Mot du président-directeur général

Table des matières

Nos coups de théâtre

par Guy Berthiaume
Président-directreur général

Molière, Shakespeare, Michel Tremblay. Le théâtre occupe assurément une place toute privilégiée dans l'économie des genres littéraires. Pour s'en convaincre, qu'il suffise de rappeler la synecdoque : pour désigner la langue française, ne dit-on pas « la langue de Molière » plutôt que « la langue de Ronsard » ou « la langue de Bossuet »? Et, sur un mode plus anecdotique, je remarque que Les belles-sœurs est l'œuvre la plus retenue de toutes par les personnalités que j'ai reçues depuis deux ans dans le cadre de la série La bibliothèque de…

N'est-il pas remarquable d'apprendre que, deux ans avant la fondation de Québec, la présence française en Amérique se manifestait déjà par la création d'une pièce de théâtre montée à Port-Royal, en Acadie? Cette œuvre, Le théâtre de Neptune en la Nouvelle-France, que l'on peut aujourd'hui lire en ligne sur le portail Internet de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), ne manquait sûrement pas de panache, puisque son premier acte se déroulait sur l'eau et le second sur le rivage de la nouvelle colonie, ce qui n'est pas sans rappeler La tempête, montée par Robert Lepage dans l'amphithéâtre extérieur de Wendake au cours de l'été 2011. Notre collègue Philippe Legault retrace dans ces pages l'histoire des nombreux avatars de la publication du Théâtre de Neptune, un texte annonciateur des 2300 pièces qui furent publiées au Québec depuis lors.

Grâce à la bibliothécaire Isabelle Robitaille, nous apprenons l'histoire fascinante de la première pièce de théâtre de langue anglaise publiée au Québec : The Battle of Aughrim, qui paraît à Montréal en 1843. Il ne se trouve plus que deux exemplaires de l'édition de 1843 dans le monde, dont celui qui est conservé par BAnQ. Quoiqu'il ne soit pas certain que la pièce ait été jouée au Québec, on apprend que ses représentations en Grande-Bretagne provoquaient des passions telles que les spectateurs sortaient leurs épées!

Un numéro consacré au théâtre ne serait pas complet sans le témoignage d'une figure de proue du milieu théâtral québécois. Lorraine Pintal, la directrice artistique et générale du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), a accepté de se prêter au jeu d'une entrevue placée sous le thème : archives et pratique théâtrale. Mme Pintal y aborde l'évolution remarquable qu'a connue, au cours des 60 années de l'histoire du TNM, la conception des affiches et des programmes de théâtre. À l'origine simples supports d'information, « les affiches sont devenues de véritables œuvres d'art, nous confie-t-elle, et les concepteurs graphiques sont maintenant un maillon indispensable du processus de création dans les théâtres ».


Un sondage récent mettant à contribution les lecteurs d'À rayons ouverts nous a incités à créer deux nouvelles rubriques. La première, confiée à Jean-François Gauvin, notre directeur des services Web, est nommée « Défis et enjeux technologiques » et elle nous fera découvrir les miracles en matière d'informatique et de télécommunications qui permettent à BAnQ de communiquer avec cinq millions d'usagers virtuels chaque année. La seconde rubrique, dont la première livraison est rédigée par le réputé bibliothécaire Daniel Chouinard, a pour titre « Le cabinet des curiosités » et elle se propose d'attirer l'attention sur des documents inusités faisant partie de nos collections, comme cet exemplaire de 1916 de Maria Chapdelaine dont il nous parle. Heureuse vie à ces nouvelles rubriques!

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.