Rubriques

Table des matières

D'art et de culture

Le génie créateur de la famille Caron

par Éric Fontaine, rédacteur-réviseur
Direction de la programmation culturelle

Spécialistes de l'architecture religieuse, les Caron ont marqué le visage de la Mauricie et du Centredu- Québec. À l'affût des mutations de la pratique architecturale et de l'évolution du contexte social, cette célèbre famille a contribué au façonnement du paysage bâti de la région pendant plus d'un siècle. Présentée au Centre d'archives de la Mauricie et du Centre-du-Québec depuis le 16 octobre 2012, l'exposition Les Caron (1867-1967) – Trois générations d'architectes retrace le parcours de cette dynastie en s'attardant plus particulièrement sur les oeuvres que les architectes Jules et Jean-Louis Caron ont conçues dans la ville de Trois-Rivières au cours du XXe siècle.

Le fonds Jean-Louis Caron

Une première partie de ce qui constitue aujourd'hui le fonds Jean-Louis Caron a été cédée par contrat de prêt aux Archives nationales du Québec en 1982. Au décès de l'architecte Jean-Louis Caron, les droits de propriété sur ces documents ont été transférés aux Archives nationales du Québec. À l'automne 1983, la succession a cédé des documents entreposés dans les anciens bureaux de l'architecte. Enfin, en mai 2005, la succession a fait don d'un troisième lot de documents conservés par la famille. Il était tout naturel pour Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) d'organiser une exposition à partir des milliers de documents textuels, photographies, dessins, plans et esquisses que recèle ce fonds.

L'équipe

Le défi que posait cette exposition consistait à permettre aux visiteurs non seulement de découvrir de manière dynamique une sélection de documents d'archives, mais aussi de se réapproprier une partie de leur patrimoine. Pour accomplir cette tâche, BAnQ s'est tournée vers la firme de consultants Patri-Arch. Fondée par de jeunes architectes issus de l'École d'architecture de l'Université Laval, cette entreprise est reconnue pour son expertise en matière de patrimoine architectural. Les chargés de projets ont été Martin Dubois, de Patri-Arch, et Claude Sauvageau, de la Direction de la programmation culturelle de BAnQ. Maelström Créatif signe la conception graphique. Sophie Morel, directrice du Centre d'archives de la Mauricie et du Centredu- Québec de BAnQ, a soutenu la phase de la recherche.

L'évolution du métier

La première partie de l'exposition est consacrée à la présentation de la dynastie des architectes Caron. On apprend notamment que, dès les années 1870, le patriarche de la famille, Louis Caron père (1848-1917), a pratiqué le métier d'architecte et joué aussi le rôle d'entrepreneur en construction pour les bâtiments qu'il concevait. On découvre ses trois fils, Louis Caron fils (1871-1926), Joseph-Henri (1878-1954) et Jules (1885-1942), ainsi que leurs principales réalisations. On découvre enfin Jean-Louis Caron (1913-1983), fils de Jules, qui modernise et épure les formes architecturales de ses aînés en s'éloignant des modèles traditionnels. La deuxième partie s'attarde sur l'influence de Jules et de Jean-Louis Caron sur l'architecture de Trois-Rivières (1917-1967). Ce patrimoine, qui comprend autant des édifices religieux, institutionnels et commerciaux que des bâtiments résidentiels, témoigne des différents styles qui font la richesse architecturale de Trois-Rivières.

Les circuits architecturaux L'exposition se poursuit à l'extérieur du centre d'archives en proposant trois circuits architecturaux autonomes de 1,7 à 2,5 km dans différents secteurs de la ville : le centre-ville, les coteaux et Cap-dela- Madeleine. À pied ou à vélo, les visiteurs peuvent poursuivre leur découverte du patrimoine bâti légué par Jules et Jean-Louis Caron à la ville de Trois-Rivières. Enthousiaste, le journaliste François Houde voit dans ces circuits « une occasion de découvrir la richesse du patrimoine architectural de la ville au même titre qu'un voyage dans le temps à travers différents styles qui ont marqué notre patrimoine bâti1 ».

Un feuillet d'information qui indique l'emplacement des 46 bâtiments compris dans ces circuits est disponible en français et en anglais au Centre d'archives de la Mauricie et du Centre-du-Québec et au Bureau d'information touristique de Trois-Rivières.

Une richesse méconnue La Mauricie et le Centre-du-Québec ont reçu en héritage un patrimoine architectural exceptionnel. Avec Les Caron (1867-1967) – Trois générations d'architectes, BAnQ propose une exposition qui permet au public de découvrir les trésors vivants de la ville de Trois-Rivières et de ses environs. Les Trifluviens, qui redécouvriront des bâtiments qu'ils côtoient tous les jours sans nécessairement connaître les architectes qui les ont conçus, pourront en retirer un légitime sentiment de fierté.

 


1. François Houde, « Le patrimoine architectural mis en valeur », Le Nouvelliste, 16 octobre 2012.

Retour au menu

Le cabinet des curiosités

Les guides de voyage Baedeker

par Philippe Legault, bibliothécaire
Direction de la Collection nationale et des services spécialisés

La Collection Saint-Sulpice, noyau de la Collection nationale, compte de nombreux petits trésors. Parmi ceux-ci se trouvent des guides de voyage Baedeker, dont voici la petite histoire. Celui à qui l'on doit les guides de voyage modernes et qui en a fait un succès commercial international est Karl Baedeker (1801-1859). D'abord libraire, Baedeker combine sa passion du livre et des voyages et fonde sa maison d'édition en juillet 1827. Ses ouvrages pratiques se distinguent des autres guides de l'époque par trois caractéristiques majeures qui en feront la marque.

Sa facture et sa taille

Alors que les guides de voyage du début du XIXe siècle sont souvent de grands formats richement illustrés, Baedeker propose le format de poche léger et facile à emporter. Les livres sont rapidement identifiables à leur reliure de percaline rouge, au lettrage doré ainsi qu'à leurs tranches marbrées.

Ses traductions

Son expérience de traducteur chez l'éditeur britannique John Murray II (1778-1843) et le succès commercial de ses guides d'abord publiés en allemand amènent Baedeker à les traduire en anglais et en français. Cette idée lui vaut une renommée mondiale instantanée.

Ses informations exactes et d'actualité

Enfin, les guides Baedeker sont appréciés pour la précision, la qualité et la clarté des informations que l'on y puise. Karl Baedeker lui-même documente et rédige plusieurs guides. Pour les autres, il collige les informations et supervise toutes les étapes de la production. Outre les commentaires historiques, géographiques et culturels, de nombreux renseignements pratiques y sont consignés, tels les établissements recommandés aux dames voyageant seules ou les indications pour le transport des bagages de plus de 100 kg, ou encore sur les pourboires à offrir aux conducteurs. Les guides se distinguent également par un système novateur de classement par étoiles autant pour les hôtels que pour les restaurants et les attractions.

Les guides Baedeker seront publiés de 1828 à 1944. Les éditions de la première heure sont aujourd'hui très recherchées par les collectionneurs. Un exemplaire de 1880, Berlin und Umgebungen, s'est récemment vendu à 600 € (soit l'équivalent de 780 $CAN) lors d'une vente aux enchères européenne.

La Collection Saint-Sulpice détient 20 guides Baedeker nous entraînant entre autres sur les routes de différentes destinations européennes. La sixième et dernière édition anglophone de Berlin and its Environs, de 1923, offre plus de 30 cartes et plans et suggère quelques itinéraires abondamment commentés. Un ex-libris manuscrit signé J. H. Ross, Montreal est présent sur le premier plat de couverture ainsi qu'une date d'acquisition, soit le 9 décembre 1926. Il pourrait s'agir du lieutenant James Hector Ross, héros de la Première Guerre mondiale, qui a reçu la Croix militaire.

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.