À rayons ouverts, no 96

<< Table des matières


La vie de BanQ

Improvisation mixte

par Julie Fontaine, archiviste, BAnQ Vieux-Montréal

Dans la foulée de son 35e anniversaire, souligné lors de sa saison 2012-2013, la Ligue nationale d'improvisation (LNI) vient d'assurer la pérennité de ses archives par leur don à BAnQ. Cette acquisition a été soulignée d'une façon originale, le 4 septembre dernier, lors du dévoilement de la programmation culturelle 2014-2015 de BAnQ, animé par Sophie Cadieux. La fête annuelle de la rentrée a été ponctuée d'un match d'improvisation inspiré du thème de l'année Territoires de BAnQ et mettant à contribution des documents tirés du fonds d'archives. Ce fut, en outre, la première donation soulignée en présence de la nouvelle présidente-directrice générale de BAnQ, Christiane Barbe.

Le fonds de la LNI

C'est à l'été 1977 que le comédien Robert Gravel, aujourd'hui décédé, et son acolyte Yvon Leduc ont l'idée de concevoir des joutes de compétition d'improvisation théâtrale reprenant les paramètres d'une partie de hockey. Le premier match a lieu le 21 octobre 1977 à la maison Beaujeu dans le Vieux-Montréal. La formule inédite se popularise rapidement. En 1981, 40 comédiens participent à plus de 30 matchs, auxquels assistent près de 20 000 spectateurs enthousiastes. Les matchs sont télédiffusés jusqu'en 1988 (et de nouveau à partir de 1997) et récoltent de fortes cotes d'écoute. C'est aussi pendant les années 1980 que la Ligue se fait connaître à l'étranger. En 1981, la Ligue part pour la première fois à l'assaut de la France pour y jouer 22 matchs et initier du même coup les Français à cette forme d'improvisation réinventée. Depuis, des ligues d'improvisation sont nées dans une trentaine de pays.

Le fonds d'archives est disponible à la salle de consultation de BAnQ Vieux-Montréal, et on trouve sa description dans l'outil de recherche Pistard, à banq.qc.ca. Il comprend 2,06 mètres linéaires de documents textuels, auxquels s'ajoutent près de 800 photographies et 130 vidéos et enregistrements sonores qui immortalisent l'histoire de la Ligue. Le fonds renseigne sur la gestion de la Ligue et sur les événements ayant marqué ses 36 années d'existence. On y découvre la genèse de ce sport théâtral, ses principes et règlements ainsi que l'envergure internationale qu'a pris cette forme de théâtre au fil des ans. Les photographies montrent les nombreux comédiens s'étant produits dans cette arène, Gaston Lepage, Normand Brathwaite, Raymond Legault, Diane Jules, Sylvie Legault, Réal Bossé, Jean-Michel Anctil et bien d'autres encore. On y voit également Yvan Ponton, le célèbre arbitre que le public aime détester… à grand renfort de claques lancées sur la patinoire!

Plus de 300 comédiens sont passés sur les planches de la LNI au fil des ans, et plusieurs ont été intronisés au Temple de la renommée de la Ligue. Encore aujourd'hui, les matchs, présentés au Club Soda, attirent le public. Cette acquisition enrichit les fonds et collections de BAnQ qui documentent l'histoire du théâtre québécois.

 

Un don en provenance de la discothèque de Radio-Canada

par Daniel Chouinard, bibliothécaire aux acquisitions des collections patrimoniales, BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie

Introduit par l'entreprise américaine Columbia en 1948, le disque microsillon, fait de vinyle et tournant à 33 1/3 tours par minute, finit par remplacer le disque 78 tours à la fin des années 1950. Il s'agit d'une petite révolution qui fait passer la durée d'enregistrement de 5 minutes à près de 30 minutes par face pour un disque de 30 centimètres et qui, à partir de 1958, permet la diffusion d'enregistrements en stéréophonie. Ce nouveau support régnera sans partage jusqu'à l'arrivée des procédés d'enregistrement numérique et du disque compact au milieu des années 1980. Pour avoir rendu possible la diffusion à grande échelle et à un coût raisonnable des répertoires les plus variés, le microsillon reste associé dans l'esprit de beaucoup de mélomanes à une sorte d'âge d'or de l'enregistrement sonore.

C'est donc avec une satisfaction toute particulière que BAnQ a récemment eu l'honneur de recevoir un important don de microsillons québécois en provenance de la discothèque de Radio-Canada à Montréal. La société d'État a ainsi offert à BAnQ de compléter sa collection en choisissant tous les titres dont elle aurait besoin dans divers lots d'exemplaires excédentaires. Au terme de l'opération, qui devrait être complétée au cours de 2014, ce seront assurément plus de 1000 titres qui auront été ajoutés à la collection de BAnQ.

La variété et la richesse des répertoires couverts feraient rêver tout amateur de musique. Le répertoire classique y occupe une place importante et comprend plusieurs collections éditées par RadioCanada qui ont fait date dans l'histoire canadienne du disque, notamment l'Anthologie de la musique canadienne qui a entre autres consacré les œuvres de compositeurs québécois tels que Gilles Tremblay, Pierre Mercure et Clermont Pépin. Une autre part importante des disques retenus met en valeur divers ensembles ou interprètes québécois comme Maureen Forrester, Bruno Laplante, Pierrette Alarie, Léopold Simoneau, l'ensemble Arion et les Tudors Singers of Montreal.

La musique populaire n'est pas en reste, qu'il s'agisse de folklore, avec Lionel Daunais et Jacques Labrecque, de chanson francophone ou anglophone, où les Gilles Vigneault, Félix Leclerc, Michel Rivard et Pierre Calvé côtoient Gino Vannelli, April Wine et Leonard Cohen, ou encore de musique country avec la Famille Lebrun et Marcel Martel. Dans le domaine du jazz, on trouve l'incontournable Oscar Peterson, mais aussi des noms moins connus du grand public tels que Guido Basso, Yvan Landry, Buck Lacombe, le Jon Ballantyne Trio et Paul Bley.

À l'heure où le monde de l'enregistrement sonore est durablement bouleversé par le phénomène de la dématérialisation, BAnQ est particulièrement reconnaissante à Radio-Canada de contribuer aussi généreusement à la préservation du patrimoine musical québécois.

 

Être de son temps

par Rénald Lessard, archiviste-coordonnateur, et Marie-France Mignault, archiviste, BAnQ Québec

La 18e édition des Fêtes de la Nouvelle-France s'est déroulée à Québec du 6 au 10 août dernier. Détentrice de 1 500 000 pages d'archives datant du Régime français, BAnQ s'est toujours fait un point d'honneur d'y participer au fil des années.

BAnQ a toutefois innové en 2014 et mis à profit différents médias. Depuis janvier dernier, elle a collaboré avec les Fêtes de la Nouvelle-France à la diffusion d'une douzaine de chroniques radio portant sur différents thèmes, de la justice aux célébrations et divertissements en passant par les grands chantiers ou encore les explorateurs. Diffusées toutes les deux semaines pendant l'émission Les matins éphémères sur les ondes de CKRL 89,1, ces chroniques de Stephan Parent, directeur général des Fêtes, ont mis en valeur les fonds d'archives de BAnQ. À l'aide du matériel fourni, ce dernier a aussi publié plusieurs éphémérides sur la page Facebook des Fêtes de la Nouvelle-France.

Le 10 août, Rénald Lessard a présenté au Musée de la civilisation une conférence sur l'extraordinaire aventure scientifique et technique qu'a constitué la construct ion navale royale à Québec (1739-1759). Cette conférence sera bientôt accessible dans la section des baladodiffusions sur le portail Web de BAnQ.

BAnQ a en outre produit huit grands panneaux combinant textes et illustrations qui ont été présentés en plein air sur le Quai des pionniers. La vie domest ique en Nouvelle-France et les grands chantiers – thème des Fêtes – y ont été abordés. Il y était notamment question de la construction navale royale à Québec, des Forges du Saint-Maurice, des fortifications de Montréal et de la sauvegarde des archives par l'intendant Hocquart. Une capsule vidéo a été produite pour la plateforme La Fabrique culturelle.

Une lecture à voix haute d'ordonnances de l'intendant Bigot par le comédien Pascal Larouche a périodiquement animé le site. Et pour faire un clin d'œil à notre siècle, il ajoutait à la fin de chaque ordonnance : « Lue, publiée et affichée afin que personne n'en ignore la teneur » et y ajoutait en souriant « et publiée sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec ». Il faut bien être de son temps!

 

La référence (encore plus) virtuelle

par Marie-Michelle Hamel, bibliothécaire-coordonnatrice au service de référence à distance et au Centre de relations clients, Grande Bibliothèque

Vous avez besoin d'aide pour trouver un livre que vous ne parvenez pas à repérer dans le catalogue? Vous cherchez un site Internet fiable sur le sujet qui vous intéresse? Vous éprouvez de la difficulté à mettre la main sur la version en ligne du Devoir? Bonne nouvelle! Depuis juin dernier, vous pouvez demander l'aide d'un bibliothécaire non seulement par téléphone ou par courriel, comme c'est déjà le cas depuis l'ouverture de la Grande Bibliothèque en 2005, mais aussi par clavardage. BAnQ participe en effet à REPONSEATOUT.CA, un service de référence coopérative offert par 12 bibliothèques québécoises.

À l'initiative de BAnQ et de l'Association des bibliothèques publiques du Québec, plusieurs bibliothèques ont mis leurs efforts en commun pour implanter un service collaboratif semblable à ceux déjà offerts en Ontario, aux États-Unis, en France et dans plusieurs autres pays. Le projet est maintenant chapeauté par BIBLIOPRESTO.CA, un organisme québécois voué à la promotion et au développement des services en ligne en bibliothèque publique. Les autres bibliothèques participantes sont celles de Blainville, Brossard, Gatineau, Laval, Longueuil, Pointe-Claire, Repentigny, Sainte-Julie, Saint-Jean-sur-Richelieu, Terrebonne et Trois-Rivières. Les établissements participants se partagent la couverture des heures de service.

Pour clavarder avec un bibliothécaire, il suffit de se rendre à banq.qc.ca/question ou sur le site des autres bibliothèques participantes pendant les heures d'ouverture du service, soit du lundi au vendredi de 14 h 30 à 20 h 30 et les samedis et dimanches de 12 h 30 à 16 h 30. Vous pourrez alors dialoguer en temps réel, par écrit, avec du personnel qualifié qui se fera un plaisir de vous aider dans vos recherches. En dehors des heures de clavardage, il est toujours possible de poser une question par téléphone ou à l'aide d'un formulaire Web pour obtenir une réponse par courriel.

En élargissant ainsi leur offre de services à distance, BAnQ et les bibliothèques québécoises continuent de s'adapter au virage numérique pour mieux répondre aux besoins de leurs usagers. L'objectif, à terme, est d'étendre le service à l'ensemble des bibliothèques publiques et nul doute qu'elles seront nombreuses à emboîter le pas!

 

Le retour en libre-service à la Grande Bibliothèque

par Chloé Baril, directrice de l’accueil et du prêt, Grande Bibliothèque

Le principe de l’autonomie de l’usager fait partie inhérente de la philosophie de la Grande Bibliothèque depuis le début. Les postes de prêt en libre-service utilisant la lecture de puces RFID ont été installés dès l’ouverture, en 2005. Pour les retours, les usagers remettaient leurs documents sur un convoyeur qui les acheminait vers la salle de tri, où des employés triaient les documents en vue de leur remise en rayons.

Depuis le 9 juillet dernier, les usagers peuvent utiliser un tout nouveau système de retour en libre-service. Plus rapide, plus efficace et plus précis, ce système améliore toute la chaîne du retour des documents. Pour les usagers, les avantages sont évidents : leur carte est automatiquement libérée des emprunts dès que les documents sont insérés dans l’un des guichets, alors qu’il leur fallait attendre une quinzaine de minutes avec l’ancien système. Les usagers peuvent aussi obtenir, s’ils le désirent, un reçu confirmant la transaction. L’installation du retour en libre-service s’inscrit dans un vaste projet de rénovation du rez-de-chaussée de la Grande Bibliothèque visant à adapter les lieux aux nouvelles réalités technologiques et aux nouveaux modes de consommation de l’information et de la culture.

  1. Le système se compose d’abord de quatre guichets situés dans le hall. Respectant l’architecture du lieu, ils sont accrochés à une cage de verre qui laisse voir la mécanique du convoyeur.
  2. Un convoyeur achemine ensuite les documents en douceur vers le niveau inférieur, à l’aide d’une courroie qui les tient en sandwich, puis à travers l’Espace Jeunes, où l’on peut observer leur voyage.
  3. En salle de tri, une trieuse distribue les documents dans les 22 bacs prévus à cet effet, selon des critères qui facilitent le classement et le rangement sur les rayons. La tâche mécanique et répétitive du retour à la main est révolue.

 

Qui êtes-vous?

par François David, adjoint du conservateur et directeur général des archives, BAnQ Vieux-Montréal

BAnQ est heureuse de s'associer à Radio-Canada pour une deuxième année consécutive dans la préparation de la série Qui êtes-vous?, adaptation francophone de la série télévisée Who do you think you are?

Plusieurs archivistes de BAnQ ont collaboré à la recherche historique et généalogique et ont participé à l'enregistrement des émissions. Cette série est une occasion unique de découvrir en compagnie de personnalités québécoises les documents d'archives qui révèlent l'histoire fascinante, parfois même troublante de certains de leurs ancêtres. Nul doute que la nouvelle série réserve de belles surprises à Mariloup Wolfe, à René Simard, à Claude Legault et à Antoine Bertrand, ce dernier fort étonné de découvrir une histoire de kidnapping datant du XVIIIe siècle dans sa lignée!

 

Des bourses de plus en plus connues

par Isabelle Crevier, agente de recherche, BAnQ Rosemont–La Petite-Patrie

Lancé en 2003 et financé par la Fondation de BAnQ depuis 2010, le Programme de soutien à la recherche est désormais bien connu de la communauté universitaire. Depuis cinq ans, on observe une importante hausse du nombre de candidatures, tous concours confondus. La quantité de dossiers reçus est en effet passée de 38, en 2009, à 66, l'an dernier. Les données montrent aussi que, depuis 2011, le nombre de candidats provenant de l'extérieur des grands centres, soit Montréal et Québec, croît rapidement. Cette augmentation se reflète parmi les lauréats de bourses de maîtrise et de doctorat, puisqu'en 2008 un seul boursier provenait d'une université située en région (l'Université de Sherbrooke), alors que depuis 2009, le nombre des boursiers de cette université et de l'Université du Québec à Trois-Rivières est monté à sept.

En outre, on observe que les candidats et les lauréats proviennent de champs disciplinaires de plus en plus variés. Si la majorité des chercheurs mènent des projets en littérature et en histoire, le nombre d'étudiants en anthropologie, en bibliothéconomie et en sciences de l'information, en communications, en histoire de l'art, en histoire du livre, en linguistique, en musique, en sciences politiques et en sociologie croît d'année en année. La popularité de nos bourses est certes due aux campagnes de promotion et à la notoriété acquise par le Programme depuis 11 ans, mais aussi aux jurés universitaires, qui se sont avérés d'excellents ambassadeurs.

Lauréats et projets

Cette année, 10 lauréats ont reçu une bourse. Parmi ceux-ci, trois étudient à l'Université McGill : Francis Lord et Laura Risk ont reçu une bourse de doctorat chacun, le premier pour son projet sur le droit d'auteur et la deuxième pour sa recherche sur les trajectoires de la musique traditionnelle instrumentale québécoise, alors que Francis Loranger a obtenu la bourse de recherche sur les lettres, l'histoire et la pensée modernes pour son projet sur la topique militaire dans le roman libertin du XVIIIe siècle.

Stéphanie Bernier, de l'Université de Sherbrooke, a reçu une bourse de doctorat pour son projet sur le mentorat littéraire de Louis Dantin. Majela Guzmán Gómez, de l'Université de Montréal, s'est vu remettre la bourse de recherche sur un sujet lié à la bibliothéconomie et à l'archivistique grâce à son étude des pratiques de lecture des immigrants récemment arrivés au Québec.

Deux étudiantes ont obtenu une bourse de maîtrise : Katéri Lalancette, de l'Université Laval, pour sa recherche sur les irrégularités survenues lors des élections tenues au Québec entre 1841 et 1886, et Marie-Noëlle Lavertu, de l'Université du Québec à Trois-Rivières, pour son projet sur les écrits du critique de théâtre Henri Letondal. Enfin, trois chercheurs de l'extérieur du Québec ont pu profiter d'une bourse de séjour de recherche : Nicolas Douay, de l'Université Paris Diderot, pour son projet sur l'histoire de l'aménagement du Grand Montréal depuis les années 1940; Robert Englebert, de l'Université de la Saskatchewan, qui travaille sur les réseaux commerciaux autour du marchand Gabriel Cerré au XVIIIe siècle; Marcel Olscamp, de l'Université d'Ottawa, pour son édition de la correspondance entre Jacques Ferron et Jean Marcel entre 1965 et 1985.

Règlement complet du programme : banq.qc.ca/psr.

 

Des nouvelles de la Fondation de BAnQ

par Ghislain Roussel, secrétaire-trésorier, Fondation de BAnQ

Au cours des deux dernières années, la Fondation de BAnQ s'est consacrée à la planification et à la mise en œuvre de sa première campagne de financement. Depuis le lancement de la phase publique de la campagne, en avril dernier, un montant de 800 000 $ s'est ajouté aux sommes amassées, ce qui porte celles-ci à un total de 3,1 M $. Une belle enveloppe pour financer des projets en appui à BAnQ dans la réalisation de ses divers mandats!

Une étape importante vient d'être franchie

Depuis le 20 juin dernier, la Fondation de BAnQ est officiellement certifiée « organisme de bienfaisance ». Elle a en effet demandé et obtenu, auprès du Bureau de la normalisation du Québec, la certification attestant sa conformité à la norme CAN/BNQ 9700-340 (2012). Cette norme établit les exigences que les organismes de bienfaisance doivent respecter en matière de gouvernance, de saines pratiques de gestion et de transparence. La Fondation de BAnQ est d'autant plus fière de cette certification qu'elle est le premier organisme québécois de bienfaisance à l'avoir obtenue, suivi de peu par la Fondation HEC Montréal.

Nouvelles règles de gouvernance

La Fondation a tenu son assemblée annuelle le 29 mai dernier. Elle a alors reconduit pour deux ans le mandat de ses administrateurs et dirigeants. Ceux-ci ont approuvé le budget de l'année 2014-2015, les états financiers de l'année 2013-2014 et la planification stratégique. La Fondation a en outre tenu deux réunions de son conseil d'administration cet automne, les 3 septembre et 23 octobre.

La démarche de certification a incité les dirigeants de la Fondation à réviser les règles de gouvernance de l'organisme afin de les élever au rang des meilleures pratiques philanthropiques. De concert avec BAnQ, ils ont revu le corpus réglementaire, conçu de nouvelles politiques et établi des mesures visant à structurer davantage la gestion et le suivi des dons et des projets. Politiques, règlements et nouvelles modalités ont été discutés et approuvés lors des réunions du conseil d'administration. Tous les documents officiels ont été ou seront versés sous peu sur le site officiel de la Fondation, qui héberge l'ensemble de l'information sur ses activités et réalisations (banq.qc.ca/fondation).

Les dirigeants de la Fondation ont accueilli la nouvelle présidente-directrice générale de BAnQ, Christiane Barbe, au sein du conseil d'administration lors de la réunion du 3 septembre. Ils ont profité de l'occasion pour souligner la contribution exceptionnelle de Guy Berthiaume à la campagne de financement 2013-2018. Ils remercient en outre Sébastien Bélair, Lucien Bouchard et Louis Vachon pour leurs dons personnels importants.

Donateurs organisations

  • Les Amis de BAnQ
  • Banque Nationale
  • BUSAC Immobilier
  • Caisse de dépôt et placement du Québec
  • Cercle canadien de Montréal
  • Domtar
  • Fondation Alcoa
  • Fondation J. A. DeSève
  • Fondation Desjardins
  • Fondation Jeunesse-Vie
  • Fondation Molson
  • Fondation Roaster's
  • Gaz Métro
  • Groupe Banque TD
  • Intact Corporation financière
  • MondoIn
  • Pomerleau
  • Power Corporation du Canada
  • Québecor
  • RBC Banque Royale
  • Rio Tinto Alcan
  • RNC Media
  • Société historique Alphonse-Desjardins
  • TransForce Inc.
  • Warner Bros.
  • Un donateur majeur anonyme

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.