À rayons ouverts, no 88 (hiver 2012)

Table des matières

Rubriques


D'art et de culture
Riopelle et les arts graphiques

par Catherine Melançon, chargée de projet, Direction de la programmation culturelle

Dès le 20 mars prochain, la salle Gilles-Hocquart du Centre d'archives de Montréal accueillera l'exposition Riopelle – Séries graphiques, qui porte sur un aspect méconnu de l'œuvre de l'un des monstres sacrés de l'art d'ici. Peintre et sculpteur, Riopelle était un homme passionné par l'estampe, la littérature et les arts graphiques, doublé d'un artiste soucieux de la qualité des outils destinés à faire connaître ses expositions. En effet, tout au long de sa prolifique carrière, Riopelle a joué un rôle important dans la mise sur pied et la promotion de ses expositions, élaborant les maquettes de ses catalogues ainsi que la trame de ses affiches et de ses cartons d'invitation.

La tâche de commissariat a été confiée à André Hénault. Instigateur du projet, il est un collectionneur et un observateur passionné de l'œuvre de Riopelle. « Cette exposition, a-t-il déclaré en entrevue, est une occasion exceptionnelle d'approfondir la réflexion sur l'œuvre de Riopelle, parce qu'elle n'a jamais été abordée du point de vue des arts graphiques. L'importance de cet aspect de l'œuvre est pourtant indéniable. »

C'est en lisant Riopelle – Signes mêlés (1972) de Pierre Schneider, première monographie consacrée à l'œuvre de Riopelle, qu'André Hénault, enseignant et muséologue, a pris conscience du travail graphique de l'artiste. De fil en aiguille, l'importance de l'œuvre imprimée s'est imposée à son esprit. Catalogues d'exposition, affiches lithographiées, cartons d'invitation et autres cartes de souhaits lui ont permis d'observer le travail de Riopelle sous une diversité d'angles de vue. En les regroupant, il a vu se dégager avec une force certaine les « séries graphiques ».

Des créateurs de talent

Cette exposition permet à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) de révéler de nombreux joyaux de sa collection, mais le public pourra également contempler des œuvres inédites issues de plusieurs autres collections publiques et privées, parmi lesquelles figurent des livres d'artistes, des catalogues, des estampes, des cartons d'invitation et même un paravent réalisé en 1969 qui est présenté en Amérique du Nord pour la première fois.

Diane Bernier et Philippe Legris signent, respectivement, le design et la conception graphique de l'exposition. Ces deux créateurs de talent ont déjà uni leurs forces pour l'exposition Ces artistes qui impriment. Produite par BAnQ, celle-ci célébrait l'estampe sous toutes ses formes et fi gurait parmi les cinq meilleures expositions d'art contemporain de l'année 2010 à Montréal selon l'hebdomadaire Voir. Spécialisée en design et en gestion de projets d'expositions, Diane Bernier a récemment œuvré au redéploiement de la collection permanente du Musée Stewart à l'île Sainte-Hélène. Architecte de formation, Philippe Legris mène, quant à lui, une brillante carrière de designer graphique. Nous avons pu observer récemment le fruit de son travail dans le hall de la Grande Bibliothèque, lors de l'exposition qui a marqué le 60e anniversaire du Théâtre du Nouveau Monde.

Un film et un récital

L'exposition Riopelle – Séries graphiques consacre une première section aux impressions d'œuvres existantes. Celle-ci couvre les débuts de la carrière de Riopelle, de 1947 à 1963, et atteste sa participation à la production graphique des documents entourant ses expositions. Le visiteur sera à même de constater que plusieurs œuvres sur papier ont été reprises lors de la fabrication des cartons d'invitation et des catalogues. La deuxième section témoigne des recherches spécifiques dont les projets promotionnels de l'artiste ont fait l'objet à partir du milieu des années 1960. Riopelle est représenté par la galerie Maeght, ce qui lui donne accès aux ateliers d'impression ARTE et lui permet d'expérimenter la lithographie et l'eauforte. Par la suite, l'estampe deviendra une partie intégrante de son œuvre. Cette portion de l'exposition présente notamment plusieurs numéros de la revue Derrière le miroir, à mi-chemin entre le catalogue et le livre d'artistes, qui accompagnait chacune des expositions de Riopelle à la Galerie Maeght. La dernière section de l'exposition présente pour sa part des livres d'artistes dont le graphisme et l'ornementation s'avèrent particulièrement remarquables. On y trouvera également une série inédite : L'alphabet de Thulé.

Plusieurs activités seront offertes en complément à l'exposition. Outre deux conférences du commissaire ainsi qu'une conférence de François-Marc Gagnon sur le visible et l'invisible chez Riopelle, mentionnons entre autres un récital du Quatuor Bozzini, qui présentera Icebergs et soleil de minuit – Quatuor en blanc de Simon Martin, composition inspirée des œuvres éponymes de Riopelle, ainsi qu'une projection du film Riopelle, sans titre, collage 1999, de Pierre Houle. Ces activités contribueront à démontrer que l'influence de Riopelle a dépassé la seule sphère des arts visuels.

Retour au menu


Comptes rendus de lectures

par Linda Clermont, Isabelle Crépeau et Sophie Loiselle, bibliothécaires
Direction des services aux milieux documentaires

William A . Ewing et Nathalie Herschdorfer
Steidl, quand la photo devient livre – De Robert Frank à Karl Lagerfeld
Göttingen (Allemagne), Steidl, 2010 · ISBN : 9783869301747

Pour Henri Cartier-Bresson, les photographies se regardent non pas sur les murs mais dans les livres. Depuis 1972, Steidl, importante maison d'édition allemande spécialisée dans les livres de photographie, contribue largement à rendre cela possible, de même qu'à « éblouir l'œil » et à « troubler l'esprit ». Plus de 2100 livres ont été publiés, faisant connaître des photographes tels Lewis Baltz ou Ed Ruscha, devenus des incontournables.

Dans ce catalogue d'exposition, l'univers de Steidlville nous est dévoilé par l'observation des maillons de la chaîne de production : concepts, boîte à projets, choix artistiques et maquettes. L'article de la commissaire Nathalie Herschdorfer, « Du livre d'art à l'art du livre », retrace avec justesse l'histoire du livre de photographie. (IC)

Brigitte Koyama-Richard
L'animation japonaise – Du rouleau peint aux Pokémon
Paris, Flammarion, 2010 · ISBN : 9782081227873

Foisonnant d'images lumineuses, cet ouvrage fait remonter l'histoire des dessins animés japonais à la recherche du mouvement, de la perspective et de la lumière dans les formes d'art qui ont précédé l'animation : rouleaux peints, estampes, automates et mangas. C'est en faisant la chronique des grands studios d'animation et des grands éditeurs de mangas que l'auteure expose la manière dont ces influences esthétiques et culturelles ont imprégné l'animation de l'archipel japonais. Albator, Hello Kitty et autres Pokémon, dignes héritiers de cette riche tradition picturale, regagnent ainsi leurs lettres de noblesse.

Reproductions de rouleaux peints, images tirées de films d'animation et entretiens avec des acteurs importants de l'animation et du manga témoignent de la richesse graphique et culturelle qui, aujourd'hui encore, fait la force et l'originalité de l'animation japonaise. (SL)

Laurent Balandras (dir.)
Les manuscrits de Serge Gainsbourg – Brouillons, dessins et inédits
Paris, Textuel, 2011 · ISBN : 9782845974173

Vingt ans après le décès de Serge Gainsbourg, personnage mythique de la culture française, les Éditions Textuel rééditent ses manuscrits en format de collection et en tirage limité.

Œuvre riche dont l'intérêt repose en grande partie sur la publication d'archives inédites provenant des proches de Serge Gainsbourg, on y découvre un artiste sans cesse en mouvement et qui, mille fois sur le métier, remettait son ouvrage. En témoignent des traces du premier texte signé sous le pseudonyme Serge Gainsbourg, des pages de scénarios de films et de romans ainsi que des manuscrits de chansons écrites pour d'autres artistes. On y découvre aussi l'homme privé qui dessine des portraits de sa fille Charlotte et qui écrit des lettres à ses amis Françoise Hardy et Jacques Dutronc, de même que l'amoureux des mots qui note dans ses agendas recettes, définitions et citations. (LC)

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.