À rayons ouverts, no 75 (printemps 2008)

Table des matières

Éditorial

La petite histoire fait la grande

par Lise Bissonnette
Présidente-directrice générale

Les épousées sont en blanc, leurs consorts en noir de soirée, ils sont désormais du passé les ternes mariages en costume de ville des années de la Grande Dépression. Mais sur la superbe photo qui ouvre en page suivante notre dossier Généalogie et histoire de famille, les sourires sont pourtant absents. La cérémonie nuptiale collective de 1939 préfigure celles qui se multiplieront, à partir de l'année suivante, pour unir des centaines de jeunes gens à la hâte, sur le motif d'une guerre lointaine qui va engager le Canada et dont on estime qu'elle épargnera les hommes mariés. La gravité de l'image relie ainsi la petite et la grande histoire, donne visage à l'une et à l'autre. Comme le fait le travail généalogique depuis plus d'un siècle.

Si le Québec compte tant de passionnés de généalogie – la clientèle la plus nombreuse des centres d'archives de Bibliothèque et Archives nationales du Québec –, ce n'est pas uniquement parce que les descendants directs des émigrés français du XVIIe siècle cherchent à retraverser l'océan pour se donner des racines longues dans les infinies lignées européennes. Certes, ces retrouvailles ont été au cœur de l'amitié France-Québec au cours des dernières décennies, et leur apport est encore trop méconnu. Mais pour beaucoup, ces recherches sont aussi une façon de reconquérir une histoire qui leur a été peu ou mal enseignée, en maîtrisant d'abord celle de leur famille. Quiconque a dessiné ou parcouru un arbre généalogique en arrive vite à imaginer des vies antérieures, leur environnement, leur époque, leur rapport aux événements qui marquaient un village ou une planète. La petite histoire est ainsi devenue une porte d'entrée, accessible à tous, dans la grande qu'elle a ancrée dans la réalité.

Les nouveaux instruments de recherche généalogique, exposés dans ce dossier, enlèvent maintenant à la généalogie traditionnelle un peu de son mystère; le parcours est moins ardu, les surprises moins fréquentes. On aurait pu croire que la discipline allait s'empoussiérer, mais voilà qu'abondent de nouvelles difficultés qui promettent d'en rendre l'exercice aussi passionnant demain qu'aujourd'hui. Les familles reconstituées, l'immigration, la reproduction assistée annoncent la fin des « arbres » aux ramifications à peu près ordonnées. Des géniteurs sont à nouveau inconnus et introuvables, d'autres sont dispersés dans tous les coins du monde, les recompositions familiales deviennent quasiment inextricables. Le Québec d'aujourd'hui, champion des unions non traditionnelles ainsi que des naissances hors mariage, et terre d'accueil de communautés venues de tous horizons, se présente à nouveau comme un lieu par excellence de développement de la science généalogique et se donnera les moyens d'y exceller.

Sa petite histoire mérite toute l'attention, car elle va encore accompagner et nourrir la grande, dans un contexte radicalement transformé. Bibliothèque et Archives nationales du Québec mettra tout en œuvre pour que ses services, notamment son outillage de pointe en technologies de l'information, soutiennent ceux qui, patients et curieux, voudront encore suivre à la trace des filiations classiques ou inédites qui révéleront la trame de nos sociétés, au microscope. Dans un demi-siècle, laquelle parmi nos millions de photos d'archives rendra compte de ce tournant? Bibliothèque et Archives nationales du Québec, nous en sommes convaincus, sera toujours là pour la proposer.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.