À rayons ouverts, no 85 (hiver 2011)

Table des matières

Mot du président-directeur général

50 ans de culture

par Guy Berthiaume
Président-directreur général

« Le gouvernement a l'intention de faire de la province de Québec le centre de rayonnement de la culture française en Amérique… Nous croyons que la création d'un ministère des Affaires culturelles est une nécessité vitale. » Ainsi s'exprimait Jean Lesage, en mars 1961, en présentant le projet de loi créant le ministère des Affaires culturelles. Comme le rappelait la ministre Christine St-Pierre au cours d'un entretien qu'elle m'a récemment accordé, « le besoin de protéger la langue française était un déclencheur important » de l'initiative de créer le nouveau ministère.

Ce lien entre la promotion de la culture et celle de la langue française, notre collègue archiviste Pierre Louis Lapointe en retrouve la trace dès les années 1950, alors qu'en 1954, la Commission royale d'enquête sur les problèmes constitutionnels (dite commission Tremblay) recommande simultanément la création d'un Office culturel du Québec, ainsi que d'un Office de la langue française. Ce lien infrangible explique sans doute que, 50 ans plus tard, le Québec reste aujourd'hui le seul gouvernement d'Amérique du Nord à être doté d'un ministère de la Culture.

Au cours de l'entrevue avec Mme St-Pierre, nous avons eu l'occasion de revenir sur le rêve d'une culture accessible, au cœur de la vie citoyenne, que la ministre est fière de porter en elle. C'est un rêve qui a été partagé par les 22 titulaires du ministère depuis Georges-Émile Lapalme (voir le tableau), comme en témoignent avec éloquence les textes qu'a colligés Michèle Lefebvre sous le thème Culture et gouvernement. C'est cette même vision qui est à la source de la création de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et de la Grande Bibliothèque, que Mme St-Pierre désigne comme la plus récente des grandes réalisations du ministère de la Culture, dans la foulée de l a c réation de Télé-Québec, du Musée d'art contemporain et du Musée de la civilisation. En se donnant pour mission d'offrir un accès démocratique à la culture et à la connaissance, BAnQ apporte une pierre – de taille – à l'édifice dont la construction s'est amorcée il y a 50 ans, dans le sillon de la Révolution dite tranquille que le dernier numéro d'À rayons ouverts (84) a célébrée avec faste.

Au moment même où nous fêtons la culture dans ce qu'elle a de plus officiel – et c'est bien là le rôle de BAnQ, l'institution dont on a dit qu'elle est la « mémoire du Québec » –, nous avons tenu à faire également un clin d'œil au mouvement de la contre-culture qui a connu son apogée au cours des années 1967, 1968 et 1969. Pendant toute une année (du 8 février 2011 au 29 janvier 2012), la Collection nationale de la Grande Bibliothèque accueillera une exposition qui célébrera L'Osstidcho, Mainmise et autres Manseau, grâce au travail de la commissaire Mariloue Sainte-Marie, de la Direction de la recherche et de l'édition de BAnQ. La culture est un formidable moteur de progrès et passer sous silence ses aspects les plus progressistes et contestataires ne rendrait pas justice à la nature de la culture, si le jeu de mots facile m'est permis.

Je veux, en terminant, souligner un anniversaire majeur dans la vie de notre institution. Le 31 janvier 2011, nous avons célébré le cinquième anniversaire de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, puisque c'est à cette date, en 2006, que les Archives nationales ont été réunies avec la nouvelle Bibliothèque nationale du Québec. Notre collègue Carol Couture, le conservateur et directeur général des archives, dresse un bilan aussi sobre qu'éloquent de ces cinq dernières années, bilan qui ne peut que mener à la conclusion que la nouvelle institution répond très exactement aux exigences du XXIe siècle. Que ce soit en soulignant le cinquième anniversaire de BAnQ ou le 50e du ministère de la Culture, le numéro 85 d'À rayons ouverts témoigne avec brio de la vitalité de notre culture et des institutions qui la façonnent.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.