Rapport annuel BAnQ 2010-2011

Des nouvelles de BAnQ

Table des matières

 

  1. Une institution carrefour 
  2. Une institution de mémoire
  3. Une institution de savoir
  4. Une institution tournée vers l’avenir
  5. Une institution communicante

Haut1. Une institution carrefour

BAnQ est une institution carrefour, inscrite au cœur de la mission du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, au diapason des activités culturelles du Québec, en symbiose avec les autres intervenants du milieu culturel.

BAnQ assume pleinement son rôle de carrefour culturel, à la fois par la richesse de ses collections, qui contribuent à la diffusion de la mémoire collective, et par la panoplie d’activités adaptées à un vaste public qu’elle offre à l’échelle du Québec.

C’est en grand nombre que les Québécois utilisent les ressources et les services de BAnQ, sans cesse renouvelés, augmentés et enrichis. Que ce soit à la Grande Bibliothèque, dans les centres d’archives, au Centre de conservation ou grâce aux services à distance, les utilisateurs découvrent continuellement les services et les activités de BAnQ. Celle-ci sert également de plate-forme à des activités de recherche et de formation ainsi qu’à de nombreuses manifestations culturelles accessibles à tous.

L’utilisation des services en ligne connaît une augmentation notable, et plus particulièrement celle du service de référence à distance : en 2010-2011, les demandes reçues par courriel étaient en hausse de 31 % et celles reçues par téléphone, de 17 %. Le  portail Internet de BAnQ demeure très fréquenté, avec plus de quatre millions de visites par année. Le prêt entre bibliothèques, les nouvelles histoires en ligne pour les jeunes, la fourniture de livres aux usagers du Service québécois du livre adapté, par téléchargement ou à domicile, enrichissent toujours le vaste registre de services offerts de façon efficace et rapide à la population sur tout le territoire du Québec.

Même si le nombre d’emprunts et de visiteurs à la Grande Bibliothèque a connu en début d’année une baisse attribuable à la diminution des heures d’ouverture, la situation s’est sensiblement rétablie au début de 2011. Au total, par rapport à l’année précédente, les visites ont diminué de 9 % (ou 264 000). En revanche, les emprunts de documents n’ont diminué que de 2 % et le nombre d’abonnés a continué de croître : au 31 mars 2011, on en comptait 286 074, en hausse de 6 %.

À l’affût des besoins de ses usagers, BAnQ a lancé plusieurs nouvelles initiatives. De nombreux nouveaux ateliers de formation, dont un très couru sur le livre numérique, ont été mis sur pied. Puisque l’accueil des nouveaux arrivants fait partie des missions essentielles de BAnQ, des séances de conversation française leur ont été offertes grâce à l’association Les Amis de BAnQ et les enfants des nouveaux arrivants se sont vu offrir, depuis février 2011, l’Heure du conte TD. Grâce à un don de la Financière Banque TD à la Fondation de BAnQ, cette activité propose des contes en espagnol, en créole haïtien, en arabe, en chinois et en roumain ainsi qu’en français. Par ailleurs, BAnQ a renouvelé pour cinq ans son entente de collaboration avec le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, au bénéfice des nouveaux arrivants.

Au début de 2011, à l’aide d’une contribution de sa fondation, BAnQ a lancé un service d’aide aux devoirs pour les jeunes de 8 à 13 ans. En plus de recevoir des conseils sur leurs travaux scolaires, les jeunes apprennent à utiliser les nombreuses ressources documentaires de la Grande Bibliothèque et, avant tout, de son Espace Jeunes. Par ailleurs, grâce à la collaboration bénévole des Amis de BAnQ, un service d’accompagnement des personnes handicapées est offert à la Grande Bibliothèque et au Centre d’archives de Montréal.

Le rôle pivot de BAnQ se concrétise également par de nouveaux services destinés aux milieux documentaires. L’ouverture du Service québécois de traitement documentaire permet d’offrir, depuis décembre 2010, un accès aux bases de données bibliographiques WorldCat d’OCLC et Memento de la Banque de titres en langue française. Plus de 50 bibliothèques québécoises ont déjà téléchargé des milliers de notices dans leurs catalogues en utilisant ce service. De plus, l’utilisation du Catalogue des bibliothèques du Québec et de son système informatisé a entraîné, en deux ans, une augmentation de 24 % du nombre de prêts entre bibliothèques dans les bibliothèques publiques québécoises. Une étude sur la faisabilité d’un réseau de référence coopérative virtuelle amorcée en 2010-2011 ouvre la voie à de nouvelles perspectives dans ce domaine.

Depuis sa création, BAnQ propose une programmation culturelle riche et diversifiée. Afin de mieux cibler son offre culturelle, BAnQ a procédé à une large consultation auprès de ses partenaires et, en mars 2011, son conseil d’administration a adopté à l’unanimité une politique qui assurera la cohérence de la programmation culturelle et permettra à celle-ci de témoigner encore mieux de la richesse et de la diversité des collections de BAnQ.

L’année 2010-2011 a vu une augmentation de 26 % de la fréquentation des activités culturelles par rapport à l’année précédente. Expositions, entretiens avec des personnalités, clubs d’écoute, ateliers, cycles de conférences, spectacles et autres composent la programmation culturelle de BAnQ. 

Afin d’assurer la mise en valeur de ses fonds et de ses collections, BAnQ a conçu et réalisé un programme majeur d’expositions. Treize nouvelles expositions ont été conçues et présentées en 2010-2011. Au total, 25 expositions ont pris place dans les édifices de BAnQ et deux expositions itinérantes ont été présentées dans les régions de la Côte-Nord et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. En complément aux expositions, BAnQ a organisé des visites et des conférences qui ont permis au public de pousser plus loin ses découvertes.

La contribution de BAnQ à la scène culturelle montréalaise s’est concrétisée par la signature de partenariats, qui touchent à la fois aux expositions et aux activités que présente l’institution. Ces partenariats ont mené à la création de trois séries : Docville (Rencontres internationales du documentaire de Montréal), Hockey et philosophie (UPop Montréal) et Place à l’opéra (Opéra de Montréal). Ils ont également permis la réalisation d’activités spéciales : XYZ – 25 ans de littérature (XYZ – La revue de la nouvelle), Le premier homme d’Albert Camus : une symphonie inachevée (Théâtre Denise-Pelletier), Théâtre à lire – En compagnie de Jasmine Dubé (Festival Coups de théâtre), Casse-Noisette raconté (Grands Ballets canadiens) et Contes et traditions orales du Parcours des arts haïtiens / Viv Ayiti des Journées de la culture 2010 (Culture pour tous). Enfin, un partenariat a aussi été conclu dans le cadre de l’exposition Liberté, des écrivains dans la Cité, 1959-2009 (Collectif Liberté inc.).

 

Haut2. Une institution de mémoire

BAnQ est une institution de mémoire, implantée dans toutes les régions du Québec, au service de l’ensemble des citoyens, reflet de la diversité culturelle et promotrice de sa richesse.

À l’affût de toutes les sources d’enrichissement du patrimoine collectif, BAnQ n’hésite pas à adopter des solutions originales et d’avant-garde pour assurer la conservation du patrimoine  constitué de documents publiés et d’archives qu’elle rassemble.

Au cœur des activités de conservation de BAnQ figure l’enrichissement de la Collection patrimoniale. Cette dernière regroupe l’ensemble quasi exhaustif des ouvrages édités au Québec. Plusieurs acquisitions d’importance ont été effectuées au cours de l’année, dont 187 programmes et 341 affiches du Théâtre du Rideau Vert, un lot d’environ 13 000 documents comprenant des livres, des brochures, des journaux et des revues provenant de la Fondation Lionel-Groulx, un lot de 173 affiches québécoises anciennes remises par Marc H. Choko ainsi que des lots de 38 estampes de Pierre Ayot, de 28 estampes de Pierre-Léon Tétreault et de 50 estampes de Martin Müller-Rein.

Pour assurer la diffusion de ses documents anciens, uniques ou fragiles, BAnQ s’est dotée d’appareils spécialisés qui permettent de les numériser de façon sécuritaire.

La démocratisation de notre patrimoine est une préoccupation qui se concrétise aussi dans le projet de mise sur pied d’une bibliothèque québécoise de dépôt qui est mené avec les bibliothèques des universités membres de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ).  Cette initiative permettrait de garder à la disposition de la population, en un seul lieu, un exemplaire des documents qui ne sont pas consultés assez fréquemment pour être conservés sur les rayons de chacune des bibliothèques participantes.

En ce qui concerne les archives québécoises, BAnQ est investie d’une double mission : soutenir la gestion des documents administratifs du gouvernement et des organismes publics, d’une part, et assurer la conservation et la diffusion des archives historiques, d’autre part.

La Loi sur les archives, qui encadre les activités de BAnQ dans ce domaine, est en vigueur depuis 1983. Afin de l’actualiser pour tenir compte des nouvelles réalités, BAnQ a entrepris d’en proposer la révision. En 2011-2012, une consultation du milieu des archives sera menée à titre de préalable à cette révision.

BAnQ a également travaillé à la révision de la Politique de gestion des documents actifs et semi-actifs du gouvernement du Québec, ainsi qu’à celle de la Politique de gestion des documents inactifs des organismes publics. Elle a déposé la première pour approbation au gouvernement du Québec. La seconde sera soumise à l’approbation de la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine au cours de l’exercice 2011-2012.

En appui à tous les ministères et organismes, BAnQ poursuit le développement de l’extranet transactionnel appelé « Gestion de l’application de la Loi sur les archives » (GALA). Cette année, un effort particulier a été consacré à la mise à jour des recueils de conservation des ministères, des organismes gouvernementaux, des commissions scolaires, des services de police et des cégeps. Sur son portail et sur l’extranet destiné à ses partenaires du milieu des archives, BAnQ a présenté de nouveaux outils de gestion intégrée des documents, dont l’un sur la numérisation des documents administratifs.

La préservation des documents numériques prend une importance grandissante. C’est pourquoi BAnQ a créé un comité chargé d’explorer certaines possibilités d’archivage et de réaliser les outils nécessaires à cette opération. Ce comité travaille à une politique de préservation des documents numériques dont l’adoption est prévue pour 2011.

La conservation et la diffusion des archives historiques constituent une mission importante qui soutient la pérennité de notre mémoire collective. Le groupe de travail sur le patrimoine autochtone de BAnQ a réalisé une enquête auprès de plusieurs communautés autochtones afin de mieux connaître leurs besoins en matière de formation. De plus, un groupe de travail composé de trois représentants de BAnQ et de trois représentants des communautés autochtones a amorcé la rédaction d’un guide de gestion du patrimoine autochtone dont l’objectif est de tenir compte des mandats et des responsabilités des conseils de bande. BAnQ a de plus participé aux travaux d’un comité fédéral-provincial créé en juin 2010 pour échanger sur les projets liés aux archives autochtones. Elle continue également à être active au sein de l’Association internationale des archives francophones et, en 2010-2011, elle a poursuivi sa participation au choix des orientations et du contenu du Portail international des archives francophones.

L’année a été marquée par des acquisitions remarquables de documents et de fonds d’archives. Un important ajout au fonds Gilles Vigneault a complété le fonds que possédait déjà BAnQ, ce qui permet aux chercheurs d’étudier l’ensemble de l’œuvre de création de l’artiste. BAnQ a aussi reçu le fonds du premier théâtre d’été au Québec, le Théâtre La Fenière ; témoignant des activités de ce théâtre entre 1958 et 1987, il se compose de nombreuses archives textuelles et d’environ 2000 photographies de comédiens. Le fonds du réalisateur et dramaturge Paul Gury a également été versé : il comprend ses textes de radioromans ainsi que ses notes pour la réalisation des premiers films tournés au Québec : Le curé du village, Un homme et son péché et Séraphin.

De plus, le Bureau de l’Arpenteur général du Québec du ministère des Ressources naturelles a procédé à un important versement de cartes et de plans anciens datant de 1754 à 1967. 

Les ententes de partenariat constituent un moyen d’action essentiel pour BAnQ. Au cours de l’année 2010-2011, elle a renouvelé des ententes de partenariat avec Bibliothèque et Archives Canada pour l’attribution des numéros ISBN aux éditeurs francophones canadiens, avec Services documentaires multimédias pour la production de l’index de périodiques Repère, avec la Cinémathèque québécoise pour le dépôt légal des films et des émissions de télévision et avec Publicité Sauvage pour le dépôt légal des affiches.

 

Haut3. Une institution de savoir

BAnQ est une institution de savoir, d’une part en favorisant l’autoformation et, d’autre part, en collaborant étroitement avec les milieux de la recherche et ceux de tous les niveaux du système d’éducation, du préscolaire jusqu’à l’universitaire. Fidèle à sa mission première de démocratisation de l’accès à la connaissance et à la culture, BAnQ se positionne à juste titre en tant que pilier essentiel de la société du savoir. En participant à la diffusion du savoir, elle devient source de développement économique.

Cette année, de multiples activités ont permis de mettre en valeur la Collection patrimoniale, de même que les fonds d’archives. Des visites spécialisées, des ateliers-conférences et des sélections bibliographiques thématiques permettent d’explorer de façon plus ciblée un patrimoine documentaire riche. Dans le cadre du programme d’ateliers-conférences de BAnQ, les bibliothécaires spécialistes des collections spéciales (affiches, estampes, cartes géographiques, livres anciens, etc.) ont offert 39 séances à 1400 participants, dont 53 % d’étudiants universitaires, 40 % de cégépiens et 7 % de partenaires de BAnQ, d’associations et d’autres représentants du secteur de la production imprimée québécoise. Bien que la majorité de ces ateliers se tiennent au Centre de conservation, un certain nombre d’entre eux ont été offerts à l’extérieur de Montréal, entre autres à Rimouski et à Sherbrooke. Ces rencontres permettent notamment aux participants de mesurer l’apport de différents types de documents à la recherche sur le Québec.

Le Centre d’archives de Montréal a offert des activités d’animation et des visites aux élèves de 20 écoles primaires dans le cadre du Programme de soutien à l’école montréalaise. Il a aussi accueilli des groupes d’élèves du secondaire et du collégial ainsi que des étudiants universitaires et des membres d’organismes qui ont pu découvrir les richesses que leur offre leur centre d’archives. Dix-sept conférences ont été offertes sur demande à 844 participants, alors que neuf ateliers-conférences À la découverte des archives ont attiré 280 personnes.

Constamment, des groupes de jeunes du niveau préscolaire, primaire, secondaire ou collégial fréquentent la Grande Bibliothèque soit pour la visiter, soit pour participer à une activité de formation ou tout simplement pour effectuer des recherches. Plus de 4200 jeunes ont été accueillis dans ce contexte au cours de l’année. De plus, BAnQ a publié 10 billets d’information pour les étudiants et les professeurs dans l’espace collaboratif du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport consacré au Projet intégrateur ayant pour objectif de permettre aux élèves de la 5e secondaire de dresser le bilan de leurs acquis.

Le deuxième numéro de la Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec a paru en juin 2010. Publication annuelle vouée à l’avancement des connaissances sur le Québec, sur sa culture et sur son histoire, cette revue pluridisciplinaire contribue à la réalisation de la vocation scientifique de BAnQ tout comme le Programme de soutien à la recherche grâce auquel cinq bourses de maîtrise et de doctorat, une bourse sur les relations France-Québec ainsi que quatre bourses de séjour pour des chercheurs de l’extérieur du Québec ont été attribuées, grâce à l’appui financier de la Fondation de BAnQ.

Pour développer son rôle d’institution de savoir, BAnQ mise sur le partenariat avec des institutions qui partagent avec elle des valeurs communes. Ces partenariats renforcent considérablement le rôle de BAnQ au sein de la société du savoir, en lui donnant l’occasion d’élargir l’éventail de ses activités et de participer à des projets novateurs et enrichissants.

Après avoir conclu une entente de partenariat avec l’Université du Québec à Montréal l’an dernier, BAnQ a signé en 2010-2011 avec l’Université Concordia une entente qui a donné lieu à la présentation de la série La ville est monde : Montréal à travers les yeux de Concordia, un programme de conférences, de présentations et de discussions qui a remporté un franc succès. Une entente-cadre de partenariat a également été conclue avec L’Institut Canadien de Québec. Cette entente s’est concrétisée par le don des archives de cette institution au Centre d’archives de Québec et par l’instauration du retour interbibliothèques gratuit entre la Grande Bibliothèque et le Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec. Maintenant, les citoyens de Québec de passage à Montréal qui empruntent des livres à la Grande Bibliothèque peuvent les rendre dans l’une des 25 bibliothèques publiques de Québec et, en contrepartie, les documents empruntés dans le Réseau des bibliothèques de la Ville de Québec peuvent être rendus à la Grande Bibliothèque. Cette entente doit aussi donner lieu à la réalisation de projets communs pour la promotion des lettres québécoises auprès du grand public. C’est ainsi que, le 19 octobre 2010, une entrevue de la série La bibliothèque de… a eu lieu avec le chef Jean Soulard dans le cadre du festival Québec en toutes lettres.

Deux autres ententes, signées avec l’Université de Montréal et l’Université Laval, mèneront à la réalisation de projets de recherche et de diffusion par l’échange d’expertise ainsi qu’à la planification conjointe d’expositions et d’activités culturelles et scientifiques.

Sur le plan international, c’est en présence des premiers ministres du Québec, M. Jean Charest, et de France, M. François Fillon, dans le cadre de la 16e Rencontre alternée des premiers ministres français et québécois, organisée le vendredi 26 novembre 2010, que Guy Berthiaume, président-directeur général de BAnQ, et Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France, ont signé le renouvellement de la convention de coopération qui lie les deux institutions depuis 1996. Cette année, BAnQ a aussi conclu avec la Queens Library de New York une entente de coopération qui fournit un cadre aux projets de collaboration que les deux institutions élaboreront afin de mieux servir deux groupes cibles prioritaires : les nouveaux arrivants et les adolescents.

De plus, BAnQ collabore avec Bibliothèque et Archives Canada, la Bibliothèque nationale de France et l’Association pour l’avancement des sciences et des techniques de la documentation dans le cadre des travaux du comité éditorial pour la traduction française de la norme de catalogage RDA (Ressources : description et accès).

Par ailleurs, à titre d’organisme produisant de nombreuses activités culturelles, BAnQ a été l’hôte du colloque Cultiver la ville, présenté le 17 mai 2010 en partenariat avec Culture Montréal, dans le cadre des festivités entourant le cinquième anniversaire de la Grande Bibliothèque.

En collaboration avec le Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec de l’Université de Sherbrooke et la Bibliothèque nationale de France, BAnQ a réalisé l’ouvrage collectif Passeurs d’histoire(s) – Figures des relations France-Québec en histoire du livre, publié aux Presses de l’Université Laval dans la collection « Cultures québécoises ». Ce volumineux ouvrage présente les contributions de 38 spécialistes de l’histoire du livre et de l’imprimé provenant de plusieurs pays.

 

Haut4. Une institution tournée vers l’avenir

BAnQ est une institution résolument engagée dans les voies de l’avenir : nouvelles technologies de l’information, numérisation, création artistique de pointe et nouveaux médias.

Consciente de l’importance de son rôle en tant que gardienne de la mémoire collective, BAnQ s’engage pleinement dans l’utilisation des plus récentes avancées technologiques pour offrir à tous les Québécois, en tout temps et quel que soit leur lieu de résidence, l’accès à la richesse de ses ressources et de ses collections.

Véritable fenêtre ouverte sur le monde, le portail de BAnQ constitue pour l’institution le moyen par excellence non seulement de faire connaître ses services, mais de faire découvrir le Québec à l’étranger. Le portail a fait l’objet d’une refonte dont une nouvelle phase a été réalisée en 2010-2011 avec le développement d’applications Web 2.0 et l’ajout de nouveaux outils de réseautage social. Pour atteindre le plus grand auditoire possible, BAnQ a procédé à la mise en œuvre d’une stratégie d’utilisation des médias sociaux Facebook et Twitter en favorisant une présence et une interactivité accrues avec le public qui les fréquente.

Pour BAnQ, la numérisation est un axe majeur de développement. Grâce à un accroissement de près de 1,5 million d’objets numériques (fichiers) au cours de l’année, au 31 mars 2011, les collections numériques de BAnQ comptent dorénavant 14,9 millions d’objets. À souligner parmi les documents mis en ligne cette année : près d’un million de pages d’actes de notaires, plus de 20 000 photos d’archives et 23 films patrimoniaux (de Maurice Proulx, d’Albert Tessier, de l’Office du film du Québec). Nombre de documents publiés ont aussi été mis à la disposition du public sur le portail de BAnQ : 10 journaux comptant pas moins de 53 352 pages, dont Le Progrès du Golfe de Rimouski, publié de 1904 à 1970, 950 livres et brochures, manuels scolaires, guides et récits de voyage, etc.

BAnQ a ajouté près de 17 000 livres numériques à son offre, ce qui porte la collection complète à plus de 50 000 titres. Au cours de l’année, les visiteurs du portail de BAnQ se sont vu offrir l’accès à plusieurs autres ressources telles que 3592 titres de revues supplémentaires, pour un total de près de 22 000 titres disponibles et près de 400 000 nouvelles pièces de musique à écouter en ligne. Toujours soucieuse de fournir des ressources de premier choix aux personnes atteintes d’une déficience perceptuelle, BAnQ leur offre des livres adaptés, accessibles en ligne; 1982 titres audionumériques ont été ajoutés à la collection cette année.

BAnQ a amorcé une nouvelle étape en matière de services de formation à distance en proposant sur son portail des tutoriels d’aide en ligne sous la rubrique Clics et déclics. L’objectif de ces tutoriels est d’aider les usagers à utiliser les ressources et les services que BAnQ leur offre.

L’institution a poursuivi avec ses partenaires les travaux du Réseau québécois de numérisation patrimoniale (RQNP) amorcés en 2009. Au cours de l’été 2010, un plan d’action a été déposé au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. En décembre 2010, le RQNP a lancé un appel aux citoyens et aux professionnels de l’information, de l’éducation et de la culture pour qu’ils appuient son action en signant l’Appel à la numérisation du patrimoine culturel québécois.

En concertation avec des représentants de bibliothèques publiques québécoises, des intervenants de la chaîne du livre et des distributeurs de livres numériques, BAnQ joue un rôle de leader dans la mise sur pied d’une plateforme de prêt pour le livre numérique destinée aux bibliothèques publiques, en particulier pour favoriser l’accès aux ouvrages publiés au Québec.

Sur le plan international, BAnQ est l’animatrice du Réseau francophone numérique (RFN), dont Guy Berthiaume, président-directeur général de BAnQ, est le secrétaire général. Ouvert à toutes les institutions documentaires patrimoniales de la Francophonie, le RFN a continué en 2010-2011 à nourrir son portail Internet. Ce portail, dont la réalisation et la gestion sont confiées à BAnQ, regroupe des millions de pages de journaux, des revues, des livres, des cartes et des plans, de même que des archives numérisées par les membres du Réseau.

L’expertise de BAnQ a également été mise à contribution à l’occasion d’un stage de formation aux techniques de numérisation qui a réuni à Dakar une trentaine de participants représentant six pays de l’Afrique de l’Ouest. Cette mission relevant du RFN a été organisée avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie.

 

Haut5. Une institution communicante

BAnQ est une institution communicante, faisant connaître largement sa mission, ses ressources, ses activités et ses réalisations.

En 2010-2011, dans le cadre de la stratégie de communication adoptée l’année précédente, BAnQ a mis l’accent sur son rôle de diffuseur culturel. Un événement marquant lui a fourni l’occasion de mettre en valeur ses activités auprès du public et des médias.

Le cinquième anniversaire de l’ouverture de la Grande Bibliothèque a bénéficié d’une stratégie de communication événementielle originale soulignant l’immense succès que connaît la bibliothèque.

Trois activités principales ont été retenues pour attiser l’intérêt du grand public et des médias. Déjà, en décembre 2009, le passage du trois millionième visiteur à la Grande Bibliothèque au cours de l’année avait été souligné, à titre de prélude aux célébrations. Le 29 avril 2010, jour exact du cinquième anniversaire, en présence du premier ministre Jean Charest, Christiane Charette a animé une cérémonie sous forme d’émission-débat à laquelle ont participé entre autres la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Christine St-Pierre, le maire de Montréal, Gérald Tremblay, ainsi que Lise Bissonnette, qui était pdg au moment de l’ouverture. Le même jour, le quotidien La Presse a publié un cahier spécial sur la Grande Bibliothèque. De plus, BAnQ a produit une vidéo rassemblant les témoignages de personnalités influentes, de membres du personnel de BAnQ et d’usagers. Enfin, un concours sur le thème « C’est la fête à la Grande Bibliothèque! » a été lancé en collaboration avec l’émission estivale Bons baisers de France de Radio-Canada. Une réception-hommage aux écrivains québécois, qui étaient invités à dédicacer un de leurs ouvrages aux lecteurs de la Grande Bibliothèque, a souligné la clôture des festivités, le 8 novembre 2010. Plus de 125 livres dédicacés ont ainsi enrichi les rayons de la bibliothèque, au grand plaisir des usagers.

Les activités entourant le cinquième anniversaire ont suscité un vif intérêt. Leur originalité a favorisé une participation enthousiaste de la part des publics cibles, entraînant une large diffusion des messages clés de BAnQ par les médias.

Dans le cadre des Journées de la culture, BAnQ a donné accès aux coulisses de la Grande Bibliothèque. Elle a également participé à plusieurs activités qui lui permettent de faire connaître ses collections et ses services au public, notamment les salons du livre, le Salon des auteurs en généalogie et en histoire ainsi que le salon Expozine, qui réunit éditeurs, écrivains et artistes indépendants.

Le 30 août 2010, une fête animée par la journaliste Marie-Christine Blais a donné le coup d’envoi de la rentrée culturelle à BAnQ. Il s’agissait du premier lancement officiel de ce genre. Sur le thème « Venez faire connaissance! », le public, adultes et enfants réunis, s’est vu offrir la plus riche programmation de l’histoire de BAnQ avec 200 activités dans l’ensemble de ses édifices.

BAnQ a poursuivi le déploiement de sa nouvelle identité visuelle avec le renouvellement de ses outils de rayonnement. Pour s’assurer de joindre un public de plus en plus nombreux, BAnQ a lancé en novembre 2010 l’Infolettre virtuelle mensuelle, qui connaît une popularité grandissante et comptait déjà près de 6000 abonnés en mars 2011. La revue À rayons ouverts – Chroniques de BAnQ a fait peau neuve. Deux numéros spéciaux ont porté l’un sur les 50 ans de la Révolution tranquille et l’autre sur le 50e anniversaire du ministère de la Culture, alors qu’un troisième numéro a été consacré aux cinq ans de la Grande Bibliothèque.

Pour faire découvrir ses services à distance au plus grand nombre, BAnQ a mis sur pied une campagne publicitaire dynamique dans les hebdos de toutes les régions du Québec.

En matière de communication, mentionnons également que l’expertise archivistique de BAnQ rayonne sur le plan canadien et à l’échelle internationale. En juin 2010, à Halifax, BAnQ a assuré la présidence de la réunion annuelle de la Conférence des archivistes provinciaux et territoriaux ainsi que la coprésidence de la Conférence des archivistes national, provinciaux et territoriaux. Le directeur général des archives de BAnQ a aussi représenté l’institution à la Conférence internationale de la Table ronde des archives.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.