À rayons ouverts, no 79 (printemps 2009)

Table des matières

Dossier : Son et image (Deuxième partie)


Voir et revoir : brèves chronologies

Les deux chronologies qui suivent retracent quelques-uns des jalons de l'histoire de l'image qui ont eu un impact significatif au Québec. Elles ne se veulent pas exhaustives mais proposent plutôt un parcours de l'évolution de la création et de la transmission de l'image depuis son invention.

Évolution des supports photographiques et cinématographiques

1816
Premières expériences de Nicéphore Niépce sur la reproduction des images.
1826
Première épreuve photographique de Niépce.
1837
Jacques Daguerre met au point le procédé à iodure d'argent sur verre : le daguerréotype.
1840
AlexanderWolcott reçoit le premier brevet pour un appareil photo.
1841
William Henry Fox Talbot met au point le procédé négatif-positif (calopyte ou talbotype),
grâce auquel on peut tirer des épreuves positives à partir d'un négatif.
1847
Premier négatif sur verre par Abel Niépce de Saint-Victor.
1853
Adolphe Alexandre Martin met au point le ferrotype, procédé qui utilise comme support
une plaque de fer photosensible.
1858
Premières photos aériennes en ballon par Nadar (Félix Tournachon).
1859
L'appareil photo panoramique de Thomas Sutton est breveté. Il réalise en 1861, sous
la direction de James ClerkMaxwell, une première photo couleur, celle d'un morceau de tartan.
1862
René-Prudent Dagron invente la photo microscopique.
1878
Eadweard Muybridge (Edward James Muggeridge) invente la chronophotographie,
une fine décomposition photographique du mouvement qui préfigure le cinématographe.
1880
Première reproduction d'une photo dans la presse au moyen de points tramés (halftone)
dans The Daily Graphic de New York.
1888
George Eastman lance un premier appareil photographique sous le nom de Kodak.
1889
George Eastman commercialise le rouleau de pellicule en celluloïd.
1892
Thomas A. Edison réalise le kinétoscope avec film à déroulement continu.
1893
Premières photographies sous-marines par Louis Boutan.
1900
Premier appareil grand public commercialisé par Kodak.
1916
Premières expériences pour l'obtention d'un négatif couleur par la société allemande Agfa.
1923
Lancement du format 16 mm par Kodak.
1925
La compagnie allemande Leitz Camera commercialise l'appareil photo Leica.
1928
Production du 16 mm couleur par Kodak.
1929
Introduction du 35 mm destiné à la réalisation de films parlants.
1931
Invention du premier flash électronique par Harold Edgerton.
1932
Kodak lance le format 8 mm pour les films amateurs.
1932
Sortie du procédé Technicolor trichrome qui s'impose au cinéma.
1937
Premier appareil photo reflex à lentille unique.
1947
Apparition aux États-Unis des kinescope recordings qui permettent l'enregistrement
sur film 16 mm des émissions de télévision en direct.
1948
Edwin Land met au point le développement instantané Polaroïd; d'abord en sépia,
les épreuves seront en couleur à partir de 1963.
1948
Le Japon lance l'appareil Nikon 35 mm.
1949
Sortie en France de l'objectif Pan Cinor, mieux connu sous le nom de zoom.
1950
La fabrication de la pellicule en nitrate, extrêmement inflammable, est abandonnée.
1956
Ampex lance sur le marché un premier magnétoscope noir et blanc utilisant
des bandes vidéo de 2 po.
1965
Kodak commercialise le film Super 8.
1968
Premier appareil photo reflex à contrôle automatique de l'exposition par mesure de la lumière.
1969
Sony met au point la vidéocassette U-Matic (ruban de ¾ po).
1970
Première projection IMAX à l'Exposition universelle d'Osaka. Cette technologie canadienne
tire son origine du succès de projections sur multi-écrans faites trois ans plus tôt lors
d'Expo 67 à Montréal.
1975
Sony met sur le marché la vidéocassette de format Betamax (rubans de ½ po),
alors que l'année suivante, JVC lance le format VHS. Ce dernier s'imposera.
1978
Konica lance le premier appareil photo compact autofocus.
1980
Premiers vidéodisques ou Laserdiscs, ancêtres du DVD mais de la taille d'un microsillon.
1982
Sony et Thomson mettent au point le caméscope Betacam.
1985
Premières caméras compactes à magnétoscope intégré.
1986
Sony introduit le premier format numérique, le D1.
1988
Premier appareil photo numérique.
1995
Philips lance le DVD.
2006
Le HD DVD et le Blu-ray Disc sont respectivement commercialisés par Toshiba et par Sony.

Cette chronologie est une version modifiée et révisée d'un tableau produit par les Archives nationales du Québec, Évolution des supports audiovisuels et photographiques.


Histoire du cinéma et de la télévision

1895
Première projection publique sur écran par les frères Louis et Alphonse Lumière à Paris;
une première projection au Canada aura lieu à Montréal en 1896.
1897
Georges Méliès construit le premier studio de cinéma à Montreuil près de Paris.
1906
Ouverture de la première salle de cinéma à Montréal, le Ouimetoscope de Léo-Ernest Ouimet.
1911
Adoption à Québec de la première loi touchant le cinéma, la Loi concernant l'exhibition
des vues animées
.
1912
Création du Bureau de censure des vues animées par le gouvernement du Québec,
l'ancêtre de la Régie du cinéma du Québec.
1922
Premier long métrage de fiction québécois, Madeleine de Verchères, du photographe
montréalais Joseph-Arthur Homier.
1923
Le Canadian Government Motion Picture Bureau est établi à Ottawa.
1924
Le Televisor de John Logie Baird, breveté un an plus tôt, rend une première image télévisée
aisément reconnaissable : une croix de Malte.
1927
À la suite de l'incendie du Laurier Palace à Montréal dans lequel périssent 78 enfants,
une commission d'enquête amène le gouvernement Taschereau à légiférer sur la sécurité
et l'accessibilité des cinémas. Les enfants de moins de 16 ans n'y auront pas accès pendant
près de 40 ans.
1929
Première remise des Academy Awards (Oscars) qui, aux États-Unis,
couronnent la production cinématographique.
1929
John Logie Baird ouvre le premier studio de télévision au monde, à Londres.
1933
Ouverture du premier ciné-parc à Camden, au New Jersey.
1937
Sortie du premier long métrage documentaire sonore au Québec, En pays neufs,
de l'abbé Maurice Proulx.
1939
Création de la National Film Commission bientôt rebaptisée Office national du film du Canada.
1941
Le gouvernement du Québec crée son Service de ciné-photographie, qui sera connu sous
le nom d'Office du film du Québec entre 1963 et 1976 avant de disparaître en 1983.
1943
Premier long métrage de fiction sonore québécois, À la croisée des chemins,
du père Jean-Marie Poitevin.
1946
Naissance du Festival de Cannes.
1949
La Jeunesse étudiante catholique (JEC) fédère les ciné-clubs étudiants au Québec.
Elle fondera la revue d'éducation et de critique cinématographique Découpages en 1950.
1952
Alfred Hitchcock entreprend le tournage du film I Confess (La loi du silence) à Québec.
1952
Inauguration de la télévision de Radio-Canada dont la première station à Montréal porte
l'indicatif CBFT. D'abord bilingue, ce poste devient exclusivement français en 1954
avec l'ouverture de la station anglaise CBMT.
1955
La revue Séquences est lancée par le Centre catholique du cinéma de Montréal.
1956
Première transmission d'une émission préenregistrée.
1958
Début du cinéma direct avec le documentaire Les raquetteurs de Michel Brault
et Gilles Groulx (ONF).
1958
Parachèvement du réseau hertzien transcanadien.
1960
Premier Festival international du film de Montréal.
1961
Inauguration de la station anglophone CFCF-TV à Montréal, aujourd'hui connue
en tant que CTV Montreal.
1961
Inauguration de Télé-Métropole à Montréal, maintenant connue sous le nom de TVA.
1963
Fondation par Guy L. Côté de Connaissance du cinéma, qui devient la Cinémathèque
québécoise en 1971.
1966
Lancement de la télévision en couleur au Canada.
1968
Annonce de la création de Radio-Québec, qui prend le nom de Télé-Québec en 1996.
1968
Création du Conseil de la radiotélévision canadienne (CRTC) en charge de la réglementation
et des permis de diffusion.
1970
Ouverture à Boucherville du premier ciné-parc au Québec.
1972
Lancement du satellite canadien Anik I, premier satellite national de communications
commerciales en orbite géostationnaire au monde. Il peut relayer simultanément
12 émissions de télévision.
1977
Mise en marché des premiers films de cinéma sur vidéocassettes.
1978
Première émission de télévision sous-titrée pour les malentendants.
1982
Frédéric Back remporte l'Oscar du meilleur film d'animation avec Crac;
il répétera l'exploit en 1988 avec L'homme qui plantait des arbres.
1984
Lancement des premières chaînes spécialisées de télévision payante.
1986
Inauguration du réseau de Télévision Quatre-Saisons (TQS).
1986
Le déclin de l'empire américain de Denys Arcand est primé au Festival de Cannes.
1999
Premier gala des prix Jutra qui distinguent chaque année les meilleures productions
cinématographiques québécoises.
2003
Denys Arcand remporte la Palme du meilleur scénario au Festival de Cannes avec
Les invasions barbares; l'année suivante, il reçoit l'Oscar du meilleur film en langue étrangère
et le César du meilleur film français.

Cette chronologie réalisée par Martin Lavoie, archiviste au Centre d’archives de Québec, est une version modifiée et révisée d’un tableau produit par les Archives nationales du Québec, Histoire de la radio, de la télévision et du cinéma.

Retour au menu


Films et émissions de télévision québécois : petit bilan d'un dépôt légal encore tout nouveau

par Mireille Laforce, coordonnatrice de la Section du dépôt légal,
Direction des acquisitions de la collection patrimoniale

La production de films et d'émissions de télévision au Québec est loin d'être récente. Depuis sa création en 1963, la Cinémathèque québécoise reçoit en don ou par dépôt volontaire les films québécois et leurs documents afférents.Cela a permis de préserver une part du patrimoine audiovisuel québécois, mais la collection rassemblée est incomplète et les documents reçus ne sont pas toujours dans l'état physique nécessaire pour les conserver de façon permanente.

L'année 2006 amarqué l'entrée en vigueur du dépôt légal sur les films. Cette obligation permet enfin d'assurer la conservation d'une copie neuve de toute production filmique québécoise ayant reçu un financement de l'État. Les émissions de télévision sont aussi touchées par cette exigence,mais dans ce cas, les épisodes font l'objet d'un échantillonnage. Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) est responsable de l'application du dépôt légal, mais l'institution a confié un mandat spécifique à la Cinémathèque québécoise, soit celui de recevoir,de traiter et de conserver les films et les émissions1.

Portrait de trois années de dépôt légal

Les films et émissions de télévision reçus en dépôt légal au cours des trois années écoulées depuis 2006 sont regroupés en deux grandes catégories : lesœuvres dites uniques et lesœuvres à épisodes multiples2.

La première catégorie regroupe les films diffusés en salle ainsi que les documentaires, dont plusieurs ont été produits pour la télévision, par exemple Les adieux de Céline Dion à Las Vegas en 2007 ou encore Têtes à claques : une histoire unbelievable en 2008. Cette catégorie comprend aussi les émissions de variétés telles Symphonie éclatée – Bienvenue Maestro! en 2006 ou les Bye Bye de RBO en 2006 et 2007. Durant les trois premières années de dépôt légal, BAnQ a reçu 435 œuvres uniques.

Dans la catégorie des œuvres à épisodes multiples, on trouve en grande majorité des émissions de télévision de tout genre. À noter qu'un titre peut être comptabilisé plusieurs fois puisque pour la télévision, un titre correspond à une saison. Par exemple, l'émission de variétés hebdomadaire Le match des étoiles est calculée deux fois puisque les saisons 2006-2007 et 2007-2008 ont toutes deux été reçues. Parmi les œuvres à épisodes multiples, ce sont les magazines hebdomadaires qui sont les plus nombreux. Ceux-ci regroupent, outre lesmagazines à proprement parler, les émissions culturelles, culinaires, les émissions d'interviews et les émissions de services. Au total, 419 œuvres à épisodes multiples ont été reçues en dépôt légal depuis 2006.

Des supports variés

Les œuvres sont reçues sur différents supports, tel que le démontre le tableau 2. Dans le cadre du dépôt légal, le producteur a l'obligation de fournir le document sur le support assurant la meilleure qualité de diffusion. En ce qui concerne les films diffusés en salle, le format 35 mm est le plus populaire. Quant aux producteurs d'œuvres télévisuelles, ils fabriquent celles-ci selon les formats exigés par les télédiffuseurs, soit majoritairement le Betacam numérique ou le DVCPro. L'utilisation du format HD devrait augmenter de façon très marquée au cours des prochaines années. Au total, 4718 éléments physiques ont été reçus en dépôt légal. Une série télévisée peut compter plusieurs éléments physiques. Par exemple, la bien connue fiction quotidienne Virginie représente à elle seule, pour les trois années qui nous intéressent, 89 éléments.

Les titres reçus dans le cadre du dépôt légal peuvent être repérés à l'aide de l'outil La Cinémathèque en ligne : ses collections, disponible sur le site Internet de la Cinémathèque québécoise (www.cinematheque.qc.ca). Les documents reçus étant destinés à la conservation, la consultation d'une reproduction est soumise à plusieurs conditions.


1. Pour davantage d'information, voir « Le dépôt légal des films et des émissions de télévision » paru dans À rayons ouverts, no 66, hiver 2006.

2. Un portrait annuel est dessiné depuis 2007 dans les Statistiques sur l'industrie du film et de la production télévisuelle indépendante publiées par l'Observatoire de la culture et des communications du Québec.

Tableau 1

Œuvres uniquesTitres reçus 2006-2008
Fiction
98
Documentaire
228
Variétés
100
Autre catégorie
9
Total partiel
435
Œuvres à épisodes multiplesTitres reçus 2006-2008
Fiction hebdomadaire
97
Fiction quotidienne
15
Documentaire
95
Magazine hebdomadaire
144
Magazine quotidien
9
Émission de variétés hebdomadaire
38
Émission de variétés quotidienne
1
Émission à contenu éducatif
3
Autre production
17
Total partiel
419
Total
854

Tableau 2

Format Éléments physiques
2006-2008
Betacam numérique
1 966
Betacam SP
810
35 mm
379
16 mm
3
Mini DV
22
DVCPro
1 153
HD
305
Autre
80
Total
4 718

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.