À rayons ouverts, no 88 (hiver 2012)

Table des matières

La vie de BAnQ


Pour une politique culturelle

par Nicole Vallières, directrice de la programmation culturelle, et Éric Fontaine, rédacteur-réviseur, Direction de la programmation culturelle

Depuis 2006, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) propose à ses usagers une programmation culturelle riche et diversifiée. Elle offre, à Montréal et dans les régions du Québec, des expositions, des conférences et des visites commentées ainsi que des lectures publiques, des spectacles, des tables rondes, des ateliers, un camp de jour et des activités destinées aux jeunes publics. Après cinq ans de fonctionnement, il était tout naturel pour BAnQ de se doter d'un outil qui lui permette de définir les priorités et les orientations de sa programmation culturelle.

C'est ainsi que, le 30 mars 2011, le conseil d'administration de BAnQ a adopté à l'unanimité la Politique culturelle de BAnQ, couronnement d'un long processus de consultation mené par le groupe de recherche Espace Muséologies et Sociétés de l'Université du Québec à Montréal auprès des partenaires et de son personnel.

Arrimée aux orientations stratégiques de notre institution, cette politique culturelle donne la priorité à la diffusion d'activités qui traitent d'histoire, de littérature, d'art et de culture. Elle assure ainsi la cohérence et la représentativité de la programmation culturelle de BAnQ, af n que celle-ci témoigne de la richesse et de la diversité des collections de l'institution. Cette politique préconise une approche plurielle de la culture qui favorise l'accessibilité pour tous les publics grâce à des moyens créatifs et innovateurs. Par ailleurs, elle vise à promouvoir la complémentarité des diverses composantes de BAnQ (centres d'archives, Grande Bibliothèque, Centre de conservation) tout en favorisant le partenariat avec le milieu culturel.

Cette politique culturelle établit un processus de sélection qui repose à la fois sur un comité d'évaluation et d'analyse des projets culturels, qui examine les propositions de projets et présente des recommandations, et sur un comité de la programmation culturelle, qui a pour mandat d'approuver les orientations annuelles et de veiller à ce qu'elles refl ètent pleinement la mission de diffusion et de promotion du savoir de BAnQ. Les modalités de la mise en œuvre du processus seront diffusées sur le portail de BAnQ au cours de l'hiver 2012.

La Politique culturelle de BAnQ est un outil essentiel pour favoriser la création et l'innovation en matière de pratiques culturelles ainsi que pour maintenir le niveau d'excellence auquel s'attendent les usagers d'une institution nationale. Elle permet à BAnQ de proposer une offre cohérente et systémique d'activités de diverses natures qui intéressent ses différents publics. Elle traduit surtout l'engagement de BAnQ envers tous les citoyens du Québec.

Retour au menu


100 ans de culture en braille au Québec

par André Vincent, chef des services adaptés
Direction de la Collection nationale et des services spécialisés

En 2011, la bibliothèque braille québécoise a eu 100 ans. C'était là une occasion de revenir sur son histoire et de rappeler le transfert, en 2005, du Service québécois du livre adapté à la Grande Bibliothèque de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

La première bibliothèque pour aveugles au Canada est inaugurée en 1911 à l'Institut Nazareth de Montréal. Elle possède un fonds documentaire de 200 volumes en langue française. Sous la gouverne des Sœurs Grises de Montréal, l'Institut, où l'on enseigne le braille depuis 1865, confirme ainsi son rôle de pionnier en matière d'accès au savoir et à la culture pour les personnes aveugles.

Profitant de la franchise postale pour les documents en relief destinés aux aveugles en vigueur au Canada depuis 1898, la bibliothèque devient circulante en 1914. Les livres sont alors transcrits manuellement par des bénévoles, au poinçon et à la tablette. Il faudra attendre 1963 pour trouver sur les rayons des titres transcrits au moyen de machines à écrire braille, puis 1985 pour que les technologies informatiques confirment la pérennité du braille, seul système donnant aux aveugles l'accès à la fois à l'écriture et à la lecture. Au fil des ans, la collection de la bibliothèque braille s'enrichit. Elle compte 1230 titres en 1935, 3670 titres en 1964 et 5978 titres en 1973.

En 1975, à la suite de la fusion des instituts Nazareth et Louis-Braille, la bibliothèque déménage à Longueuil. Quatre ans plus tard, elle est intégrée au réseau des bibliothèques publiques du Québec. Le fonds documentaire compte alors 7000 titres en braille. En mars 2005, la collection de la bibliothèque braille est transférée à la Grande Bibliothèque en même temps que les collections audio du Service québécois du livre adapté.

Aujourd'hui, 100 ans après sa fondation, la bibliothèque braille détient un fonds documentaire de 12 000 titres en braille, dont 2500 partitions, ainsi que 8000 titres audionumériques sur CD et 3500 titres téléchargeables. En 2010-2011, 115 000 documents adaptés ont été prêtés aux usagers du Service québécois du livre adapté à l'échelle de tout le territoire québécois.

Retour au menu


80e congrès annuel de l'Association francophone pour le savoir – Acfas

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) est fière d'être partenaire de l'Association francophone pour le savoir – Acfas à l'occasion du 80e congrès annuel de cette organisation et d'accueillir en ses murs une programmation inédite d'activités destinées au public intéressé par les enjeux actuels de notre société.

Sous le thème du dialogue entre la science et la société, un ensemble de discussions sur les grandes questions de l'heure permettra aux plus curieux de nourrir leur esprit critique alors qu'une série d'activités plus ludiques offrira une porte d'entrée conviviale vers le monde passionnant de la recherche. La Grande Bibliothèque sera notamment l'hôte, le mercredi 9 mai, d'une rencontre unique entre les astronautes Julie Payette et Claudie Haigneré. On pourra aussi voir dans le hall, pendant toute la durée du congrès et jusqu'au 27 mai inclusivement, l'exposition La preuve par l'image, une invitation à pénétrer au cœur de la science grâce à une série de photographies fascinantes, toutes accompagnées de légendes scientifi ques proposées par les chercheurs qui les ont réalisées et de brefs textes rédigés par des écrivains québécois.

C'est un rendez-vous du 7 au 11 mai prochain.

Renseignements : banq.qc.ca/colloques

Retour au menu


Prêt entre bibliothèques. Une nouvelle politique, un nouveau règlement

par Isabelle Charuest, chef des services à distance et de la formation

Datant de 2006, la Politique de prêt entre bibliothèques de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) avait grand besoin de rajeunissement, pour ne pas dire de plus de modernité. Bien entendu, le prêt entre bibliothèques (PEB) répond toujours à l'objectif premier de partage de l'information, mais de nouveaux moyens technologiques permettent maintenant la transmission électronique des documents et l'accès sécurisé aux documents en ligne.

De plus en plus de documents sont en effet disponibles sur Internet, librement ou sous conditions. Le service de PEB les signale aux demandeurs, facilitant ainsi l'accès à distance. C'est une grande amélioration pour les gens qui vivent en région. BAnQ déploie aussi un effort particulier dans la négociation de ses licences pour les bases de données afin d'obtenir des droits permettant la transmission d'extraits ou d'articles grâce au PEB. Simple, rapide et sans obstacle géographique, la transmission électronique ajoute une valeur certaine à l'offre de BAnQ à tous ses usagers. De surcroît, ce service économique et efficace s'inscrit dans l'optique de la préoccupation institutionnelle en matière de développement durable.

Par ailleurs, la collection de prêt et de référence de BAnQ ayant atteint une certaine maturité, de nouvelles collections peuvent désormais faire l'objet d'un PEB, par exemple les documents audiovisuels. Un sondage effectué auprès de grandes bibliothèques publiques américaines et canadiennes confirme la tendance à prêter ce type de documents. Une première étape a été franchie en offrant le PEB de livres sonores édités commercialement aux abonnés du Service québécois du livre adapté qui en font la demande par l'entremise de leur bibliothèque de proximité. De plus, tous les abonnés des bibliothèques québécoises peuvent maintenant demander à BAnQ des films documentaires pour leur usage personnel. L'expérience permettra de poursuivre la réflexion quant à la variété de types de documents que les bibliothèques pourront échanger entre elles. Une autre collection importante de BAnQ est aujourd'hui accessible grâce au PEB : celle de l'Espace Jeunes. Celle-ci a toujours fait l'objet de demandes répétées d'emprunt de la part des bibliothèques.

De par sa mission, BAnQ offre à ses usagers la majeure partie du patrimoine publié québécois ou relatif au Québec. Ces collections patrimoniales sont également accessibles par PEB, mais la nature ou la condition de certains documents ne permet pas toujours leur accès. Diverses actions ont été entreprises afin de parer à cette contrainte. Le processus de numérisation est l'une des solutions : certains exemplaires uniques peuvent ainsi être offerts sur demande de façon sécurisée dans le respect des droits d'auteur. Toujours dans un esprit de promotion et de diffusion de l'édition québécoise, la nouvelle politique de PEB de BAnQ lève la traditionnelle restriction « nouveautés » pour ce qui est des nouvelles parutions québécoises.

banq.qc.ca/services/peb

Retour au menu


L'art québécois, témoin de notre élégance

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) collaborent afin de mettre en valeur leurs collections respectives dans le cadre de deux expositions et d'un programme de conférences sur le thème de la mode au Québec.

L'élégance québécoise s'expose

Avec ces deux expositions, BAnQ et le MNBAQ veulent montrer que la mode québécoise, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, a suivi les grandes tendances internationales tout en étant confrontée à des enjeux sociaux particuliers. Les deux institutions participent ainsi à une réflexion sur des aspects importants et intimement liés de la culture matérielle et de l'histoire sociale du Québec : la mode et l'apparence.

De la Belle Époque au prêt-à-porter
Grande Bibliothèque, section Arts et littérature
Jusqu'au 11 novembre 2012
Commissaire : Anne-Marie Matteau

BAnQ fait revivre l'évolution de la mode québécoise de 1880 à 1940 grâce à des reproductions en papier de vêtements et d'accessoires grandeur nature ainsi qu'à des gravures, des photographies, des revues et des dessins puisés dans les fonds d'archives et dans les collections patrimoniales de l'institution.

Mode et apparence dans l'art québécois, 1880-1945
Musée national des beaux-arts du Québec
Du 9 février au 6 mai 2012
Commissaires : Esther Trépanier et Véronique Borboën

Le MNBAQ présente la mode par l'entremise d'une centaine d'œuvres d'artistes québécois, souvent inédites, réalisées entre 1880 et 1945. En complément, huit créations de grands designers de mode d'ici, directement inspirées d'œuvres conservées au MNBAQ, illustrent toute la créativité de ce milieu. Christian Chenail (Muse), Michel Desjardins, Marie Dooley, Philippe Dubuc, Yves Jean Lacasse (Envers), Jean-François Morissette, Myco Anna et Marie Saint Pierre ont rendu possible cette rencontre inédite entre les peintres du passé et la mode contemporaine.

L'exposition s'attaque au mythe largement entretenu dans l'art et la littérature qui veut que le Québec, jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, ait été une société rurale traditionnelle dont les habitants auraient été vêtus « à l'ancienne ». Elle offre également aux visiteurs l'occasion d'examiner les multiples approches, tant conventionnelles que modernes, qui ont caractérisé la scène artistique québécoise avant l'avènement de l'abstraction.

BAnQ est fi ère de collaborer à cette exposition par le prêt d'affi ches publicitaires, de catalogues et de photographies de magasins à grande surface. Tirés des collections patrimoniales de l'institution, ces documents témoignent du développement du commerce de l'apparence et de la beauté au Québec.

Conférences sur la mode gratuites

En complément à ces deux expositions, deux conférences seront présentées à l'Auditorium de la Grande Bibliothèque au cours des prochains mois :

  • Autour d'une exposition – Mode et apparence dans la peinture québécoise, 1880-1945, par Esther Trépanier, professeure au Département d'histoire de l'art de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et co-commissaire de l'exposition au MNBAQ
    Le mardi 21 février 2012 à 19 h 3 0
  • Regard sur la mode dans la peinture et la photographie québécoises au XIXe siècle, par Véronique Borboën, professeure au Département de scénographie de l'École supérieure de théâtre de l'UQAM, conseillère scientifique de l'exposition à la Grande Bibliothèque et co-commissaire de l'exposition au MNBAQ
    Le jeudi 12 avril 2012 à 19 h 3 0

Pour assister à c es conférences, on doit se procurer un billet (gratuit)

Signalons que deux conférences ont été données à la Grande Bibliothèque l'automne dernier, l'une par le designer Jean-Claude Poitras, l'autre par Anne-Marie Matteau. Elles sont toutes deux disponibles en baladodiffusion sur le portail de BAnQ.

Retour au menu

 

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.