Rapport annuel BNQ 2002-2003

Rapport annuel 2002-2003

Table des matières

Message de la présidente-directrice générale

La première année d'une nouvelle institution

En dépit de sa présentation traditionnelle, ce rapport annuel est une première. Car il rend compte des activités initiales de la nouvelle institution qu'est la Bibliothèque nationale du Québec, née au début de mars 2002 du regroupement de l'ancienne Bibliothèque nationale du Québec et de la Grande bibliothèque du Québec. Sous les habituelles têtes de chapitre, rien, ou presque, ne se lit de façon routinière. Tout en témoignant ainsi du mouvement et du développement de la BNQ, le rapport fait état de l'ordre et de la rigueur qui les soutiennent.

D'avril 2002 à mars 2003, année de référence du texte, on voit s'installer, se consolider et s'enrichir les outils intellectuels et matériels qui permettront à la BNQ de servir les Québécois en s'inscrivant dans les mutations les plus prometteuses que connaissent actuellement, partout au monde, les bibliothèques. Seules institutions publiques à proposer à tous, sans discrimination, un accès concret, réel, à la culture et au savoir, elles doivent s'imposer aujourd'hui des choix cruciaux quant à leurs orientations et à leurs outils. Chacune de nos directions y a participé.

S'appuyant sur les solides acquis de l'ancienne Bibliothèque nationale du Québec en matière d'acquisition, de traitement et de notre patrimoine documentaire, la Direction générale de la conservation a entrepris une révision systématique de son action. Celle-ci devrait déboucher sur un élargissement de la notion de patrimoine, comme le commande la réflexion actuelle dans ce secteur, et sur une actualisation des supports. L'enrichissement de cette mission est marqué par la création d'une Direction de la recherche et de l'édition qui permettra désormais à la BNQ de s'inscrire pleinement, avec d'autres bibliothèques nationales, dans les réseaux scientifiques nationaux et internationaux.

La Direction générale de la diffusion, qui a hérité des principaux dossiers de développement de la Grande Bibliothèque, a connu une année particulièrement mouvementée. L'acquisition et la préparation de la future collection de prêt ont mis en branle une chaîne du livre qui touche l'ensemble du milieu : bibliothéconomie, librairie, informatique, traitement documentaire, entre autres. Tout en assumant les services à la clientèle de l'ancienne BNQ, cette direction a conçu et planifié l'immense projet que sera le service aux Québécois, à partir de notre futur bâtiment montréalais. Là aussi, la création d'une nouvelle Direction des services aux milieux documentaires, qui concrétise déjà notre engagement de concertation avec les bibliothèques du Québec, est un marqueur de l'année écoulée.

En soutien à ces grandes missions, la Direction générale des technologies de l'information et des télécommunications a commencé à mettre en place le Système intégré de gestion documentaire (SIGD), l'architecture électronique qui sera l'outil privilégié du futur réseau. Minutieux, complexe, énorme et fortement contrôlé, ce travail de planification nous permet d'ores et déjà d'enrichir nos services aux individus et aux collectivités, et de mieux soutenir notre travail patrimonial.

Amorcés à la fin de 2001 au terme d'une planification experte, les travaux de construction de la Grande Bibliothèque, au cœur même de Montréal, se sont poursuivis conformément au programme. L'année a été consacrée surtout à la préparation, en concertation étroite avec tous nos services, de la troisième phase de construction, celle de l'édifice lui-même, dont la qualité et la diversité des espaces devaient se traduire dans les exigences de l'appel d'offres, autre travail colossal.

La BNQ vit donc à la fois en mode de gestion de projets majeurs et en mode de gestion quotidienne des services offerts par une société d'État solide et déjà bien implantée. Nous n'aurions pu y arriver, au cours de l'année 2002-2003, sans une Direction de l'administration et des services internes qui a mis en place les mécanismes indispensables. Il faut signaler, tout particulièrement, les travaux qui ont permis un regroupement harmonieux des ressources humaines des deux institutions préalables, et la nécessaire mais lourde refonte, dans la même foulée, de notre administration financière, nos responsabilités à cet égard ayant en pratique doublé.

Dans tous les domaines énumérés plus haut, le Secrétariat général et la Direction des affaires juridiques ont joué un rôle crucial. On ne crée pas une nouvelle institution sans revoir toutes les politiques, tant à l'interne que dans nos rapports avec l'État et avec d'autres organismes gouvernementaux. À ce travail, se sont ajoutés la négociation d'ententes avec divers partenaires – dont la Ville de Montréal – et la révision des orientations de notre développement institutionnel également commandée par la fusion de la GBQ et de la BNQ, tandis que les travaux reliés aux appels d'offres et contrats, en informatique et en construction, devaient se poursuivre normalement.

Enfin notre Direction des communications et des relations publiques a dû revoir et recréer l'ensemble de nos outils d'information pour refléter la nature et les services de la nouvelle institution, tant dans ses imprimés que dans sa présentation sur Internet. La confection d'un plan de présence, qui sera l'armature de nos relations publiques, s'est aussi amorcée en s'appuyant sur une concertation interne harmonieuse.

Plus que quiconque au Québec, j'ai donc été témoin, au cours de cette année charnière, des efforts extraordinaires que peut consentir une équipe lorsque l'habite le sens de la mission, et la conscience du privilège qu'il y a à mettre en œuvre le projet éducatif et culturel le plus extraordinaire à voir le jour au Québec depuis plus d'un quart de siècle.

Remercier est donc, en préface à ce rapport annuel, une joie. Je le fais en liant, à l'équipe de la BNQ, celle que constitue son conseil d'administration, patient, fidèle, corvéable, et d'une grande sagesse. Sa solidarité a été sans faille. Le rapport témoigne enfin des nombreux comités où nous retrouvons, en une sorte de famille élargie, des partenaires bénévoles, issus de tous les milieux que nous désirons servir. Ma gratitude s'étend à eux tous, et aux citoyens qui nous font confiance.

Lise Bissonnette

Retour à la table des matières. page suivante Le Conseil d'administration.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.