Rapport annuel BAnQ 2005-2006

Direction générale de la conservation

Table des matières

 


DIRECTION DE LA SAUVEGARDE DES COLLECTIONS

Les activités de la Direction de la sauvegarde des collections, regroupées au Centre de conservation, à Montréal, se subdivisent en deux grandes fonctions : la préservation et la reproduction.

Parmi les faits saillants qui ont marqué l'année 2005-2006 à la Direction de la sauvegarde des collections, il importe de mentionner les suivants :

  • Projet de réparation d'ouvrages de la Collection Saint-Sulpice du 11 avril au 28 octobre 2005. Sept relieurs ont réparé plus de 4 600 livres au Centre d'archives de Montréal
  • Contrats adjugés à Preservation Technologies Canada et Les Reliures Caron et Létourneau respectivement pour la désacidification des livres de la collection de conservation et la reliure de la collection de diffusion
  • Projet d'inventaire permanent de la Collection patrimoniale québécoise en conservation; le but de ce projet est de tendre vers l'exhaustivité de la collection
  • Projet de préparation matérielle des documents sur disques numériques de la collection de diffusion qui ont été retenus au Centre de conservation depuis janvier 2005
  • Deuxième phase du projet d'installation de rayonnage dense dans la réserve des monographies pour la section des folios et des super folios
  • Préparation d'une formation sur la manipulation des documents qui sera présentée à l'ensemble du personnel de la Direction générale de la conservation et du personnel de la Direction générale de la diffusion affecté à la Collection nationale
  • Implantation d'un nouveau service de numérisation, à des fins de conservation et de traitement, des enregistrements sonores de la Collection nationale et des documents audiovisuels dans les archives privées
  • Nouvelle tarification des produits photographiques sur le portail : délais de livraison en urgence plus diversifiés (numérique à partir d'originaux) et nouveaux services offerts (impression grand format, photo trois dimensions, etc.), le tout afin de mieux répondre aux besoins de la clientèle
  • Deux projets de numérisations à l'interne :
    1. Numérisation de 238 cylindres de la Direction générale des archives. Une entente a été signée avec Bibliothèque et Archives Canada pour l'emprunt de l'Archéophone et la formation du personnel de la section de la reproduction pour la numérisation des cylindres sur cet appareil. Le projet se poursuivra au cours de l'année 2006-2007 et sera illustré sur le portail l'année prochaine.
    2. Numérisation des bandes magnétiques des fonds Gaston-Miron et Gilbert-Langevin. Ceci représente plus de 30 bandes magnétiques, soit près de 25 heures d'écoute. Initialement réalisées à des fins de traitement, ces copies d'écoute permettront de préserver les bandes originales tout en assurant la diffusion de leur contenu.

HautPréservation

La préparation matérielle constitue une mesure préventive pour une meilleure préservation des documents. Ceux qui sont destinés à la diffusion font l'objet d'une évaluation et reçoivent un conditionnement. Cette année, 14 122 documents ont été traités, comparativement à 13219 documents en 2004-2005.

Les exemplaires de consultation nécessitent inévitablement des réparations. Le nombre de documents ayant connu des réparations a augmenté de façon appréciable, passant de 4197 en 2004-2005 à 6908 en 2005-2006. Cet écart positif de 65% est attribuable à un vaste projet de réparations de la collection Saint-Sulpice par une équipe de sept relieurs.

La reliure permet de protéger les documents soumis à une manipulation intensive. Seul l'exemplaire de diffusion est relié. En 20052006, 2128 documents ont été reliés, comparativement à 903 en 2004-2005. Cette importante augmentation de 136 % est liée à la disponibilité budgétaire.

La désacidification massive de la Collection patrimoniale en conservation permet de prolonger la durée de vie des documents. Ce traitement s'applique aux documents reçus en dépôt légal et à tous ceux dont le papier présente une résistance suffisante à la manipulation. En 2004-2005, le programme de désacidification a été différé à 2005-2006 afin de financer une partie de l'achat et de l'installation du rayonnage mobile dans la réserve des monographies. Cette année, 12841 exemplaires de conservation de la collection des monographies ont été désacidifiés, selon le procédé Bookkeeper, de la compagnie Preservation Technologies Canada, située à Gatineau. Cette compagnie possède le seul système de désacidification de masse ayant satisfait tous les critères établis par la Library of Congress.

La restauration permet de donner une seconde vie aux œuvres sur papier. Elle améliore la lisibilité ainsi que la stabilité chimique et physique des documents. Les affiches, estampes, cartes géographiques, cartes postales, partitions musicales et pièces d'archives profitent de ce rehaussement. La restauration fait appel à des traitements physiques et chimiques fondés sur des données historiques, scientifiques et technologiques, dans le respect des caractéristiques intrinsèques du document. Ces traitements sont sans danger pour le papier et, dans la plupart des cas, réversibles. Les matériaux choisis sont neutres pour assurer une permanence et une durabilité supérieure aux documents. En 2005-2006, 699 heures d'interventions ont été réalisées sur 712 documents, comparativement à 446 heures d'interventions sur 368 documents en 2004-2005. Ces augmentations de 57% et 93% respectivement pour le nombre d'heures d'interventions et la quantité de documents restaurés sont liées à la disponibilité des ressources humaines.

La préparation des documents aux fins d'expositions, de numérisation et d'une mise en réserve optimale sert la cause de la conservation préventive. Pour chaque document, un contenant est fabriqué, qui épouse ses mesures, ce qui assure une manipulation et un entreposage plus sécuritaires. Pour les expositions, 2 645 heures d'interventions ont été réalisées sur 789 documents, en 2005-2006, comparativement à 1622 heures d'interventions sur 707 documents en 2004-2005. L'augmentation de 65% du nombre d'heures d'intervention en regard à la hausse de 12 % du nombre de documents s'explique par l'augmentation du nombre de projets d'exposition. De plus, le conditionnement a visé des documents très différents (livres d'artistes, affiches, estampes, documents d'archives, etc.) et beaucoup d'encadrements ont dû être réalisés. Enfin, la préparation des documents pour une mise en réserve optimale (chemises, contenants de types Tuxedo ou Clamshell, mylarisation, etc.) a nécessité 529 heures d'interventions, comparativement à 265 heures en 2004-2005. Cette augmentation de 100% est due à divers projets de conservation préventive réalisés cette année.

L'expertise et l'évaluation ont nécessité 868 heures en 2005-2006, comparativement à 159 heures en 2004-2005, en raison des activités de la Grande Bibliothèque.

Le nombre de prêts de l'exemplaire de conservation à des fins de consultation, de traitement, de reproduction et d'exposition a connu une hausse de 34 % en 2005-2006, comparativement à 2004-2005. Ce secteur a prêté 4 158 titres cette année par rapport à 3099 titres l'année dernière. Par ailleurs, la demande de consultation de l'exemplaire unique en urgence a monté en flèche, passant de 112 en 20042005 à 317 en 2005-2006. Cette hausse est attribuable à l'achalandage plus important entraîné par l'ouverture de la Grande Bibliothèque.

En ce qui a trait au filmage des collections de conservation dans le studio des médias, en 2005-2006, six tournages ont nécessité 12 heures de travail de préparation et d'assistance technique alors qu'en 20042005, 14 tournages avaient exigé 144 heures de préparation et d'assistance technique. Cet écart négatif est attribuable à l'interruption du service lors de la relocalisation du studio des médias et à une baisse de la demande. Les tournages ont été effectués par divers télédiffuseurs et maisons de production.

L'entreposage des collections dans les réserves, tant imprimées qu'électroniques, constitue le cœur de la conservation du patrimoine publié québécois. En 2005-2006, 66743 unités matérielles sont venues s'ajouter aux différentes collections en conservation, comparativement à 62 250 en 2004-2005. Au tableau 26, on retrouve un état de la Collection patrimoniale en conservation.

HautReproduction

La reproduction permet de réaliser une copie d'un document ou d'une partie de ce dernier sous forme analogique (microfilms, microfiches, diapositives, photographies, photocopies laser, impressions jet d'encre grand format) ou numérique (TIFF, JPEG, Wave, RealAudio, Audio CD).

La micrographie permet de répondre aux impératifs de conservation des documents fragilisés ou uniques, en réduisant la manipulation de l'original, tout en favorisant un meilleur accès à ces précieuses collections. Parmi les collections microfilmées, on retrouve les monographies, les journaux, les revues et les fonds d'archives privées. En 2005-2006, 180 854 pages ont été microfilmées comparativement à 232 418 pages en 2004-2005. Cette baisse de 22 % s'explique par l'affectation partielle des préposés à d'autres tâches. En ce qui a trait au microfilmage des exemplaires uniques demandés en urgence, 67 216 pages ont été microfilmées en 2005-2006 comparativement à 32 966 pages en 2004-2005. Cette hausse de 104 % est liée à la fermeture, pendant une partie de l'année 2004-2005, de la réserve des monographies et de la salle de lecture de l'Édifice Saint-Sulpice. Ce service offert dans un délai de quatre heures découle de l'application de la Politique de gestion de l'exemplaire unique et de la Procédure en découlant.

La numérisation des enregistrements sonores possédés en exemplaire unique est un nouveau service offert par la Section de la reproduction. En 2005-2006, 219 titres ont été reproduits à partir de divers supports : 33, 45 et 78 tours, cylindres, bandes magnétiques, cassettes, livres audio, cartouches sonores (8 pistes) et CD. Mis à part les ajustements de base (son, VU, etc.), aucune intervention n'est effectuée sur les fichiers obtenus par la numérisation, afin de conserver le maximum d'informations. La copie produite devient l'exemplaire de diffusion et le support original est ainsi préservé.

La photographie est utilisée pour la reproduction de textes, d'articles et d'illustrations à des fins de recherche, d'enseignement, d'exposition, de publication, etc. BAnQ offre des produits photographiques analogiques traditionnels ou numériques pour satisfaire les besoins de plus en plus élevés de la clientèle et du personnel. En 2005-2006, 13906 produits photographiques (photographies noir et blanc et couleurs, copies laser, copies grand format à jet d'encre, diapositives et images numériques) ont été réalisés par rapport à 5127 en 2004-2005. Les besoins internes, notamment pour les fins de documentation d'expositions ou de publications, ont contribué de façon significative à cette considérable augmentation. Ces dernières années, la demande des supports analogiques a chuté au profit du format numérique, plus souple et plus polyvalent.

HautSommaire des activités

Un sommaire des activités de la Direction de la sauvegarde des collections est présenté dans la section des tableaux.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.