À rayons ouverts, no 87 (automne 2011)

Table des matières

Rubriques


Coup d'œil sur les acquisitions patrimoniales

par Daniel Chouinard, bibliothécaire, Direction des acquisitions de la Collection patrimoniale, et Hélène Fortier, archiviste, Centre d'archives de Montréal, avec la collaboration d'Audrey Bouchard, archiviste, Centre d'archives du Saguenay–Lac-Saint-Jean, d'Hélène Charbonneau, archiviste-coordonnatrice, Centre d'archives de Montréal, de Christian Drolet, archiviste-coordonnateur, Centre d'archives de Québec, de Guylaine Milot, bibliothécaire, Direction des acquisitions de la collection patrimoniale, et d'Élise Lassonde, bibliothécaire, Direction de la recherche et de l'édition

Une tranche de vie lévisienne : le fonds famille Gabriel Samson

Toujours soucieuse de préserver des témoignages illustrant la vie privée, sociale et professionnelle des familles québécoises, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a acquis le riche fonds Famille Gabriel Samson. Ce fonds renferme des documents notariés et offi ciels formant les éléments de base pour raconter l'histoire familiale des Samson de Lévis. Véritable témoignage de la vie de cette famille demeurant dans la région lévisienne (seigneurie de Lauzon, Vieux-Lévis, etc.) depuis 275 ans, il est constitué de 187 documents regroupés dans 30 dossiers couvrant les années 1736 à 1951. On y trouve, entre autres, des actes notariés qui établissent la propriété, l'état civil ou encore l'état des finances des membres de la famille Samson. Ce fonds contient également d'autres documents de nature économique, de la correspondance ainsi que des documents officiels ayant trait à la vie militaire au Bas-Canada.

Par ailleurs, ce fonds a été entièrement numérisé et est accessible sur le portail de BAnQ via sa base de données Pistard. Signalons enfin qu'une quinzaine d'actes notariés inédits de la période 1736-1799 se trouvent dans ce fonds. En effet, ces derniers n'apparaissent pas dans la base de données d'actes notariés Parchemin réalisée par la Société de recherche historique Archiv-Histo ni dans les greffes de notaires conservés par BAnQ.

Deux militants engagés : Simonne Monet Chartrand et Michel Chartrand

L'histoire du syndicalisme, du féminisme et de l'action sociale ne peut se raconter sans rappeler la contribution majeure des figures marquantes qu'ont été Simonne Monet Chartrand et Michel Chartrand. Ces personnages ont lutté assidûment par leurs actions, leur implication et leurs convictions pour une plus grande justice sociale.

Simonne et Michel unissent leurs destinées en 1942. Le parcours de Michel Chartrand l'a conduit vers la lutte pour les droits ouvriers. La grève des travailleurs de l'amiante à Thetford Mines et à Asbestos, en 1949, marque un tournant dans sa vie. Dès lors, il adhère à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada, où il participera à d'importantes grèves, comme celles de l'Alcan, de Dupuis Frères et de la Wabasso.

Quant à Simonne, elle épouse la cause féministe dès 1939. Bientôt, l'action sociale s'ajoute à ses intérêts. D'ailleurs, dans les années 1950, elle contribue à la mise sur pied de plusieurs mouvements faisant la promotion de la coopération et de l'éducation. Elle accompagne également Michel dans ses luttes en participant aux initiatives visant à soutenir les familles des grévistes. Simonne Monet Chartrand s'oppose aussi à la guerre et fait la promotion du désarmement et de la paix en participant à des missions de paix.

Le fonds Simonne Monet Chartrand et Michel Chartrand, acquis dernièrement par BAnQ et conservé au Centre d'archives de Montréal, révèle plus particulièrement la vie de Simonne. Il compte des textes d'entrevues et d'émissions, des textes se rapportant aux luttes féministes, quelques notes personnelles, des journaux intimes, de la correspondance et des enregistrements d'entrevues. On y trouve aussi le manuscrit de l'ouvrage Pionnières québécoises et regroupements de femmes d'hier à aujourd'hui ainsi que deux manuscrits intitulés « En marche vers une paix à inventer » et « Femmes et la paix ». Ce fonds ne néglige pas non plus la vie de Michel Chartrand. Il rapporte surtout les échanges entretenus par les époux lorsque les engagements syndicaux de Michel l'éloignent de la maison.

L'univers du costume : le fonds Solange Legendre

BAnQ a récemment fait l'acquisition du magnifique fonds d'archives de la conceptrice de costumes Solange Legendre. Pendant près de 30 ans, soit de 1956 à 1984, Solange Legendre a conçu les costumes de plus de 80 productions de Radio-Canada, dont une cinquantaine de téléthéâtres et d'opéras ainsi que des émissions jeunesse, des concerts et des séries dramatiques. Parallèlement à son travail pour Radio-Canada, Solange Legendre a signé les costumes, et parfois les décors et les accessoires, de près d'une centaine de productions pour des compagnies théâtrales. Ce fonds d'archives se compose de plus de 1855 maquettes de costumes et de 524 esquisses, dont la plus grande partie a été réalisée pour des productions à la télévision, notamment pour Les beaux dimanches, présentés à Radio-Canada. Le fonds contient également des scénarios, des photographies, des dossiers de production, des plans de scène et de décors ainsi que de la correspondance, dont quelques lettres de Marie-Claire Blais et d'Alan Glass.

Riopelle à New York

En 1948, au lendemain de la parution de Refus global, dont il est l'un des signataires, Jean Paul Riopelle (1923-2002) part s'établir à Paris. Il s'y lie d'amitié avec plusieurs personnalités des milieux artistique et littéraire. Parmi eux, le respecté critique d'art Georges Duthuit, qui porte un intérêt croissant à son travail. Il publie sur l'œuvre et sur l'homme un texte qui le consacre, dans lequel il souligne les « prodigieuses réserves de passions, de fougue et de violence » de Riopelle ainsi que son « originalité intense ». C'est en version anglaise que paraîtra d'abord ce texte important, sous le titre « A Painter of Awakening : Jean Paul Riopelle » dans le numéro d'automne 1952 de Canadian Art. C'est à nul autre que Samuel Beckett, autre ami parisien de Riopelle, que l'on doit la traduction.

Duthuit, qui est aussi le gendre du peintre Henri Matisse, présente Riopelle au plus jeune fils de l'artiste fauve, Pierre Matisse, galeriste établi à New York. Celui-ci représente et expose de nombreux artistes, dont Joan Miró, Marc Chagall et Sam Francis. Quelques présences dans des expositions de groupe à la Pierre Matisse Gallery font connaître les œuvres de Riopelle et suscitent l'intérêt des spécialistes de la métropole américaine, ce qui lui vaudra d'être invité à participer à une exposition collective au musée Guggenheim dès 1953-1954.

Simultanément, en 1954, la galerie lui consacre une première exposition solo aux États-Unis. On y présente non seulement des aquarelles mais surtout 18 huiles sur toile, mosaïques à la spatule aux couleurs éblouissantes qui figurent aujourd'hui parmi ses œuvres les plus fameuses. BAnQ a eu la chance d'acquérir récemment le catalogue de cette exposition, une simple feuille pliée en quatre, qui reprend la traduction de Beckett du texte de Duthuit. Le portrait très inspiré qui y est fait du jeune artiste et de son œuvre annonce à merveille la prodigieuse carrière que connaîtra Riopelle.

Les architectes associés : innovation et tradition

Du Palais de justice de Chicoutimi à l'aérogare de Chibougamau en passant par les bâtiments du zoo de Saint-Félicien et l'église de Saint-Fulgence, la firme Les Architectes associés, fondée à la fin des années 1960 à Chicoutimi, est connue dans tout le Saguenay–Lac-Saint-Jean pour son style innovateur, alliant l'avant-gardisme et le classicisme. Cette firme, qui regroupe plusieurs architectes autour de son fondateur, Claude Leblond, a offert dernièrement son fonds d'archives (P101) au Centre d'archives du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce fonds contient des documents sur plus de 1000 projets d'architecture, tant institutionnels qu'urbains, tels que la bibliothèque de Chicoutimi, les hôpitaux de La Baie et de Chicoutimi, des centres commerciaux en Beauce, etc. Les plans, les dessins, les photographies, les dossiers de projets, la correspondance et les devis contenus dans ce fonds sont donc d'une grande richesse pour découvrir le patrimoine bâti du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Une acquisition majeure dans le domaine du livre d'artiste

BAnQ a acquis récemment un livre d'artiste exceptionnel, produit en exemplaire unique. Intitulé Mourir n'est que cesser d'aimer, il est entièrement formé de textes composés et calligraphiés par Jacques-Bernard Roumanes et de peintures originales de Peter Krausz. Cette œuvre a exigé trois années de travail et a été acquise directement de ses créateurs.

En plus de son travail comme artiste peintre, Jacques-Bernard Roumanes est reconnu sur le plan littéraire, à la fois pour son écriture et pour la création, en 1993, des Éditions d'art de l'homme du monde. À ce jour, il a réalisé plus de 40 livres d'artistes, dont deux livres monumentaux, Byblos et L'enfant peintre, qui ont été exposés au Salon du livre de Montréal en 1994 et en 1997. L'artiste possède le don d'agencer, dans un espace indivisible, écriture poétique et images inventées. L'écriture et la calligraphie de Jacques-Bernard Roumanes séduisent non seulement l'esprit mais aussi le regard.

Jacques-Bernard Roumanes a calligraphié ici 21 planches de textes inédits sur des fonds recouverts des mêmes pigments secs utilisés dans les peintures de Peter Krausz. Cette pigmentation entre en parfaite harmonie avec les illustrations qui les accompagnent. De plus, le texte est justifié, ce qui est rare en calligraphie.

La contribution de Peter Krausz consiste en 11 tableaux à la tempera, dont un collé sur le boîtier noir entoilé, et en un dessin au brou de noix exécuté au pinceau et à la plume. Pour la réalisation de ses œuvres, l'artiste utilise la technique de la fresque murale et s'inspire de ses souvenirs de famille et de son exil de Roumanie. Il s'imprègne aussi de l'atmosphère de ses voyages en Méditerranée, principalement en Italie. De retour à son atelier, l'artiste réorganise les lieux à sa guise et selon son imaginaire, en juxtaposant et en superposant dessins et clichés. Les plans et les angles de vues sont alors réinventés par l'artiste pour créer un espace nouveau qui donne une impression d'étrangeté. Chaque paysage est représenté par l'artiste comme un espace mystérieux qui nous invite à un rapprochement, à une visite de notre monde intérieur sur les thèmes de la mémoire, du temps et du destin.

Fait remarquable sur le plan matériel, les pages de Mourir n'est que cesser d'aimer ont été assemblées selon un pliage en accordéon qui permet de déployer l'œuvre en entier sur une longueur de 29 mètres. Cette première collaboration de Peter Krausz et de Jacques-Bernard Roumanes a donc été conçue pour être exposée dans toute sa splendeur.

« L'univers est plus vaste que la limite de notre regard »
– Pierre-Léon Tétreault

Né à Granby en 1947, Pierre-Léon Tétreault a fait un bref passage à l'École des beaux-arts de Montréal à la fin des années 1960, pour compléter par la suite sa formation aux techniques graphiques dans divers ateliers privés. L'artiste s'exprime d'abord au moyen d'une fi guration proche de la bande dessinée, souvent qualifi ée de psychédélique ou d'ésotérique. Puis, il s'attarde à l'abstraction basée sur l'écriture et le geste calligraphique. Ses dernières compositions, au pastel et au bois gravé, évoquent des représentations géométriques et symboliques riches en couleur et savamment disposées sur l'ensemble de la surface.

Artiste humaniste et ouvert sur le monde, Pierre-Léon Tétreault a été influencé par le mouvement de la contre-culture et les divers courants d'avantgarde qui se sont succédé dans la seconde moitié du XXe siècle. Il s'est également montré sensible aux dimensions spirituelles des cultures orientales et du Tiers-Monde ainsi que des cultures inuite et amérindienne. Il a participé à une cinquantaine d'expositions individuelles et à près d'une centaine d'expositions collectives.

C'est donc une excellente nouvelle que BAnQ ajoute à sa collection 28 sérigraphies qui couvrent une riche période de la création de Pierre-Léon Tétreault, soit de la fin des années 1960 à la fin des années 1980. Tout l'éclectisme fertile de l'artiste est représenté dans ce lot unique, autant ses œuvres psychédéliques que celles dont l'inspiration provient des écritures et des jeux géométriques du Moyen-Orient. Le livre d'artistes intitulé Pâté chinois fait également partie de ce lot. Produit en 1983, ce livre est un projet collectif produit par des artistes québécois de la Galerie Michel Tétreault, dont Francine Beauvais, Lucienne Cornet, Tin-Yum Lau et Pierre-Léon Tétreault.

Jean-Paul Filion, créateur multiforme

BAnQ a aussi acquis, récemment, le fonds d'archives de l'auteur de la chanson La parenté, Jean-Paul Filion. Ce fonds d'archives de 1,5 mètre linéaire de documents se compose de nombreux textes de chansons et de partitions ainsi que de compositions inédites (La folle, La Pitro, Ce grand amour, etc.). On y trouve également des manuscrits et différentes versions annotées de romans et de recueils de poésie de l'auteur (Un homme en laisse, Les murs de Montréal, Saint-André-Avellin, Cap Tourmente, etc.), des textes inédits, des textes de pièces de théâtre et de téléthéâtres (La grande gigue, Une marche au soleil et La maison de Jean-Bel), des textes d'émissions de télévision (Tévec et Le grand duc), ainsi qu'un projet de scénario. De la correspondance échangée avec plusieurs personnalités des milieux artistique, littéraire et politique, dont Léon Bellefleur, Georges Dor, Félix Leclerc, Claude Morin, Jean-Guy Paquin et Jean Royer, complète l'ensemble documentaire.

Retour au menu


Les activités culturelles de BAnQ

Bibliothèque et archives nationales du Québec (BAnQ) constitue un lieu unique de notre mémoire collective. Par sa mission, l'institution rassemble tous les savoirs, dont la diffusion est assurée par les nombreuses actions qu'elle entreprend et poursuit. La programmation culturelle y joue un rôle essentiel en matière de démocratisation et de médiation culturelle. elle contribue au rayonnement institutionnel en offrant gratuitement à chaque saison des activités diversifiées mettant en valeur les collections de BAnQ (expositions, conférences, clubs d'écoute, etc.), en plus de participer à la promotion des arts, de la culture et des savoirs sous diverses formes. Pour le détail de la programmation, consultez le Calendrier des activités culturelles de BAnQ disponible sur support papier dans tous les édifices de l'institution et dans de nombreux lieux culturels ainsi qu'en version PDF sur le portail de BAnQ (banq.qc.ca). Pour tout renseignement · région de Montréal : 514 873-1100 · sans frais, d'ailleurs au Québec : 1 800 363-9028

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.