Rapport annuel BAnQ 2008-2009

LES ARCHIVES

Table des matières

 


La Loi sur les archives encadre la gestion des archives publiques et privées au Québec et confère à Bibliothèque et Archives nationales du Québec une double mission, patrimoniale et administrative, soit : assurer la conservation et la diffusion des archives historiques et soutenir la gestion intégrée des documents administratifs du gouvernement et de ceux des organismes publics visés par cette loi.

Pour réaliser cette mission, BAnQ s’appuie sur sa Direction générale des archives (DGA), qui compte trois unités administratives : la Direction du Centre d’archives de Québec et des archives gouvernementales, la Direction du Centre d’archives de Montréal et des archives privées, judiciaires et civiles ainsi que la Direction du conseil et de l’action régionale, de laquelle relèvent les sept autres centres d’archives situés à Rimouski, Saguenay, Trois-Rivières, Sherbrooke, Gatineau, Rouyn-Noranda et Sept-Îles.

Dans chacune de ces directions, du personnel hautement qualifié s’assure de l’enrichissement et de la conservation du patrimoine archivistique public et privé ainsi que de la promotion et de l’accès aux archives sur place et à distance. Ce personnel met de plus son expertise et son soutien technique au service non seulement du milieu des archives et des partenaires de BAnQ mais aussi de l’ensemble des citoyens partout au Québec. Enfin, par son professionnalisme et la qualité de ses interventions, il permet à BAnQ d’affirmer son leadership sur la scène archivistique québécoise et internationale.

 

Haut LES VERSEMENTS ET LES ACQUISITIONS

En vertu de la Loi sur les archives, BAnQ doit s’assurer que le patrimoine archivistique public et privé significatif pour l’histoire du Québec est conservé et représente bien toutes les facettes de la société québécoise.

Pour ce faire, l’institution acquiert par versement et conserve de façon exclusive les archives de l’État et des tribunaux. BAnQ acquiert aussi des archives privées en concertation avec ses partenaires des régions, en particulier avec son réseau de services d’archives privées agréés.

Ainsi, entre le 1er avril 2008 et le 31 mars 2009, les neuf centres d’archives de BAnQ ont enregistré 293 versements d’archives provenant de ministères, d’organismes gouvernementaux et de tribunaux. Ces versements représentent 3088,2 mètres linéaires de documents textuels, 5707 photographies et 567 documents d’autres types. Une dizaine de ministères et d’organismes gouvernementaux ont ainsi transféré des archives dans un centre de BAnQ, notamment le ministère de la Justice, qui a versé une quantité importante d’archives civiles et notariales de plusieurs districts judiciaires ainsi que des archives judiciaires de différents tribunaux. Soulignons aussi le versement des archives de la Commission d’enquête sur l’effondrement d’une partie du viaduc du boulevard de la Concorde à Laval.

Au cours de la même période, BAnQ a procédé, grâce à des dons ou à des achats, à 71 acquisitions d’archives privées totalisant 185,18 mètres linéaires de documents textuels, 1 030 350 photographies, 22 015 dessins d’architecture, 2806 dessins et 1665 autres pièces (voir tableau 14). Parmi ces acquisitions, soulignons le fonds Studio Annie et Maurice inc., deux maîtres photographes de l’Abitibi-Témiscamingue dont les quelque 500 000 négatifs et photos témoignent de la vie socioéconomique de cette région entre 1978 et 2000 ; le fonds Studio Henrichon, quantitativement aussi important, couvre quant à lui les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec entre 1969 et 2007. Mentionnons également l’acquisition du fonds Germain Beauchamp, composé de plus de 700 diapositives couleur du site et des pavillons de l’Exposition universelle de Montréal en 1967, et celle du fonds de la firme d’architectes Groupe A. inc., qui contient les documents concernant près de 400 projets de construction de divers édifices et résidences réalisés entre 1950 et 1990, particulièrement dans la région de Québec.

Par ailleurs, les services d’archives privées agréés affiliés à BAnQ ont acquis de leur côté 369,63 mètres linéaires d’archives privées et des milliers de pièces non textuelles au cours de la dernière année, contribuant ainsi à l’enrichissement du patrimoine archivistique du Québec.

HautLES ARCHIVES CONSERVÉES PAR BAnQ

Avec ces ajouts, la quantité d’archives conservées par BAnQ au 31 mars 2009 s’élevait à 55 763 mètres linéaires d’archives textuelles, 14 560 398 photographies, 293 516 dessins d’architecture, 200 880 cartes et plans,

30 114 films et vidéos, 31 283 bandes magnétiques et des milliers d’autres pièces d’archives. En ce qui concerne les archives textuelles, cela représente une augmentation d’un peu moins de 4 % par rapport à l’an dernier. Ces documents sont regroupés dans 459 fonds d’archives gouvernementales, 579 fonds d’archives judiciaires, 209 fonds d’archives civiles et 2768 fonds d’archives privées (voir tableau 32).

HautLES CALENDRIERS DE CONSERVATION

Soucieuse de l’efficacité de la gestion des documents administratifs publics et de l’enrichissement de la mémoire collective par la conservation des documents les plus significatifs, BAnQ accorde beaucoup d’importance au mandat que lui confère la Loi sur les archives au regard des calendriers de conservation et de la gestion documentaire. Ces calendriers sont des outils essentiels de gestion des documents administratifs. Ils décrivent toutes les séries documentaires produites ou rassemblées par un organisme et déterminent leur cycle de vie ainsi que leur sort final.

En 2008-2009, BAnQ a reçu 48 nouvelles demandes d’approbation de calendriers de conservation et 14 demandes de modification. Elle a approuvé 27 calendriers et 102 demandes de modification (voir tableau 15).

BAnQ a aussi poursuivi ou amorcé la révision des recueils de délais de conservation de certains secteurs. Ces recueils sont des modèles de calendrier qui permettent de décrire toutes les séries de documents générées par une entreprise, un organisme ou un établissement (un hôpital, par exemple) et d’en planifier la conservation ou l’élimination. Ainsi, la révision des recueils des ministères et organismes gouvernementaux et des établissements de la santé et des services sociaux ainsi que de ceux des services de police municipaux s’est poursuivie en 2008-2009 alors que la révision des recueils des cégeps, des commissions scolaires et des centres locaux de développement a été amorcée. BAnQ a aussi entrepris l’actualisation de son processus d’analyse et d’approbation des calendriers de conservation et poursuivi le développement d’un système transactionnel pour la gestion des calendriers de conservation. Enfin, l’extranet créé l’année précédente pour les partenaires concernés par les calendriers de conservation a pour sa part enregistré près de 1300 visites, pour une légère hausse par rapport à 2007-2008.

HautLA GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (GID)

BAnQ a maintenu au sommet de sa liste de priorités l’implantation de la gestion intégrée des documents (GID) au sein de l’institution et de l’appareil gouvernemental.

L’implantation de la GID à BAnQ, suspendue temporairement en 2007, a repris de façon énergique en 2008. Le plan de classification de BAnQ a été revu et simplifié afin d’être adapté aux besoins réels des usagers. Le calendrier de conservation fait lui aussi l’objet d’une révision complète qui devrait être menée à terme en 2009. Dans le but d’accroître leur efficience, BAnQ a aussi modifié la structure et l’organisation du projet. Des résultats positifs se font déjà sentir ; cela se traduira en 2009 par des projets pilotes dans quelques unités administratives de BAnQ.

Sur le plan gouvernemental, la GID a poursuivi sa progression au cours de la dernière année. BAnQ a révisé et fait adopter par son conseil d’administration la Politique gouvernementale de gestion des documents actifs et semi-actifs. L’institution a aussi produit un document sur la gestion des courriels intitulé Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec. Enfin, BAnQ a réalisé un état de situation et un plan de travail pour assurer la conservation des archives technologiques du gouvernement.

HautLES SERVICES D’EXPERTISE-CONSEIL

L’expertise des membres du personnel des centres d’archives de BAnQ est largement reconnue et leurs collègues des secteurs public et privé n’hésitent pas à y recourir. Pendant la dernière année, les spécialistes de la Direction générale des archives ont ainsi partagé cette expertise au cours de 2691 interventions par téléphone, par courrier électronique ou lors de visites sur place. Ce nombre représente une hausse de 4 % par rapport à 2007-2008. Ces interventions ont porté sur plusieurs aspects de la gestion des archives : calendriers de conservation, documents électroniques, numérisation, agrément, programmes d’aide financière (voir tableau 16).

HautLA CONSERVATION DES ARCHIVES

BAnQ porte une attention particulière à la conservation des archives dont elle a la garde. Dans cet esprit, elle a mené à terme en 2008 la première phase de l’aménagement d’un nouvel édifice de conservation pour le Centre d’archives de Québec, d’une capacité de 19 kilomètres d’archives, et amorcé le déménagement de certaines archives. BAnQ prévoit déjà entreprendre la deuxième phase d’aménagement de cet édifice au début de 2010.

Par ailleurs, un peu plus de 300 registres ont bénéficié de travaux de reliure alors que près de 80 registres d’état civil ont fait l’objet de travaux de restauration par la Direction de la sauvegarde des collections de BAnQ. Les employés de la Direction générale des archives ont aussi profité de séances de formation sur la manipulation et la conservation des documents dispensées par cette même unité administrative.

HautLE TRAITEMENT DES ARCHIVES

Les archives sont acquises et conservées pour être diffusées et utilisées. L’accessibilité des archives est cependant tributaire du traitement et de la description des documents. Dans cet esprit, BAnQ s’efforce de traiter au moins sommairement toutes les archives acquises au cours de l’année et de décrire les documents obtenus antérieurement qui n’avaient pas pu l’être.

Au cours de la dernière année, le personnel des archives a ainsi traité, en partie ou en totalité, 3667,19 mètres linéaires d’archives textuelles, 428 135 photographies et documents iconographiques, 13 300 cartes et plans, 6773 croquis et 5226 autres pièces. Ainsi, une quantité importante de registres d’état civil et d’actes notariés ont été traités en vue de leur numérisation. Parmi les archives gouvernementales, des séries des fonds des ministères du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, de la Santé et des Services sociaux ainsi que de l’Immigration et des Communautés culturelles ont fait l’objet d’un traitement. Enfin, des fonds privés comme ceux de la Chambre de commerce de Sherbrooke, du journal La Frontière, de Radio-Nord, de René Lévesque, de Jean-Pierre Perreault et de Michel Gaumond sont maintenant plus facilement accessibles à la suite de travaux de traitement.

HautLES SERVICES EN SALLE ET À DISTANCE

En 2008-2009, les neuf centres d’archives de BAnQ (voir tableau 17) ont reçu 44 227 chercheurs, ce qui constitue une diminution de fréquentation d’environ 8 % par rapport à l’année précédente. Cette diminution, perceptible depuis quelques années, est peu surprenante compte tenu que les importants travaux de traitement et de numérisation des archives poursuivis par BAnQ permettent de plus en plus d’offrir aux chercheurs un accès direct aux archives à distance. Par ailleurs, les chercheurs en généalogie, principaux utilisateurs des centres d’archives de BAnQ, ont maintenant accès sur Internet à une multitude de bases de données généalogiques.

À ces chercheurs s’ajoutent 2599 personnes, une augmentation de 26 % par rapport à 2007-2008, qui se sont rendues dans les centres d’archives pour l’une ou l’autre des 148 visites guidées ou des 43 séances d’information. Les 30 services d’archives privées agréés ont quant à eux reçu 23 611 chercheurs.

Les chercheurs accueillis dans les centres d’archives de BAnQ ont consulté 19 772 boîtes d’archives, près de 155 000 pièces photographiques, cartographiques et audiovisuelles, 21 444 microfiches, 110 297 microfilms et 98 864 ouvrages imprimés. Ils ont aussi effectué eux-mêmes ou demandé la reproduction de 286 521 documents textuels, de 367 films et de 371 documents sonores. De plus, 5338 documents ont été reproduits par procédé photographique ou numérique (voir tableau 18).

Le personnel des centres d’archives de BAnQ a aussi donné suite à 12 744 demandes de recherches formulées par la poste, par courriel, par télécopieur ou par téléphone (voir tableau 19). Il a aussi procédé à 3270 prêts ou emprunts de microformes pour répondre à 959 demandes (voir tableau 20).

Par ailleurs, la Direction générale des archives a poursuivi ses discussions avec la Chambre des notaires afin de faciliter l’accès aux archives notariales et a fait de même avec la Direction de l’état civil pour obtenir le versement des archives civiles de 1900 à 1907. Ces deux démarches devraient connaître une conclusion positive en 2009.

Enfin, Internet étant un instrument extraordinaire pour la diffusion des archives, BAnQ en profite de multiples façons. Elle utilise son portail Internet pour mettre de nombreux documents d’archives à la disposition de la population. Elle offre aussi au public des outils de recherche et des bases de données. Ainsi, en 2008-2009, l’institution a mis en ligne dans l’outil de recherche Pistard trois importantes bases de données sur les documents architecturaux (5000 descriptions), cartographiques (15 000 descriptions) et audiovisuels (7000 descriptions). Elle a aussi conçu pour les élèves du secondaire le rallye Courir les magasins – De la rue principale au centre commercial, qui a été mis en ligne sur le portail de BAnQ.

HautLA PROMOTION ET L’UTILISATION DES ARCHIVES

Le personnel de la Direction générale des archives de BAnQ consacre beaucoup d’efforts à faire connaître les services, les activités et les archives de l’institution à la population en général et aux gens du milieu des archives.

Il a ainsi participé à plus de 50 activités dans plusieurs régions du Québec, dont les salons du livre, les Journées de la culture, les Fêtes de la Nouvelle-France, les salons des familles souches, le Salon d’histoire et de généalogie à Trois-Rivières, la Semaine du patrimoine dans l’Outaouais et les Fêtes du 400e de Québec. Retenons, entre autres, la présence de BAnQ à l’Espace 400e dans le Vieux-Port de Québec, où quatre présentations ont attiré environ 150 personnes au total.

Le personnel de BAnQ a aussi contribué à mettre les archives de l’institution en valeur en publiant une vingtaine d’articles dans des revues comme L’Ancêtre, la Revue d’histoire de l’Amérique française et Cap-aux-Diamants et en présentant des conférences devant des publics variés comme des étudiants en histoire, des généalogistes et des aînés.

Enfin, BAnQ a publié un outil pratique pour la gestion et la conservation des archives personnelles et familiales, À l’abri de l’oubli, et le personnel de l’institution a largement participé à sa promotion dans toutes les régions du Québec, notamment par des entrevues et des conférences.

Les membres du personnel ont aussi été très présents comme participants ou comme conférenciers dans une quinzaine de congrès, de colloques et de séminaires scientifiques du milieu archivistique et patrimonial. Mentionnons, par exemple, la participation notable de BAnQ à l’organisation du XXVIIIe Congrès international des sciences généalogique et héraldique qui a eu lieu à Québec du 23 au 27 juin 2008.

BAnQ a aussi poursuivi ses efforts de sensibilisation des jeunes aux archives par divers moyens (voir la page).

Par ailleurs, l’utilisation des archives, particulièrement par divers médias, contribue grandement à les faire connaître et à accroître la notoriété de BAnQ. Ainsi, plus de 125 auteurs et éditeurs ont utilisé les richesses de BAnQ pour illustrer le contenu de leurs publications et revues. Mentionnons quelques titres : l’agenda Aux limites de la mémoire 2008-2009 (Publications du Québec), Une histoire des hommes québécois en photos (éditions Fides), La Beauce, un esprit de famille (éditions GID), « Les femmes qui ont marqué le Québec » (revue Châtelaine), Fresques, un manuel scolaire destiné aux élèves de la 4e secondaire (Chenelière Éducation), Histoire de Québec (Presses de l’Université Laval).

De même, Radio-Canada (Téléjournal-Québec, 400 fois Québec, etc.), Télé-Québec (Une pilule, une petite granule, Kilomètre zéro, etc.), Historia (Nos familles, Les rois de la patate, etc.), Canal D (Vivre autrement), TV5 (De quoi t’as peur ?), Musimax (Musicographie), Cable Public Affairs Channel (Détonations) et d’autres chaînes spécialisées ont aussi eu recours aux documents de BAnQ pour documenter et illustrer plus de 50 de leurs productions.

Des images tirées des archives de BAnQ se sont aussi retrouvées dans une quinzaine de films et de documentaires tournés en 2008, dont Dédé à travers les brumes, Les 100 ans du Canadien, L’héritage des trappistes d’Oka, La naissance du cirque au Québec, Mère et monde ainsi que Félix Leclerc.

D’autres images ont été intégrées dans des spectacles multimédias comme Le paradis du Nord en Abitibi-Témiscamingue, le festival Envol et Macadam et le spectacle Hip hop tout en couleurs à Québec, le Festival Divers/Cité à Montréal, une vidéo institutionnelle sur le 100e anniversaire de la Fédération des chambres de commerce du Québec, un clip promotionnel pour le 70e anniversaire de l’Office national du film, la soirée Hommage Quebecor 2008 et la pièce La gloire des filles à Magloire au Théâtre de la Bordée.

BAnQ a également été très présente aux festivités du 400e anniversaire de Québec puisque plusieurs de ses documents ont été vus dans le film de Jean-Claude Labrecque sur cet événement, dans le Parcours 400 ans chrono, dans l’exposition Passagers et dans Le moulin à images de Robert Lepage, des activités phares du 400e.

Et encore : des documents de BAnQ ont été mis en valeur dans plus de 50 expositions qui se sont tenues non seulement dans des musées comme le Musée du château Ramezay, le Musée de la femme, le Musée McCord, le Musée de la gare de Témiscamingue, le Musée de la Gaspésie et le Musée Pointe-à-Callière mais aussi dans d’autres lieux comme la bibliothèque Atwater, la bibliothèque Gabrielle-Roy et l’édifice Price à Québec, le bateau M/V Louis Jolliet, le village de la Coupe Grey au centre-ville de Montréal, le Centre hospitalier Rouyn-Noranda, la Western Michigan University, etc. Les visiteurs d’une dizaine de parcours patrimoniaux et de lieux historiques peuvent aussi voir des documents de BAnQ, entre autres au Vieux-Port de Montréal, dans la ville de Gatineau, sur la promenade Samuel-de-Champlain à Québec et à Saint-Jean-Port-Joli.

Enfin, des archives de BAnQ sont aussi diffusées sur plus de 35 sites Internet comme ceux d’Héritage Montréal, de Patrimoine Canada, de Radio-Canada, du Centre interuniversitaire d’études québécoises de l’Université Laval, de la revue L’actualité ainsi que de la Ville et de l’archevêché de Rimouski.

HautSOUTIEN AUX ARCHIVES PRIVÉES ET AUX SERVICES AGRÉÉS

Pendant le dernier exercice financier, BAnQ a poursuivi la mise en œuvre de son plan d’action pour les archives privées et l’expansion de son réseau de services d’archives privées agréés. Son conseil d’administration a adopté la nouvelle version de la Politique sur les archives privées. Les orientations et les critères concernant l’agrément de services d’archives privées ont aussi été revus. L’institution a élaboré une directive administrative pour le soutien financier à l’égard des archives privées.

Profitant d’un ajout budgétaire spécial non récurrent du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF), BAnQ a décidé d’agréer quatre nouveaux services d’archives au cours de la dernière année : l’Association canadienne d’histoire ferroviaire, le Service des arts et de la culture de la Ville de Lévis, la Société d’histoire de Drummond et le Regroupement des archives du Séminaire de Sherbrooke et de l’archidiocèse de Sherbrooke. Le réseau des services d’archives privées agréés compte donc 34 services d’archives, dont 31 sont subventionnés par BAnQ dans 16 régions du Québec (voir tableau 22). BAnQ a aussi profité de ce budget pour offrir à chacun des services d’archives déjà agréés une somme forfaitaire et non récurrente de 4000 $ en 2008-2009.

Soucieuse de faciliter l’accessibilité aux archives détenues par d’autres organismes, BAnQ met à leur disposition un programme d’aide financière pour traiter leurs fonds d’archives. En 2008-2009, 46 projets émanant de 16 régions du Québec ont ainsi bénéficié de crédits totaux de 159 800 $ (voir tableau 21), ce qui a permis de rendre accessibles plusieurs documents et fonds d’archives.

Par ailleurs, BAnQ a procédé à l’évaluation de ses programmes d’aide financière pour les archives privées. Le rapport de cette évaluation sera remis au MCCCF en 2009 et BAnQ espère obtenir une majoration de ses budgets afin de hausser de façon significative la subvention annuelle moyenne accordée aux services agréés pour soutenir leur fonctionnement. De plus, pour aider ces derniers à diversifier leurs sources de financement, BAnQ a préparé une stratégie d’intervention et des outils visant à sensibiliser les décideurs régionaux du niveau municipal et du monde des affaires à l’importance du patrimoine archivistique et au rôle qu’ils peuvent jouer pour assurer sa conservation et sa diffusion.

BAnQ a révisé en 2008-2009 le Guide de gestion des archives d’entreprises avec la collaboration du Réseau des services d’archives du Québec. Une table de concertation sur les archives d’entreprises a aussi été mise sur pied et des travaux ont été amorcés dans quelques régions (Centre-du-Québec, Estrie, Saguenay–Lac-Saint-Jean) pour concevoir, en concertation avec les partenaires régionaux, des stratégies régionales d’intervention auprès des entreprises.

Enfin, l’institution a formé un groupe de travail interne sur le patrimoine autochtone qui a produit un plan d’action sur la conservation et la mise en valeur de celui-ci au Québec. Des discussions ont été amorcées avec différents intervenants pour assurer la mise en œuvre de ce plan d’action.

HautUNE ACTIVITÉ SPÉCIALE POUR LE 25e ANNIVERSAIRE DE L’ADOPTION DE LA LOI SUR LES ARCHIVES

Le lundi 27 octobre 2008, la Direction générale des archives a tenu une rencontre spéciale, réunissant à Québec tous les membres de son personnel affectés à ses neuf centres d’archives. Le programme de la journée visait trois objectifs : souligner le 25e anniversaire de l’adoption de la Loi sur les archives, dresser le bilan de la fusion entre les Archives nationales et la Bibliothèque nationale après plus de deux ans et, enfin, discuter des orientations de BAnQ et de la DGA pour la période 2009-2012.

Cette journée s’est terminée par un cocktail au cours duquel une trentaine de représentants du milieu des archives se sont joints aux employés de BAnQ et à sa présidente-directrice générale pour souligner le 25e anniversaire de l’adoption de la Loi sur les archives. BAnQ a aussi profité de cette occasion pour lancer sa dernière publication, À l’abri de l’oubli, un petit ouvrage très coloré d’une soixantaine de pages destiné au grand public, qui propose une méthode simple et efficace pour classer et conserver adéquatement les documents personnels et familiaux.

HautLA PRÉSENCE DE BAnQ SUR LA SCÈNE ARCHIVISTIQUE INTERNATIONALE

En 2008-2009, BAnQ a maintenu et même affermi sa position au sein du milieu archivistique international et collaboré à certains projets d’envergure.

L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DES ARCHIVES FRANCOPHONES
ET SON PORTAIL INTERNATIONAL ARCHIVISTIQUE FRANCOPHONE

BAnQ abrite le siège social de l’Association internationale des archives francophones (AIAF) et le directeur général des archives de BAnQ agit comme secrétaire-trésorier de cette organisation. L’institution a ainsi assuré la gestion administrative de l’AIAF et de son Portail international archivistique francophone (PIAF).

La participation du directeur du Centre d’archives de Montréal au comité directeur du PIAF a permis à BAnQ de prendre une plus grande part à la détermination des orientations et du contenu de ce portail. BAnQ a ainsi pu intensifier ses interventions afin d’enrichir celui-ci d’un apport québécois plus significatif. Dans cet esprit, une entente a été conclue avec l’Association des archivistes du Québec pour assurer la mise à jour de la bibliographie archivistique du PIAF. De plus, des archivistes de BAnQ et d’autres institutions québécoises ont revu les cours offerts sur le PIAF pour en enrichir le contenu et même réviser complètement certains modules.

LE PORTAIL ARCHIVESCANADAFRANCE.ORG

BAnQ collabore depuis le début au portail archivescanadafrance.org en fournissant des images numériques de documents originaux du Régime français dans le cadre d’une entente Canada-France. En 2008-2009, elle a affermi sa position en signant une nouvelle entente régissant le développement de ce portail. Elle agit désormais comme un partenaire à part entière dans ce projet, tout comme BAC et la Direction des archives de France.

AUTRES ENGAGEMENTS À L’ÉCHELLE INTERNATIONALE

BAnQ a participé activement à l’organisation et au déroulement du XXVIIIe Congrès international des sciences généalogique et héraldique, qui a réuni près de 500 participants d’une trentaine de pays à Québec du 23 au 27 juin 2008. L’institution a aussi collaboré à la présentation d’une exposition sur Samuel de Champlain réalisée par la John Carter Brown Library à la Boston Public Library.

Par ailleurs, plusieurs membres du personnel de la Direction générale des archives ont présenté des conférences à l’extérieur du pays, notamment à la Vermont French-Canadian Genealogical Society à Burlington, à la Lewiston Public Library dans le Maine, à l’Université de Caen–Basse-Normandie et à celles de Berne et de Lausanne, ainsi qu’au congrès du Conseil international des archives à Kuala Lumpur. Une archiviste a participé au volet archivistique des Stages courants du monde de la Direction des archives de France et y a présenté une conférence. Enfin, le Centre d’archives du Saguenay–Lac-Saint-Jean a reçu la visite de 27 personnes du Périgord, le Centre d’archives de Montréal a reçu des délégations d’archivistes et de bibliothécaires du Mexique et de Taïwan et la Direction générale des archives a accueilli quatre stagiaires en provenance de la France au cours de la dernière année.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.