Allocution de Guy Berthiaume, président-directeur général de BAnQ, devant la Conférence régionale des élus de l'Outaouais

Le centre de BAnQ en Outaouais : beaucoup plus que des archives

Distingués membres de la Conférence,

Je tiens tout d'abord à remercier la Conférence régionale des élus de l'Outaouais de m'avoir invité ce matin.

Je suis accompagné de madame Nathalie Gélinas, l'archiviste-coordonnatrice responsable de notre centre de l'Outaouais. Ceux qui connaissent Nathalie savent à quel point elle est compétente et dynamique et à quel point elle a à cœur le rayonnement de son centre.

Je me permets de vous présenter en quelques mots Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), une institution complexe de prime abord, puisqu'elle s'est formée au fil de trois fusions rapides et successives qui correspondent aux trois mandats qui composent notre mission.

Premièrement, BAnQ comprend une bibliothèque publique d'envergure, la Grande bibliothèque du Québec, qui a été créée en 1998 par la fusion de la Bibliothèque St-Sulpice et de la Bibliothèque centrale de Montréal. La Grande Bibliothèque a ouvert ses portes en avril 2005, il y a maintenant 8 ans et, depuis son ouverture, ce sont plus de 23 millions de visiteurs qui ont franchi ses portes, ce qui fait d'elle – aux dernières nouvelles – la bibliothèque la plus fréquentée en Amérique du Nord et la plus fréquentée de la Francophonie.

Puis, en 2001, avant même que la Grande Bibliothèque n'ouvre ses portes, elle a été fusionnée à la Bibliothèque nationale du Québec, qui avait été créée en 1967. En s'appuyant sur le dépôt légal, la bibliothèque nationale a la vocation de rassembler, de conserver et de diffuser tout ce qui se publie au Québec, que ce soit les livres, les journaux, les revues, les CD de musique, les films, les affiches, les cartes postales ou les estampes d'artistes. On y retrouve une collection de plus de trois millions de documents, ce qui fait de BAnQ à la fois la gardienne des trésors patrimoniaux et la détentrice de la mémoire éditoriale du Québec.

Enfin, le réseau des archives nationales, qui conserve près de 60 kilomètres linéaires de documents, a été fusionné à la nouvelle Bibliothèque nationale, le 31 janvier 2006; le réseau des archives nationales est présent dans 10 villes du Québec : Gaspé, Gatineau, Montréal, Québec, Rimouski, Rouyn-Noranda, Saguenay, Sept-Îles, Sherbrooke et Trois-Rivières, et il est à l'avant-garde des mutations numériques, ce qui en fait un instrument unique de préservation de la mémoire patrimoniale.

Et pour compléter le portrait de famille, j'ajoute que nos services virtuels, qui sont disponibles jour et nuit, reçoivent plus de 5 millions de visites par année. Eu égard aux livres numériques, nous avons développé un modèle unique qui nous permet de prêter 7000 titres québécois. La plateforme PRETNUMERIQUE.CA – entrée en fonction en décembre 2011 – permet l'emprunt en ligne par les abonnés des bibliothèques publiques de livres numériques québécois. À ce jour 36 bibliothèques et réseaux de bibliothèques ont adhéré à la plateforme et ce nombre est en croissance constante.

BAnQ consacre annuellement sept millions de dollars à l'achat de documents de toutes sortes : livres, revues, journaux, bases de données, CD, DVD, Blu-ray, jeux vidéo, etc. Ses acquisitions sont faites auprès de librairies agréées de toutes les régions du Québec. Dans toute la mesure du possible, BAnQ s'approvisionne auprès d'au moins trois librairies agréées de chacune des régions. Dans le cas de l'Outaouais, ce sont en fait quatre librairies agréées qui sont nos fournisseurs : la Coopérative régionale et universitaire de l'Outaouais et les librairies Réflexion, Rose-Marie et Soleil.

5261 citoyens de l'Outaouais sont abonnés aux services de la Grande Bibliothèque et l'année dernière (2012-2013), ils ont emprunté 10 698 documents.

Le Centre de BAnQ en Outaouais est situé au 855, boulevard de la Gappe, dans la maison de la culture de Gatineau. Il participe à un partenariat avec la Section de la gestion des documents et des archives de la Ville de Gatineau, le Centre régional d'archives de l'Outaouais et la Société de généalogie de l'Outaouais. Dans la maison de la culture, on retrouve donc un guichet unique pour les ressources documentaires et généalogiques, en plus d'une bibliothèque publique importante, la bibliothèque Guy-Sanche (anciennement Bowater). De plus, à moins de cinq minutes à pied de la maison de la culture, on trouve le Centre administratif de Bibliothèque et Archives Canada (550, place de la Cité), ce qui donne au quartier une concentration unique de documents et d'archives de toutes sortes.

Le Centre de BAnQ est doté d'une salle de consultation pouvant accueillir 52 personnes qui est ouverte au public du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30 et les mardis et mercredis de 19 h à 22 h. L'année dernière, 5729 séances de travail y ont été effectuées.

On retrouve à la maison de la culture de Gatineau des archives publiques provenant des bureaux régionaux des ministères et des cours de justice. On y trouve aussi des archives privées qui permettent de faire l'histoire des personnes et des entreprises qui ont façonné la région depuis le milieu du xixe siècle, la famille Mackay-Papineau, Champlain Marcil, Aimé Guertin, Ernest St-Jean, la compagnie James Maclaren, etc. L'ensemble des fonds que nous y avons représente plus de 1500 mètres linéaires de documents, 50 000 cartes et plans et 177 000 photographies! La consultation de ces documents participe à la recherche d'ancrage de l'identité régionale et à son rayonnement.

De plus, profitant de notre localisation dans la maison de la culture de Gatineau, nous proposons régulièrement des expositions aux personnes qui la fréquentent. Si vous ne l'avez pas déjà vue, je vous invite à visiter l'exposition De la Belle Époque au prêt-à-porter qui retrace les remaniements que connaît la silhouette féminine entre 1880 et 1940. Elle est en montre jusqu'au 25 mai 2014. Il n'est donc pas nécessaire de vous y précipiter tout de suite!

Mais nous voulons faire encore plus dans nos centres et faire d'eux la pierre angulaire de la présence de BAnQ à l'échelle de tout le Québec.

Au cours de la dernière année, j'ai présidé un groupe de travail chargé d'identifier les façons de développer notre présence à l'extérieur de Montréal.

Les nouvelles initiatives que nous avons identifiées découlent très largement de notre vocation de bibliothèque nationale. En effet, étant donné que le Québec s'est doté d'un réseau très étendu de bibliothèques publiques relevant des municipalités, il m'est apparu opportun d'éviter à tout prix de faire double emploi avec le travail des bibliothèques municipales.

Les principales mesures que nous prendrons au cours de l'année actuelle sont les suivantes :

  • acquérir et diffuser, pour consultation sur place, dans les centres régionaux à l'extérieur de Montréal et Québec, le patrimoine documentaire publié présentant un intérêt pour la région, soit par le sujet ou par la localisation de l'éditeur; de cette façon, les habitants d'une région pourront compter sur le centre de BAnQ pour avoir accès à tout ce qui se publie dans et sur leur région;
  • donner un plus large accès aux collections patrimoniales par la numérisation et la mise en disponibilité à partir de postes informatiques dédiés dans les salles de consultation (sans reproduction);
  • permettre aux éditeurs de faire le dépôt légal de leurs documents dans les centres régionaux et confier à nos archivistes-coordonnateurs le soin d'identifier les éditeurs et les organismes culturels régionaux (producteurs d'affiches, de programmes de spectacles, etc.) susceptibles de faire le dépôt légal;
  • planifier une tournée régionale des centres d'artistes par notre spécialiste des collections d'art en vue d'établir des liens avec les artistes, de faire connaître les collections de BAnQ et de promouvoir le dépôt légal;
  • offrir aux usagers des salles de consultation des centres d'archives régionaux un accès à Internet sur le réseau sans fil (Wi-Fi) de BAnQ; à Gatineau ce service est en place depuis le 18 juillet;
  • permettre aux abonnés de BAnQ de remettre dans les centres régionaux les documents empruntés à la Grande Bibliothèque;
  • organiser des colloques et des journées d'étude en région, en collaboration avec les institutions d'enseignement et les sociétés d'histoire;
  • offrir des activités de formation et des ateliers-conférences (ex. : initiation à la lecture numérique), en collaboration avec les milieux.

Comme vous le voyez, notre ambition est de faire de nos centres d'archives des centres représentant l'ensemble des missions de BAnQ.

Et il y a plus. Avec l'appui des mécènes qui contribueront à la campagne de financement de notre fondation, nous allons explorer de nouvelles avenues de mise en valeur du patrimoine documentaire.

Nous nous rapprocherons des gens des quatre coins du Québec par des projets « hors les murs » reposant sur des bornes interactives, des parcours ou des applications pour téléphones intelligents.

Ces initiatives miseront sur les particularités régionales, tout autant que sur nos points de convergence. De cette façon, tous les citoyens pourront s'approprier leur identité par l'image, le texte et l'enregistrement sonore.

Merci de votre attention. Vos suggestions seront les bienvenues.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.