À rayons ouverts, no 85 (hiver 2011)

Table des matières

Dossier : Les 50 ans du ministère de la Culture


50 ans de publications au ministère de la Culture

par Philippe Legault, bibliothécaire, et Claire Séguin, chef de la Collection nationale
Direction de la Collection nationale et des services spécialisés

Pratiquement tous les champs de compétence et toutes les disciplines relevant du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine ont fait l'objet de publications, au gré des débats de l'heure et des stratégies politiques. Ces sources d'information cruciales servent autant à établir des constats qu'à étayer des programmes de subventions ou à prendre des décisions.

En parcourant ces publications, le citoyen curieux, tout comme l'étudiant et le chercheur averti, prend connaissance des interventions et des orientations de l'État concernant la culture, la langue et, depuis 2007, la condition féminine, ce qui lui permet de mieux les situer dans la dynamique sociale, politique et économique du Québec.

Quelles lois, quelles orientations ministérielles ont modelé le paysage culturel québécois depuis 50 ans? Quelles ont été les études et les commissions parlementaires marquantes? Comment ont évolué les budgets accordés à la culture? Quelles mesures ont été prises par l'État pour préserver le patrimoine architectural, pour soutenir la création, pour favoriser le rayonnement international, pour protéger la langue française, pour atteindre des publics spécifiques?

Voilà quelques questions qui trouvent réponse dans l'une ou l'autre des quelque 3000 publications offi cielles émanant du ministère ou des organismes et sociétés d'État sous sa responsabilité.

Des statistiques et des rapports annuels féconds

Du tout premier rapport annuel du ministère des Affaires culturelles signé par Georges-Émile Lapalme, jusqu'au plus récent déposé par Christine St-Pierre, on peut suivre l'évolution des structures administratives et des débats, relever les faits saillants, confronter les plans stratégiques. En 1961, la création de l'Office de la langue française et d'un conseil provincial des arts figurait au tableau d'honneur: en 2009, on soulignait une année exceptionnelle sur le plan international.

Qu'il s'agisse de l'État des lieux du livre et des bibliothèques (Allaire, 2004), des statistiques de l'édition au Québec ou encore des données de l'Observatoire de la culture et des communications du Québec, on y découvre des statistiques utiles et diversifiées sur les arts visuels et les métiers d'art, le cinéma, la radiodiffusion, le disque et les arts de la scène, le livre, la littérature et les bibliothèques, le multimédia, le patrimoine et les musées, etc.

Entre livres blancs ouverts, études et lois

Afin d'instaurer des mesures de redressement, d'assurer le meilleur rayonnement possible d'un secteur ou de proposer un plan d'action, à l'instar des autres ministères, celui de la Culture met des commissions d'enquête sur pied, commande des études, mandate des comités de consultation. Leurs travaux sont exposés dans un rapport, dans un livre vert qui lance la réfl exion sur un sujet, dans un livre blanc qui propose des pistes d'action. À titre d'exemple, mentionnons La politique québécoise du développement culturel (Laurin, 1978). D'autres rapports se penchent sur le livre et la lecture, tels le Rapport de consultation relatif au livre vert du ministre L'Allier, « Pour l'évolution de la politique culturelle » (L'Allier, 1977) et Le temps de lire, un art de vivre – Politique de la lecture et du livre (Beaudoin, 2000). Signalons aussi des études diverses dans le domaine de la culture produites par des fi rmes privées à la demande du ministère.

Ces travaux brossent un état des lieux, colligent des données, comparent les pratiques québécoises avec celles d'autres pays : ils rendent compte de la contribution tant des analystes du ministère que des experts et acteurs du milieu. À partir de ce foisonnement d'idées et d'opinions naissent des projets d'envergure comme la Place des Arts, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, l'Adresse symphonique: se déclinent des positionnements de société comme la reconnaissance du statut de l'artiste1 ou la valorisation de la diversité culturelle2 : se précisent des énoncés politiques influents tels la Loi du ministère des Affaires culturelles, la Loi sur le Conseil des arts et des lettres du Québec, la Charte de la langue française.

Les différents secteurs d'intervention du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine sont encadrés par des lois et règlements qui, au fil du temps, ont été modifiés, enrichis, abrogés. La toute première loi créant en 1961 le ministère des Affaires culturelles tout comme le récent projet de loi sur le patrimoine culturel se trouvent sur les rayons physiques ou virtuels de BAnQ.

Et encore…

Revues et collections thématiques s'ajoutent au corpus documentaire du ministère. Pensons notamment à Québec : Canada français d'aujourd'hui, publié par la Délégation générale du Québec à Paris de 1964 à 1971, témoin du renouveau des liens France-Québec, ou encore à Culture vivante (1966-1973), qui « inventorie toutes les forces vives de la vie culturelle du Québec », et à La Petite Quinzaine, Intermac et Coup d'oeil, des revues internes du ministère. Les prix du Québec (1977-2000) recensent les lauréats des différents prix littéraires et artistiques : les collections Civilisation du Québec, Patrimoines et Les carnets du patrimoine visent pour leur part à faire connaître les monuments, les biens et les sites reconnus en vertu de la Loi sur les biens culturels.

Des ressources variées et étonnantes

Tous ces imprimés du ministère et des organismes et sociétés d'État qui relèvent de sa responsabilité font partie du vaste ensemble de plus de 160 000 publications gouvernementales mises à la disposition des citoyens pour consultation sur place dans la salle de lecture de la Collection nationale ou, en partie, à distance, grâce à l'outil de recherche Publications gouvernementales en ligne, sur le portail Web de BAnQ.

Les publications dites officielles s'avèrent étonnantes par l'éclectisme des sujets traités et les angles d'approche. Certains de ces sujets peu ou différemment abordés par le marché de l'édition commerciale offrent de multiples pistes d'analyse et de réflexion et donnent le pouls sur différents enjeux importants pour la société québécoise.

1. Loi sur le statut professionnel et les conditions d'engagement des artistes de la scène, du disque et du cinéma (1987) et Loi sur le statut professionnel des artistes des arts visuels, des métiers d'art et de la littérature et sur leurs contrats avec les diffuseurs (1988).

2. Décret 1027-2008, du 22 octobre 2008, concernant la politique gouvernementale « La diversité pour enrichir le Québec »

1983

Dans Clément Richard, Des actions culturelles pour aujourd'hui – Programme d'action du ministère des Affaires culturelles, Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1983

Accessibilité à la culture

Le premier aspect de la réorientation de l'action culturelle concerne l'accessibilité à la culture.
Il ne suffit pas de multiplier les lieux de diffusion et d'étendre les réseaux sur le territoire pour que tous puissent avoir accès aux biens culturels. La véritable accessibilité à la culture passe par une initiation à l'art, un intérêt croissant pour les valeurs culturelles

Démocratie culturelle

La démocratie culturelle, second aspect de la réorientation envisagée, repose sur la liberté des groupes et des collectivités qui doivent effectuer eux-mêmes leurs choix culturels et les réaliser à leur façon. Elle est caractérisée par une reconnaissance de la diversité des expressions artistiques, des particularités régionales et des cultures ethniques et minoritaires […].

La dimension culturelle dans le développement de la société

Le troisième aspect de l'action culturelle consiste à donner une dimension culturelle au développement. il revient au ministère des affaires culturelles de convaincre les différents agents économiques, sociaux et politiques de l'importance de la dimension culturelle dans le développement. de leur côté, les acteurs culturels devront y prendre une part active. un lien plus étroit est à rechercher entre la culture et les autres secteurs, tels que les communications, l'éducation, les loisirs, l'environnement, l'économie… (p. 14-15).

Les publications du gouvernement du Québec à la disposition de tous, partout

par Carole Gagné, bibliothécaire
Direction des acquisitions de la collection patrimoniale

Depuis 1968, les ministères et organismes gouvernementaux effectuent le dépôt légal de leurs publications imprimées. Le dépôt légal, rappelons-le, est une obligation en vertu de laquelle les éditeurs doivent envoyer à Bibliothèque et archives nationales du Québec (BAnQ) deux exemplaires des documents qu'ils publient dans les sept jours suivant la date de leur parution. depuis maintenant plus de 10 ans, les organismes gouvernementaux diffusent également leurs publications en format numérique. en continuité avec les objectifs du dépôt légal des imprimés, qui vise à rassembler les publications pour les conserver et pour permettre à la population d'y avoir accès, BAnQ acquiert depuis 2001 les monographies, publications en série et cartes géographiques diffusées sur internet par le gouvernement du Québec. À ce jour, plus de 20 000 titres de publications gouvernementales en ligne ont ainsi été reçus par BAnQ en provenance de plus de 150 organismes gouvernementaux, dont le ministère de la culture, des communications et de la condition féminine.

Pour bientôt : publications en ligne du Québec

Een 2006, afi n de mettre en valeur ces publications, BAnQ a mis en ligne l'outil de recherche Publications gouvernementales du Québec en ligne (pgq.banq.qc.ca). outre la recherche classique par titre, par auteur ou par sujet, cette interface permet d'effectuer des recherches dans le texte intégral des 50 000 fichiers en format PDF qu'elle regroupe. Il est également possible d'explorer les publications gouvernementales en ligne en consultant les rubriques du cadre de classement des publications gouvernementales du Québec, qui permet de regrouper les documents en fonction de l'organisme les ayant publiés. en plus des publications gouvernementales, BAnQ acquiert par dépôt volontaire des publications en ligne provenant d'organismes parapublics ou d'éditeurs privés. BAnQ conçoit actuellement un nouvel outil de recherche, Publications en ligne du Québec, qui permettra de regrouper en un même endroit toutes les publications en ligne reçues depuis 2005.

Retour au menu


Les affiches du ministère, émissaires de la culture

par Danielle Léger, bibliothécaire spécialiste de collections
Direction de la recherche et de l'édition

Sèches et ennuyeuses, les affiches officielles? Dans la Collection patrimoniale de BAnQ, une quarantaine d'images emblématiques du ministère de la Culture du Québec, créées pour établir l'image de marque du ministère – mais surtout pour « mousser » celle de la culture –, retiennent le regard1.

Culture vivante

La plus ancienne de ces affiches est une sérigraphie sur c arton de 1966 intitulée Culture vivante. Elle est signée Pierre Cornellier, artiste québécois méconnu, né en 19432. Entre figuration et abstraction, elle exhibe un choix de couleurs que ne désavoueraient point maints créateurs graphiques actuels. Une énigmatique figure d'un vert vibrant, mi-fleur, mi-oiseau, s'y découpe sur fond orange pour promouvoir la revue culturelle lancée par le deuxième titulaire du ministère, Pierre Laporte. Entre 1966 et 1973, la revue Culture vivante connaîtra 28 parutions et s'avérera un important véhicule de diffusion de la culture québécoise. Des photographies réalisées par Gabor Szilasi documentent le lancement, en 1966, du numéro inaugural de cette revue ministérielle. On y aperçoit un exemplaire de l'affiche, fixé au comptoir de service de la salle de lecture de la Bibliothèque Saint-Sulpice. Passée sous la responsabilité des Affaires culturelles dès la création de ce ministère, bientôt transmuée en bibliothèque nationale, la Bibliothèque Saint-Sulpice est un lieu phare de la diffusion culturelle réalisée ou soutenue par le ministère dès les années 1960.

Dans la trajectoire d'Expo 67

Anonyme, dotée d'une solide cohérence graphique et de juxtapositions chromatiques singulières, une série d'affiches sérigraphiées pourrait être contemporaine d'Expo 67, sinon produite dans son sillage immédiat. Propulsées par une énergie sans doute puisée dans la formidable poussée de la Révolution tranquille, sept affiches de la collection de BAnQ déclinent les champs culturels soutenus par le ministère à compter de 1967, année qui verra la création des directions générales de la musique, du théâtre et du cinéma. Les autres affiches de la série symbolisent les champs de la poésie et de la littérature, la civilisation du Québec et les expositions. On y reconnaît les caractères typographiques bas de casse Optima, alors synonymes d'avant-garde en design graphique, retenus par Julien Hébert pour le logo de l'Expo.

Une huitième affiche, véritable « affiche-index », juxtapose la plupart des symboles des affiches de la série détenues par BAnQ, en plus d'une palette de peintre qui représente les arts visuels : l'affiche correspondante – si elle existe! – ne figure pas encore dans la Collection patrimoniale3. Ces symboles ponctueront par ailleurs la chronique des informations culturelles de la revue Culture vivante à compter du n° 15 (août 1969). La figure du coq, insigne de la « civilisation du Québec », sera également mise à contribution comme marqueur visuel pour une collection de publications du même nom, qui verra le jour en 1971.

Un bateau-théâtre

L'inscription au crayon feutre apposée sur le bandeau inférieur d'un des exemplaires de l'affiche-symbole pour le cinéma annonce la projection du film Un pays sans bon sens! (1970) de Pierre Perrault. L'événement a lieu à L'Escale, autre l ieu phare – et par surcroît nomade – de diffusion. Acheté par le ministère en 1967, le traversier qui faisait la navette entre Sorel et Berthier a été recyclé en bateau-théâtre pour sillonner le fleuve Saint- Laurent, diffusant la culture dans les villes et les villages portuaires, avant d'être vendu en 1973. La composition audacieuse de l'affiche sérigraphiée Rencontre Animation Théâtre témoigne d'une création collective organisée par le secteur du ministère voué à l'animation culturelle à compter de 1969. Françoise Berd, Michèle Rossignol et Michel Garneau monteront en 10 jours cette création théâtrale destinée à tourner dans toutes les régions du Québec. Ainsi, à Asbestos, les animateurs « ont travaillé avec un groupe de 50 à 80 jeunes travailleurs et jeunes chômeurs4 ».

De 1970 à aujourd'hui

Les décennies suivantes seront à leur tour ponctuées par la parution d'affi ches emblématiques. Les turbulentes années 1970 ont suscité un organigramme sérigraphié inattendu qui confère au ministère une ramure bien garnie. L'affiche a été dessinée par Couthuran, le prolifi que collectif de Québec, qui a aussi signé la couverture de la 13e parution de Culture vivante, en mai 1969.

Pour les années 1980, relevons l'affiche figurative illustrée par Michèle Lemieux pour l'événement J'ai la mémoire en fête. Notons aussi l'affi che des prix du Québec en 1980, remarquable portrait de groupe en noir et blanc réalisé par le photographe Michel Pilon où posent fièrement les lauréats François-Albert Angers, Gérard Bessette, Ludmilla Chiriaeff, Claude Fortier, Arthur Lamothe et Guido Molinari.

Les cuvées 1990 et 2000 se signalent non seulement par des productions éditées en tandem avec le ministère de l'Éducation, mais aussi par une diminution sensible du nombre d'affiches produites. À quel a venir sera vouée l'affiche investie d'une mission culturelle, envoyée en émissaire auprès des citoyens, conjuguant la culture à tous les temps pour dire ce qu'elle a été, ce qu'elle est, ce qu'elle est appelée à devenir?


1. Merci à Marc Choko, professeur à l'École de design de l'UQAM, à mon collègue Jean-René Lassonde et à mon ex-collègue Michel Brisebois, qui m'ont fourni de précieuses pistes pour l'interprétation des affiches et des événements.

2. Le catalogue Iris recense d'autres productions de Pierre Cornellier, réalisées dans les années 1960 et 1970 : une série de 10 cartes postales éditées par Claude Haeffely, l'affiche du deuxième spectacle de la série Poèmes et chants de la résistance, deux affiches du Théâtre de Quat'Sous, une collaboration visuelle à Calorifère, « poème mobile » de Claude Péloquin, etc.

3. Un appel est ici lancé à toute personne qui pourrait nous aider à compléter l'ensemble. Toute piste nous permettant de dater plus précisément ou d'établir l'identité du créateur de cette série anonyme sera chaleureusement accueillie.

4. Culture vivante, n° 20, mars 1971, p. 23-24, 26.

 

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.