas portant sur le territoire québécois depuis la Nouvelle-France jusqu'à nos jours.

17 mai
Histoire et évolution de la chanson pop au Québec
par Myriam Genest, bibliothécaire spécialisée en musique du Québec

À quel moment est apparue la première chanson populaire spécifiquement québécoise? Quelles sont les métamorphoses qu’a connues la chanson pop qui lui ont permis de s’imposer et quels sont les genres qui ont jalonné son histoire? Cette conférence offre une incursion dans l’univers de la chanson populaire et des artistes fondateurs du patrimoine sonore québécois, de la Nouvelle-France au xxie siècle.

Au fil des décennies, de nouveaux courants musicaux ont fait leur apparition : le country, le yéyé, le trad et le métal, par exemple. Nous porterons une attention particulière à la diversité culturelle québécoise, qui se traduit par un métissage des styles musicaux. À l’aide de documents sonores et visuels, nous survolerons les progrès technologiques d’hier à aujourd’hui. Nous présenterons des extraits d’enregistrements de la Bolduc, de Félix Leclerc, de Jean-Pierre Ferland et de Robert Charlebois.

Nous terminerons la rencontre avec une courte réflexion sur l’arrivée des nouvelles technologies et leurs effets sur l’industrie du disque et sur ses artistes.

Les participants pourront aussi apprécier l’évolution des différents supports musicaux, depuis le rouleau de cire jusqu’au CD, en passant par le 78 tours, le vinyle et la cassette. 

7 juin
Collectionner l’éphémère
par Danielle Léger et Isabelle Robitaille, bibliothécaires

Le fragile patrimoine des imprimés éphémères a gagné en prestige depuis 1968. Venez explorer une belle sélection d’affiches, de cartes postales, de programmes de spectacles et d’autres « documents mineurs et passagers de la vie quotidienne ». Vous y verrez notamment une rare carte publicitaire de l’hôtel Richelieu de Montréal (vers 1880), un minuscule portrait de la cantatrice Emma Albani (distribué en 1912 dans des paquets de cigarettes) et le programme de l’ultime tournée nord-américaine de l’illusionniste Harry Houdini (1926).

Les éphéméras ont longtemps été négligés par les institutions patrimoniales. Ils ont pourtant suscité la curiosité des collectionneurs – lesquels lèguent de fabuleuses collections qui font le bonheur des chercheurs et diffuseurs d’aujourd’hui. Ces traces fugitives sont essentielles pour qui s’intéresse à l’histoire sociale du Québec, à l’histoire de l’imprimerie, de la typographie, des images et de la publicité.

Nous aborderons aussi les enjeux suscités par l’intérêt croissant pour l’intégration en bibliothèque des éphéméras. Que faire des calendriers, des cartes publicitaires, des ex-libris, des formulaires qui n’entrent pas dans les catégories en usage à BAnQ? La description de ces « non-livres » pose aussi des défis : la documentation de leur contexte de production et de leur provenance prend ici un relief inattendu.

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.

21 juin
Reconstituer l’histoire du Québec grâce aux sources de l’époque
par Michèle Lefebvre, bibliothécaire et historienne

C’est notamment grâce aux documents conservés au fil du temps par des particuliers et par des institutions comme BAnQ que nous pouvons aujourd’hui reconstituer la passionnante histoire du Québec. Les historiens explorent ces sources anciennes et publient le résultat de leurs recherches, souvent très riches. Mais nous découvrons alors notre histoire par l’entremise d’un tiers. Nous vous offrons une occasion unique de revivre en direct certains événements-phare de notre histoire, à travers les yeux de ceux qui en ont été témoins, en plongeant dans quelques-uns des précieux documents imprimés des collections de BAnQ.

Voyages de Champlain au Canada et de Cavelier de La Salle en Louisiane, bataille des Plaines d’Abraham et capitulation de la Nouvelle-France, émeute mortelle lors d’une élection à Montréal en 1832, rébellions des Patriotes, naufrage du paquebot Empress of Ireland dans le Bas-Saint-Laurent en 1914, crise de la conscription pendant la Première Guerre mondiale, octroi du droit de vote aux femmes au Québec en 1940… Tous ces événements prennent une nouvelle saveur lorsqu’on parcourt les livres, les gravures, les cartes géographiques, les articles de journaux et les rapports produits au moment où ils se sont déroulés.

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.

13 septembre
Cartographier l’Amérique au xviie siècle : le cas de la Nouvelle-France
par Alban Berson, cartothécaire

Au xvie siècle, les Français commencent à explorer l’immense territoire qu’ils ont baptisé du nom de Nouvelle-France, puis, au xviie siècle, à le coloniser. Une science contribue grandement à mener à bien cette entreprise : la cartographie. En effet, les cartes permettent de représenter le territoire et de communiquer un savoir géographique. Au cœur d’enjeux logistiques, politiques et militaires, elles constituent un outil de contrôle indispensable pour les autorités coloniales et pour le roi lui-même. Guidé par un spécialiste de collection, venez contempler plusieurs de ces cartes anciennes et en apprendre plus sur le contexte de leur création.

La rencontre sera suivie d’une visite de l’édifice, qui abrite non seulement un exemplaire de presque tout ce qui a été publié au Québec à travers le temps, mais une impressionnante collection de cartes géographiques et d'atlas portant sur le territoire québécois depuis la Nouvelle-France jusqu'à nos jours. 

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.

4 octobre 
Lieux de théâtre à Montréal, 1825-1930
par Danielle Léger, bibliothécaire

Les collections et fonds d’archives de BAnQ recèlent plusieurs traces encore inexplorées de l’histoire de Montréal en tant que cité du spectacle. Grâce à un partenariat avec le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal, plus de 120 de ces images et imprimés ont été analysés, interprétés, puis intégrés dans un parcours Web. Venez explorer une sélection de documents originaux qui traitent des théâtres huppés comme des lieux de divertissement populaire.

L’histoire de ces lieux culturels suscite des incursions vers l’opéra, la musique, la magie, le cirque et le cinéma. Vous pourrez examiner le tout premier imprimé du tout premier théâtre permanent de Montréal. Affiches, cartes postales, illustrations, programmes de spectacles et publicités évoqueront le vénérable Théâtre National, l’éphémère Palais-Royal, le Théâtre Family devenu Corona, l’assassin du président Abraham Lincoln, les neuf visites de Sarah Bernhardt, la vedette du théâtre yiddish Molly Picon, un bruiteur du Théâtre Chanteclerc, etc.

Plusieurs phénomènes culturels seront abordés tels le théâtre de collèges, les parcs d’attractions, la mode des chapeaux, les commerces de proximité (hôtels, restaurants), etc. Nous nous intéresserons aussi aux sources (journaux, annuaires Lovell, plans d’assurance-incendie) qui ont permis de raconter l’histoire du spectacle à Montréal et de localiser avec plus de précision les lieux de théâtre étudiés.

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.


25 octobre
Regard sur l’image dans la littérature jeunesse québécoise
par Pascale Grenier, bibliothécaire

On dit que l’enfant devient lecteur lorsqu’il entre en première année du primaire. C’est oublier qu’il est depuis son plus jeune âge un très grand lecteur… d’images!

En grandissant, nous perdons souvent cette facilité à nous plonger dans l’image au profit des lettres. Cette visite-conférence se veut l’occasion de retrouver ses yeux d’enfant et de (re)découvrir certains des plus fascinants albums des dernières décennies.

Le livre d’images (aussi appelé album) a vécu un grand renouveau artistique au Québec dans les années 1970 et surtout 1980 lorsque les Éditions Ovale et La courte échelle se sont mis à publier des livres à l’intention des tout-petits. Roger Paré, Ginette Anfousse et Philippe Béha, entre autres, ont donné traits et couleurs à des personnages qui ont habité l’imaginaire et les bibliothèques des jeunes. Vous souvenez-vous de Mon ami Pichou?

Quarante ans plus tard, la littérature jeunesse québécoise ne connaît plus de frontières, surtout ses livres d’images. Ils sont lus à l’étranger et certains de ses illustrateurs reçoivent les plus hautes distinctions internationales. Quels sont donc ces livres et ces créateurs?

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.

15 novembre
Représenter la flore au Québec
par Céline Simonet, bibliothécaire

La flore a toujours fait partie intégrante de la vie des Autochtones (alimentation, artisanat, médecine, rituels). On en trouve la trace dans quelques ouvrages de l’époque de la Nouvelle-France. Les représentations textuelles et iconographiques de la flore sont intimement liées à l’histoire des explorateurs. Dans des récits de voyages ou des ouvrages spécialisés, ceux-ci relatent leurs découvertes botaniques. L’un des premiers ouvrages sur la flore de l’Amérique du Nord, l’ouvrage du botaniste français André Michaux intitulé Flora boreali-americana (paru en 1803), offre de formidables illustrations de la flore, œuvres de Pierre Joseph Redouté gravées par Auguste Plée.

À partir du XIXe siècle, l’abbé Léon Provancher puis le frère Marie-Victorin s’approprient la botanique québécoise. Ce dernier se démarque avec la parution de son livre intitulé Flore laurentienne, illustré par le frère Alexandre. Nous vous invitons à voyager dans le temps grâce aux collections de BAnQ afin de découvrir de multiples représentations de la flore québécoise. D’ordre scientifique ou imaginaire, figuratives ou abstraites, elles ont été publiées sur divers supports documentaires (livres, cartes postales, affiches, livres d’artiste) et au moyen de diverses techniques (dessin, peinture, gravure, photographie).

Les réservations seront possibles quelques semaines avant l’événement.

6 décembre
Levons notre verre à l’histoire : bières et autres alcools dans les imprimés de BAnQ
Conférencier à venir

Descriptif à venir

Nos partenaires

Ville de Montréal. Fondation de BAnQ. Les Amis de BAnQ. Catalogue des bibliothèques du Québec. RDAQ. RFN.