Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

À propos de BAnQ

Communiqués de presse

Facebook. Twitter.

14 février

Exposition Le livre de la Renaissance à Montréal :
des originaux rares et précieux réunis à la Grande Bibliothèque

Montréal, le 14 février 2012 – Des ouvrages qui ont renouvelé méthodes et savoirs et repoussé les connaissances géographiques, intellectuelles, spirituelles, littéraires et scientifiques du monde occidental? Pour le plus grand plaisir des amateurs, l’exposition Le livre de la Renaissance à Montréal en donnera à voir plus de 200 jusqu’au 27 janvier 2013 à la Collection nationale de la Grande Bibliothèque.

Présentée en deux temps, cette exposition est produite par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en partenariat avec l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Université McGill. Aux ouvrages de ces institutions prêteuses s’ajoutent des documents issus des riches collections de livres anciens de l’Université de Montréal, de l’Université Concordia, du Musée Stewart et du Collège Jean-de-Brébeuf. L’exposition s’attache à montrer la complexité de la notion de livre à la Renaissance, les réalisations des principaux imprimeurs, tel Alde Manuce, à qui nous devons le caractère italique encore utilisé aujourd’hui, ainsi que celles d’autres grandes figures comme Gryphe, Froben, Estienne et Plantin, qui ont inventé le livre moderne.

« Nous avons grand intérêt à faire découvrir que, contre toute attente, les livres de la Renaissance ne sont pas absents des collections québécoises, a indiqué Guy Berthiaume, président-directeur général de BAnQ. En effet, les grands collectionneurs, les mécènes et les communautés religieuses ont doté nos bibliothèques publiques et universitaires de trésors remarquables. Nos usagers auront un accès enrichi au patrimoine littéraire et documentaire si cet accès est ancré dans les sources mêmes de notre culture. »

« J’avais à cœur que les documents présentés soient des originaux, a ajouté Brenda Dunn-Lardeau, instigatrice et commissaire de cette exposition. Je voulais montrer non seulement le livre comme véhicule de l’humanisme mais aussi le livre comme artéfact avec ses marginalia – les notes écrites en marge –, ses ex-libris, voire avec ses marques de censure, comme des pages excisées ou maculées d’encre. »

Un premier volet thématique, exposé jusqu’au 12 août 2012, regroupera des ouvrages sous le thème « Textes sacrés et profanes ». Parmi ceux-ci :

  • le Songe de Poliphile de Francisco Colonna, un incunable de 1499 ;
  • la traduction de Jacques Amyot (1572) des Œuvres morales de Plutarque, ouvrage que Montaigne considérait comme son bréviaire ;
  • les Elegantiæ de Lorenzo Valla, qui marquent une rupture entre le latin médiéval, jugé barbare, et le retour au latin classique à la Renaissance ;
  • l’édition du Novum Testamentum d’Erasme, lacéré au poignard au XVIe siècle, dont l’auteur osa corriger le texte de la Vulgate ;
  • le livre d’Agrippa von Nettesheim qui, décrivant les femmes comme supérieures aux hommes, fit scandale en 1529.

Lui succédera, du 21 août 2012 au 27 janvier 2013, un second volet sur l’humanisme scientifique qui présentera d’autres documents d’exception parmi lesquels des éditions de Tacite et de Machiavel (histoire) ainsi que de Vitruve et d’Alberti (architecture), de même que les traités de Copernic sur l’astronomie, de Vésale sur l’anatomie et de Stöffler sur les usages de l’astrolabe.

À propos de la commissaire

Brenda Dunn-Lardeau est professeure au Département d’études littéraires de l’UQAM. Auteure de plusieurs livres et articles sur le Moyen Âge et sur la Renaissance, elle a notamment reçu un prix de l’Académie française et un autre de la Modern Language Association pour son édition de La légende dorée. Elle a fondé le Groupe de recherche multidisciplinaire de Montréal sur les livres anciens (2004). Dans le cadre du projet Le livre de la Renaissance à Montréal, elle a travaillé en étroite collaboration avec Richard Virr, chef et conservateur des manuscrits de la Division des livres rares et fonds spéciaux de l’Université McGill, qui a agi à titre de conseiller scientifique.

Activités en complément à l’exposition

1er mars
Conférence : Le livre de la Renaissance à Montréal
Avec Brenda Dunn-Lardeau, commissaire de l’expo¬sition
19 h 30, Auditorium de la Grande Bibliothèque

13 et 14 avril
Journées d’étude : Ouvrages phares de la Réforme et de la Contre-Réforme dans les collections montréalaises
Organisées parallèlement à l’exposition, ces deux journées d’étude porteront notamment sur Érasme, Luther, Thomas a Kempis, Holbein, R. Estienne et Surius. Le programme inclut une visite de l’exposition. Une présentation de BAnQ et de l’UQAM.
Renseignements : banq.qc.ca/colloques

17 mai
Conférence et concert : La poésie amoureuse de la Renaissance
Avec David Dorais, romancier, nouvelliste et spécialiste de la poésie de la Renaissance
La conférence sera suivie d’un concert de l’ensemble musical Les Idées heureuses consacré aux Amours de Ronsard.
19 h 30, Auditorium de la Grande Bibliothèque

Au sujet de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Plus grande institution culturelle du Québec et pilier essentiel de la société du savoir, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a pour mission d’offrir un accès démocratique à la culture et à la connaissance. Elle rassemble, conserve et diffuse le patrimoine documentaire québécois ou relatif au Québec. Elle offre aussi les services d’une bibliothèque publique d’envergure. BAnQ regroupe la Grande Bibliothèque, le Centre de conservation et neuf centres d'archives à Montréal, Québec, Gatineau, Rimouski, Rouyn-Noranda, Saguenay, Sept-Îles, Sherbrooke et Trois-Rivières, de même qu’un point de service à Gaspé.

Catalogue des Bibliothèques du Québec. RFN: Réseau Francophone Numérique. Réseau de Diffusion des Archives du Québec. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.

© Bibliothèque et Archives nationales du Québec