Rapport annuel BNQ 2004-2005

DIRECTION GÉNÉRALE DE LA CONSERVATION

Table des matières


DIRECTION DE LA SAUVEGARDE DES COLLECTIONS

HautLa conservation des documents

Les activités de la Direction de la sauvegarde des collections se subdivisent en quatre grandes fonctions : la préservation, la restauration, la reproduction et les réserves.

HautPréservation

La préservation constitue une phase préventive de traitement. Les documents destinés à la diffusion font l’objet d’une évaluation et d’une préparation matérielle. Seul l'exemplaire de diffusion est relié, selon des critères de valeur, d’utilité et de format. Après usage, cet exemplaire peut nécessiter des réparations mineures ou majeures.

Le service de la préservation procède également à la désacidification massive des documents de la collection patrimoniale, afin d’en prolonger la durée de vie. Ce traitement s’applique aux documents reçus en dépôt légal et à tous ceux dont le papier présente une résistance suffisante à la manipulation.

Pour la période se terminant le 31 mars 2005, on constate que certaines activités ont connu des écarts significatifs par rapport à l’année précédente, notamment la préparation matérielle, les réparations mineures et majeures ainsi que l’emballage.

La préparation matérielle des documents a connu une baisse notable cette année. En effet, en 2004-2005, le service de la préservation a traité 13 219 documents comparativement à 17 947 documents en 2003-2004.

Les réparations mineures apportées aux documents des collections patrimoniales ont quant à elles augmenté de façon appréciable, passant de 713 documents en 2003-2004 à 2 258 documents en 2004-2005. Cet écart est attribuable à un vaste projet de réparation de périodiques en diffusion.

En corollaire, les réparations majeures ont diminué fortement en faveur des réparations mineures, passant de 4 059 documents en 2003-2004 à 1 939 documents en 2004-2005; le départ à la retraite du relieur, en janvier 2005, a contribué à cette diminution.

En 2004-2005, 4 566 documents ont été emballés, comparativement à 2 986 l’année précédente. Cette importante augmentation est attribuable à un plus grand nombre d’ensachages dans les mises à jour.

Enfin, la Bibliothèque nationale a différé son programme de désacidification de masse cette année, afin de financer une partie de l’achat et de l’installation du rayonnage mobile dans la réserve des livres.

HautRestauration

La restauration permet la reconstitution d’une œuvre sur papier grâce à des traitements physiques et chimiques sans danger pour le papier et, dans la plupart des cas, réversibles. Les affiches, estampes, cartes géographiques, cartes postales, partitions musicales et pièces d’archives sont autant de documents que l’on peut soumettre à ce type de rehaussement.

Au cours de l’année, 3 108 heures ont été allouées à la restauration, comparativement à 1 749 heures en 2003-2004. Cette augmentation considérable de 1 359 heures a été rendue possible grâce à l’apport de trois techniciennes en muséologie, qui sont venues s’ajouter à l’équipe de restauration. Ce renfort a été nécessaire pour assurer la préparation de trois expositions, dont l’exposition inaugurale de la Grande Bibliothèque, Tous ces livres sont à toi !

Plusieurs activités de restauration ont donc diminué au profit des activités liées à la préparation matérielle des œuvres pour les expositions, notamment la préparation et la consultation pour la mise en valeur des œuvres choisies, l’encadrement, la fabrication de supports et de boîtes ainsi que l’emballage sécuritaire des œuvres en vue de leur transport.

HautReproduction

La reproduction permet de réaliser une copie d’un document ou d’une partie de celui-ci sous forme analogique (microfilms, microfiches, diapositives, fac-similés, photographies) ou numérique (cédéroms, disquettes, fichiers électroniques). Elle permet de répondre aux impératifs de conservation des documents fragilisés ou uniques, tout en réduisant la manipulation de l’original et en favorisant un meilleur accès à ces collections.

HautMicrophotographie

La préparation matérielle, c’est-à-dire l’inventaire des collections, page par page, a diminué par rapport à l’année dernière, passant de 308 704 pages à 238 010 pages. Cette différence s’explique par le fait que quatre titres rétrospectifs volumineux avaient été reproduits en 2003-2004.

Les prises de vues, le développement et la duplication ont tous connu des baisses par rapport à 2003-2004, en raison du départ à la retraite de deux employés affectés au microfilmage ; on a donc procédé à l’embauche et à la formation de deux nouveaux employés occupant ces mêmes fonctions.

Enfin, au cours de l’année, 68 titres d’exemplaires uniques ont été microfilmés d’urgence (dans un délai de quatre heures), comparativement à 184 titres en 2003-2004. Cette baisse est liée à la fermeture de la réserve des livres, du 15 mars au 2 août 2004, pour fins d’installation de nouveaux rayonnages mobiles. Ce service découle de l’application de la politique et des procédures de gestion de l’exemplaire unique.

HautPhotographie

À la lecture du tableau, à la page 68, on constate que la plupart des activités de photographie ont subi de légères fluctuations, tant à la hausse qu’à la baisse. Les différences sont toutefois plus marquées en ce qui a trait aux épreuves, aux images balayées et aux diapositives.

Les épreuves ont passé de 98 en 2003-2004 à 368 en 2004-2005, et ce, en raison de la comptabilisation des tirages des mini-planches-contacts insérées dans les boîtiers de CD.

On note également une augmentation importante des images balayées, soit 1 113 images en 2004-2005 comparativement à 673 images en 2003-2004. Cette hausse s’explique par la production d’images pour deux catalogues d’exposition réalisés à l’occasion de l’ouverture de la Grande Bibliothèque.

En ce qui a trait aux diapositives, la production a chuté à 41 cette année, comparativement à 132 en 2003-2004. Cette différence se justifie par le fait que la demande pour les produits analogiques a diminué en faveur des produits numériques.

HautVentes

La plupart des produits microphotographiques (microfilms/microfiches) et photographiques (photographies en noir et blanc et en couleurs, fac-similés noir et blanc et copies laser en couleurs, diapositives et images numériques sur CD) sont vendus à la clientèle.

La vente de ces produits a connu une baisse par rapport à l’année dernière. Les recettes ont été de 16 374,81 $ en 2004-2005, comparativement à 23 020,50 $ en 2003-2004. La fermeture des salles de lecture des édifices Saint-Sulpice et Ægidius-Fauteux, à compter de janvier 2005, a contribué à cette diminution.

La valeur ajoutée que représentait l’intégration de produits microphotographiques et photographiques dans les collections de la Bibliothèque a également diminué cette année, passant de 48 547 $ en 2003-2004 à 33 861 $ en 2004-2005. Cette diminution est liée à la baisse des activités de microphotographie, à la suite du départ à la retraite de deux employés affectés au microfilmage.

HautRéserves

L’entreposage, dans les réserves, des collections tant imprimées qu’électroniques constitue le cœur de la conservation du patrimoine québécois publié. Les réserves permettent d’entreposer, dans des conditions optimales, un exemplaire de tous les documents publiés au Québec et soumis au dépôt légal ou acquis par achats, dons et échanges.

En 2004-2005, 62 250 unités matérielles sont venues s’ajouter aux différentes collections en conservation, comparativement à 62 326 en 2003-2004. Tous les chiffres relatifs aux documents reçus dans les magasins se trouvent dans la section des tableaux.

À l’exception des demandes de référence, l’ensemble des activités liées aux services a connu une baisse cette année, en raison de la fermeture de la réserve, du 15 mars au 2 août 2004, pour les fins d’installation de nouveaux rayonnages mobiles.

Les services offerts dans le cadre de la gestion des magasins consistent en la référence, le prêt des exemplaires de conservation ainsi que les photocopies des brochures en exemplaire unique.

Cette année, 216 titres ont fait l’objet de demandes de référence, comparativement à 160 titres l’année dernière.

Au cours de la dernière année, 3 099 titres ont été prêtés, comparativement à 5 381 titres en 2003-2004. La photocopie des brochures en exemplaires uniques a quant à elle diminué cette année, passant de 224 titres en 2003-2004 à 112 titres en 2004-2005.

Finalement, en 2004-2005, le personnel des magasins a procédé à la vérification de 1 400 titres dans le cadre de l’inventaire permanent, comparativement à 4 800 titres en 2003-2004, soit une diminution de 3 400 titres.

En ce qui a trait au filmage des collections de conservation dans le studio des médias, les 11 tournages qui ont eu lieu cette année ont nécessité 112 heures de travail de préparation et d’assistance technique. Ces tournages ont été effectués par divers télédiffuseurs et maisons de production.

HautBilan des opérations

Le bilan des opérations de la conservation est présenté dans la section des tableaux.

 

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.