Rapport annuel BAnQ 2007-2008

MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE

Table des matières

BAnQ S'INSTALLE EN POINTE

À quel moment une institution atteint-elle son rythme de croisière? Notre dernier rapport annuel évoquait la possibilité d'y arriver sous peu, les différentes fusions ayant présidé à la formation de Bibliothèque et Archives nationales du Québec étant accomplies, et la structure de l'organisation ayant atteint la stabilité. Pourtant, le sommaire de nos activités de 2007-2008, s'il témoigne d'une continuité désormais bienvenue, ne ressemble en rien à un temps d'arrêt. Chaque chapitre contient, en marche ou en germe, les développements qui continueront pour le mieux à transformer BAnQ.

2007-2008 aura été l'année de consolidation des fonctions novatrices qui, s'ajoutant à nos missions classiques toujours premières, sont de celles qui font actuellement des établissements documentaires les instances culturelles les mieux accordées aux exigences de notre temps.

On pense spontanément aux bouleversements que les technologies de l'information introduisent jusque dans les rapports collectifs ou personnels. Tout en se gardant bien de souscrire à certains délires qui concluent à une sorte de mutation de l'humain, BAnQ tente avec réalisme de tirer systématiquement profit du meilleur de ces interactions et mises en réseaux, de ces stockages aux possibilités infinies et, surtout, du service à distance tant en territoire québécois qu'à l'étranger. C'est pourquoi nous avons consacré pour la première fois un chapitre distinct à ce que nous appelons désormais Bibliothèque et Archives virtuelles du Québec, nouvelle étape qui synthétisera dans l'espace virtuel les trois grandes missions de notre institution, qui est à la fois bibliothèque nationale, archives nationales et grande bibliothèque publique. C'est sur cette base technologique intelligente, qui soutient déjà des projets novateurs comme le Catalogue des bibliothèques du Québec ou le Réseau francophone des bibliothèques nationales numériques, que se profile pour nos concitoyens un nouveau guichet du savoir et de la culture.

En contrepartie d'une participation forte à des réseaux plus larges, le souhait d'un enracinement plus solide conduit au renouvellement du regard sur le patrimoine, préoccupation aujourd'hui partout réaffirmée avec une certaine inquiétude. BAnQ, dont les missions historiques allaient déjà en ce sens, y a accru son investissement. Elle a contribué, avec des résultats concrets, à l'inscription des héritages documentaires dans la réflexion actuelle du gouvernement du Québec sur le patrimoine culturel; elle a poursuivi son programme de numérisation du patrimoine publié et non publié tout en lançant une action commune avec la Société des musées québécois; elle a enrichi ses programmes de recherche, de publication et de mise en valeur des collections de tous ordres qui lui sont confiées. Il n'est plus guère de réflexion patrimoniale soutenue, au Québec, qui se mène sans BAnQ et ses partenaires.

La transformation des bibliothèques et des centres d'archives en véritables lieux citoyens, autre caractéristique de notre temps, exige une démultiplication d'activités connexes à la promotion de la lecture ou de la recherche en solitaire. D'où la création d'une nouvelle Direction de la programmation culturelle qui vient rejoindre et enrichir les services déjà attendus de notre institution. Notre action s'inscrit désormais au sein des grands réseaux culturels communs, notamment ceux des musées et centres d'exposition ainsi que des arts de la scène.

Placée sous le signe de grands rendez-vous dont certains préfiguraient les célébrations du 400e anniversaire de la présence française en Amérique, l'action internationale de BAnQ s'est affirmée, notamment auprès des institutions documentaires et culturelles de l'espace francophone, par une contribution active et appréciée à la constitution de réseaux et par la création d'une tête de pont en France, en appui aux études québécoises à l'étranger.

L'idée qu'une institution documentaire puisse servir tous les publics – des enfants aux chercheurs – n'est plus du domaine de l'utopie. Elle est tout simplement en pointe, nous le croyons sans avoir encore trouvé tous les moyens de la cohérence, notre défi entre tous. Je sais gré à mes collègues de la direction de BAnQ, aux équipes qu'ils dirigent et à nos partenaires de tous ordres de partager nos convictions à cet égard. Et au terme d'une année charnière, qui aura vu le renouvellement de la majorité des membres de notre conseil d'administration et de ses comités consultatifs, ma reconnaissance particulière va à ceux qui nous ont accompagnés à l'ère des commencements et des changements majeurs, comme à ceux qui se joignent à nous pour veiller à leurs prolongements heureux.

 

Lise Bissonnette

La présidente-directrice générale

Lise Bissonnette

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.