À rayons ouverts, no 75 (printemps 2008)

Table des matières

Dossier : Généalogie et histoire de famille


 

Entretien avec Fernand Harvey1 : la généalogie, une balise dans la modernité?

par Carole Payen
directrice de cabinet de la présidente-directrice générale et conseillère aux affaires internationales

Comment et pourquoi la généalogie est-elle née?

On pourrait affirmer que la généalogie est aussi vieille que le monde. L'anthropologie classique a bien montré l'importance du lignage et des systèmes de parenté dans les sociétés archaïques. Ces liens familiaux se sont développés dans le cadre de clans. Les membres de ces clans étaient liés entre eux par des règles d'exogamie, qui empêchaient les individus de se marier à l'intérieur du clan. De plus, à défaut de pouvoir retracer leur généalogie exacte, ils se reconnaissaient un ancêtre commun d'origine plus ou moins mythique. Ces sociétés archaïques étaient organisées en fonction de filiations patrilinéaires ou matrilinéaires.

Si la généalogie a un lien historique avec le mythe et le sacré, elle en a aussi un avec le pouvoir politique. Lorsque des sociétés plus évoluées se sont donné un roi, entouré d'une classe de nobles, il fallait que cette élite justifie son pouvoir et puisse maintenir son ascendant sur l'ensemble de la population. Faire valoir les droits de sa lignée en remontant le fil des générations devenait alors une nécessité. C'est à ce moment que s'est développée la généalogie des puissants. Celle du peuple, alors plus ou moins illettré, n'avait pas d'importance.

On peut affirmer que la généalogie, telle qu'on la connaît de nos jours, intéresse toutes les classes de la société. Son développement au cours du XXe siècle résulte d'un double mouvement de démocratisation des systèmes politiques et de mise au point d'une méthodologie scientifique plus rigoureuse pour la recherche des ancêtres. À l'heure actuelle, l'important n'est pas d'avoir un ancêtre noble, riche ou célèbre, mais bien plutôt de pouvoir suivre le fil des générations le plus loin possible et inscrire sa famille dans la durée.

Vous avez établi une distinction dans l'histoire de la pratique généalogique entre « généalogie spontanée » et « généalogie savante2 ». Pourriez-vous nous parler de chacune de ces démarches et nous dire comment s'est effectué le passage de l'une à l'autre?

Ma réponse à cette question découle de ce que je viens de dire précédemment en rapport avec les origines de la généalogie. Ce que j'appelle « la généalogie spontanée » fait référence, dans la société traditionnelle, à la façon dont les individus et les familles élargies pouvaient retracer leurs ascendants en remontant à trois ou quatre générations en arrière, grâce à la tradition orale. Cette forme de généalogie était très courante dans le Québec rural de jadis.

Quant à la généalogie savante, elle s'est développée à partir de la fin du XIXe siècle, tant au Québec qu'en France et dans d'autres pays. Au lieu de chercher à faire l'apologie de grandes familles nobles ou bourgeoises avec des sources plus ou moins fiables, on a établi une méthodologie scientifique rigoureuse en se basant sur les sources de l'état civil. Au Québec, on peut considérer que Mgr Cyprien Tanguay a été le véritable pionnier de la généalogie moderne avec son Dictionnaire généalogique des familles canadiennes qu'il a publié en cinq tomes, entre 1871 et 1890. D'autres érudits ont suivi au début du XXe siècle. Puis, à partir des années 1960, on a vu se multiplier les instruments de recherche de tous genres concernant la plupart des régions et des localités du Québec.

Par ailleurs, le développement de la recherche universitaire en démographie, en histoire, en sociologie de la famille et en génétique a favorisé un rapprochement avec la généalogie.

Entre le XVIIe et le XIXe siècle, la généalogie a surtout été un moyen d'identification sociale au service des puissants. Cette réalité a-t-elle engendré des dérives dans la pratique de cette discipline?

Il est certain que dans la mesure où la généalogie a pu servir à faire l'apologie de la royauté, de la noblesse et de la grande bourgeoisie afin de justifier le statu quo social et politique, on a pu assister à certaines dérives. Il devenait tentant d'embellir sa lignée, d'oublier des ancêtres encombrants et de manipuler les documents, ou encore de s'appuyer sur une tradition orale sans fondement vérifiable.

Comment est-on passé d'une démarche à visée sociale et politique à une approche plus individualiste de la généalogie?

Je dirais, pour répondre à votre question, que les deux approches coexistent à l'heure actuelle, mais d'une façon différente en comparaison avec autrefois. Par le passé, la généalogie a pu servir à justifier le statut social d'une élite dominante. Je prendrai deux exemples dans la littérature romanesque pour illustrer mon propos, le premier au Québec, le second au Brésil.

Plusieurs romans québécois ont mis en évidence le caractère élitiste de la bourgeoisie de la haute-ville de Québec d'avant les années 1960. Le culte des ancêtres et de la généalogie y figurait en bonne place, comme dans Laure Clouet, une nouvelle d'Adrienne Choquette. Dans ce classique de la littérature québécoise, l'auteure évoque le souvenir d'une famille de la Grande Allée qui cherche à maintenir la tradition familiale et son sens de la distinction – au sens où l'entend le sociologue Pierre Bourdieu – dans un monde en transformation rapide. On observe un comportement semblable dans Les honorables, de Josée Pratte. Le personnage principal du roman, un juge à la retraite de Québec, reconstitue son arbre généalogique jusqu'à l'époque de la Nouvelle-France. Ce culte des ancêtres l'amène, par ailleurs, à veiller à ce que sa fille n'épouse pas un prétendant qui n'appartiendrait pas à sa classe sociale.

Prenons maintenant un exemple dans un pays tout à fait différent du Québec : le Brésil, pays réputé pour l'hybridation des races et des cultures. Pourtant, un grand écrivain brésilien, Jorge Amado, a voulu dénoncer l'hypocrisie des élites dans son roman La boutique aux miracles, dont l'action se passe à Salvador de Bahia, entre les deux guerres mondiales. Son personnage principal, Pedro Archango, grand érudit vivant dans les quartiers populaires de cette ville, publie un livre sur les aristocrates de Bahia qui fait scandale. Recherche généalogique à l'appui, il démontre qu'il n'y a pas de sang pur et que le propre de la civilisation brésilienne, c'est le mélange des races et des croyances.

Si on revient à la situation présente, on peut dire que la pratique généalogique s'est démocratisée et généralisée depuis les années 1960. Dans ce sens, elle est devenue un phénomène social. Mais il ne s'agit plus de défendre un statut social, mais plutôt de renouer avec la vieille quête des origines qui existait dans les sociétés anciennes. La différence, me semble-t-il, c'est que l'affirmation de l'individu qui a accompagné l'émergence de la modernité fait en sorte que cette quête des origines devient plus personnelle, même si elle s'inscrit dans l'histoire familiale.

Existe-t-il une spécificité québécoise dans le domaine de la généalogie?

Je pense qu'il existe effectivement une spécificité québécoise dans le domaine de la généalogie, même si on peut observer des analogies avec de telles pratiques en France, aux États-Unis ou ailleurs. Cette originalité tient à plusieurs facteurs.

Le premier fait référence à la qualité de conservation des archives de l'état civil. Les actes de naissance, de mariage et de sépulture des paroisses catholiques du Québec ont été conservés dans leur quasi-intégralité, depuis le début du Régime français jusqu'à nos jours. À cela vient s'ajouter la richesse des archives notariales qui permettent à un chercheur de suivre ses ancêtres à travers les transactions qu'ils ont faites au cours de leur vie.

Un second facteur, lié au premier, fait référence au fait que nous avons affaire à une population relativement restreinte, soit les descendants des quelque 10 000 immigrants français qui ont fait souche au Canada. Il est donc plus facile de retracer ses ancêtres en remontant jusqu'au XVIIe siècle, d'autant plus que la majorité des vieilles paroisses ont fait, depuis, l'objet d'inventaires de leurs actes d'état civil.

À ces facteurs démographiques et administratifs s'en ajoutent d'autres de nature sociologique. Historiquement, la société canadienne-française qui a donné naissance au Québec moderne se caractérisait par un certain égalitarisme social, malgré l'existence d'une bourgeoisie professionnelle et d'une faible bourgeoisie d'affaires. Les distinctions de classes étaient relativement peu marquées, ou en tout cas assez perméables. Compte tenu de ce contexte, la généalogie québécoise de langue française est vite devenue une pratique populaire ; elle s'intéresse davantage aux origines culturelles qu'aux origines sociales. Ce qui est valorisé, c'est l'origine française et le fait que l'on puisse remonter aux origines de la colonie.

Comment expliquez-vous l'engouement croissant pour cette discipline?

La généalogie tente de répondre à sa façon à l'une des grandes questions de la philosophie : d'où venons-nous? On trouve donc chez les mordus de la généalogie et même chez ceux qui ne s'y intéressent qu'occasionnellement un besoin de retracer leurs origines, bien que cette démarche soit le fruit d'une construction par le chercheur lui-même. En effet, remonter le fil des générations à partir du nom de famille du père et reconstituer ainsi la chaîne d'une famillesouche ne présente, en fait, qu'une partie de la réalité. Il y a aussi les filiations du côté maternel…

Il se peut également que la société individualiste dans laquelle nous vivons suscite, en réaction, un besoin de s'identifier à une famille élargie et de rétablir ainsi un lien entre les vivants et les morts, comme le faisaient les sociétés traditionnelles autrefois.

Chose certaine, on peut observer un véritable engouement pour la généalogie au Québec, considérée à la fois comme démarche identitaire, comme pratique scientifique et comme loisir culturel. Pour s'en convaincre, il suffit de savoir que le Québec comptait, en 2005, 49 sociétés locales ou régionales de généalogie regroupant 20 000 membres, le tout chapeauté par une Fédération. Parallèlement, un autre organisme, la Fédération des familles-souches du Québec, regroupait quelque 200 associations de familles. Globalement, on estime à 50 000 le nombre de personnes, hommes ou femmes, qui s'intéressent activement à la généalogie au Québec.

Quelles réflexions vous inspire le développement de la généalogie génétique?

Il y a une nouvelle pratique généalogique qui est apparue dans les pays anglo-saxons et que certains appellent déjà la génétique récréative. Ces nouvelles recherches sont basées, non plus sur l'étude des registres d'état civil, mais sur l'analyse de l'ADN. Des laboratoires, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, proposent des tests qui permettent, à partir d'un échantillon de sang, de salive, etc., d'identifier ses ancêtres lointains, ou à tout le moins leur provenance géographique. Une société privée de Floride propose même des « kits de généalogie génétique » destinés au grand public!

Ces tests d'ADN, qui ont d'abord été utilisés pour démasquer des criminels, déterminer la paternité d'un enfant ou identifier une maladie héréditaire, sont maintenant utilisés à des fins de loisir. Ils sont devenus populaires au sein des communautés afro-américaines qui ne disposent pas d'actes d'état civil qui remonteraient à l'époque de l'esclavage pour retrouver leur village d'origine en Afrique. D'autres généalogistes vont sans doute utiliser cette technique pour remonter plus loin dans le temps que la limite du XVIIe siècle pour les actes d'état civil. À titre d'exemple, un Français qui a passé ce test a découvert qu'il avait 3 % de gènes asiatiques; ce qui pourrait s'expliquer, selon certains, par les invasions mongoles en Europe, au XIIIe siècle…

Naturellement, d'importantes questions éthiques se posent. Il y a risque de dérive et de récupération d'une telle technique par un régime politique quelconque ou par certaines compagnies d'assurance, par exemple. Imaginons ce qui aurait pu se produire si les nazis avaient disposé d'une telle arme…

D'une façon plus générale, doit-on craindre les interactions de plus en plus nombreuses entre généalogie, sciences et nouvelles technologies?

Compte tenu des réserves que j'ai évoquées précédemment, il y a certainement des risques et il importe que la société civile soit vigilante pour éviter les manipulations illicites sur la base des renseignements personnels. Par ailleurs, il faut se réjouir de cet extraordinaire outil de recherche que constitue Internet pour les généalogistes. La masse incroyable de données qu'on y trouve ainsi que l'ampleur des échanges entre les chercheurs qui s'intéressent à l'histoire de leur famille dépassent largement la consultation des seuls instruments de recherche traditionnels qu'on pouvait trouver dans les centres d'archives et de documentation.

Comment voyez-vous l'avenir de la généalogie au Québec?

La généalogie, dans la mesure où elle correspond à un besoin d'identité et d'insertion des individus dans leur histoire familiale et dans celle de leur société, va sans doute continuer à être populaire dans l'avenir. Reste à savoir si elle le sera autant pour les nouvelles générations, celle des « X » ou celle des « Y », par exemple, en comparaison avec les générations précédentes. La chanson Dégénérations du groupe Mes Aïeux constitue un appel aux jeunes pour qu'ils puissent réintégrer l'histoire et s'inscrire dans le processus de transmission de la culture.

Bien entendu, la généalogie de l'avenir fera face à de nouvelles difficultés liées à l'éclatement des filiations biologiques reconnues, avec les nouvelles techniques de reproduction assistée. Il faut aussi mentionner la multiplication des modèles familiaux, incluant le déclin de l'institution du mariage et l'existence de familles recomposées. À cela s'ajoutera la diversité accrue des origines, compte tenu des mariages entre Québécois dits « de souche » et un ou une partenaire d'une communauté culturelle. Il se peut que les arbres généalogiques de l'avenir laissent des vides, compte tenu des lacunes documentaires dans certains pays. Et que penser des enfants nés d'une union libre et dont le père biologique est disparu du décor depuis longtemps? Y aura-t-il des filiations électives pour remplacer les filiations biologiques? Quoi qu'il en soit, il m'apparaît important d'inciter les jeunes générations à constituer, dès maintenant, leur album de famille afin d'en relater l'histoire récente et de permettre de faire un lien avec un passé mieux documenté.


1. Historien et sociologue, Fernand Harvey est professeur rattaché à la Chaire Fernand-Dumont sur la culture de l'INRS Urbanisation, Culture et Société, à Québec. Membre de la Société des Dix, il est l'auteur de « La généalogie et la transmission de la culture : une approche sociologique », Les Cahiers des Dix, no 59, p. 285-305.

2. Fernand Harvey, « La généalogie : réflexions sur une pratique culturelle et scientifique », Mémoires vives, no 23, décembre 2007. En ligne : http://www.cfqlmc.org/memoires_vives/genealogie_pratique.htm.

Retour au menu


La recherche généalogique au Québec : des réseaux qui s'entrecroisent

par Hélène Cadieux, directrice du conseil et de l'action régionale
Direction générale des archives
Normand Charbonneau, directeur du Centre d'archives de Montréal et des archives privées, judiciaires et civiles

Il est loin le temps où la recherche généalogique au Québec reposait essentiellement sur la consultation des registres de l'état civil et sur celle de l'œuvre pionnière de l'abbé Cyprien Tanguay. L'information prend aujourd'hui diverses formes. Les intervenants se multiplient pour combler les besoins des généalogistes, toujours désireux d'accéder à des sources documentaires qui leur permettent d'identifier des individus ou des lieux.

Parcourir son histoire au sein de réseaux organisés

Au fil du temps, une myriade de réseaux offrant des services en matière de recherche généalogique ou d'histoire familiale s'est érigée. Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en constitue un. Au généalogiste, elle offre des ressources de choix dans la métropole – où sont situés la Grande Bibliothèque, le Centre de conservation et le Centre d'archives de Montréal – de même que dans les autres régions, à Québec en particulier, où se trouve le siège de sa Direction générale des archives. En relation avec leurs spécialités, ces différents points de service, dont sept centres d'archives régionaux situés dans autant de régions du Québec, satisfont les besoins des généalogistes et des historiens de famille. Cette offre de BAnQ est complétée par des services connexes tels le prêt entre bibliothèques pour les sources imprimées et les microformes, mais aussi par un portail Web en pleine expansion. Celui-ci renferme des bases de données et des centaines de milliers de pages de ressources documentaires numérisées et accessibles en ligne. Des articles présentés dans ces pages décrivent avec précision les ressources documentaires offertes par BAnQ.

Au réseau de BAnQ s'en ajoutent d'autres, également très utiles pour la recherche en généalogie et en histoire de famille. Les bibliothèques publiques disposent souvent d'une collection d'ouvrages portant sur leur région et d'abonnements à des périodiques ou à des bases de données disponibles sur le Web.

Le réseau associatif est, quant à lui, particulièrement bien organisé au Québec : la Fédération québécoise des sociétés de généalogie, la Quebec Family History Society, la Fédération des sociétés d'histoire du Québec et la Fédération des familles souches québécoises offrent divers services à leurs sociétés ou associations membres de même qu'aux individus membres de ces dernières. À ce titre, elles sont les interlocutrices privilégiées de BAnQ même si les centres d'archives de BAnQ entretiennent des contacts réguliers avec leurs partenaires locaux ou régionaux. D'ailleurs, l'offre de services de BAnQ dans certaines régions profite largement des partenariats entretenus avec des sociétés de généalogie. Les exemples des centres d'archives de Québec et de l'Outaouais (à Gatineau) sont particulièrement révélateurs.

Internet et la généalogie, un mariage réussi

Ce réseau associatif, tout comme celui de BAnQ, se retrouve avec d'autres sur le Web. Soulignons le travail considérable fait par la Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG) dans le cadre du développement du Portail de la généalogie québécoise (www.portailgenealogie.qc.ca), qui offre des bases de données, un guide de sources et des outils de formation de qualité. Ce portail est le fruit de diverses collaborations et montre bien le dynamisme de ce milieu. La FQSG est aussi partenaire de la Fédération française de généalogie dans le développement du fichier « Origine » (www.fichierorigine.com), qui s'avère une ressource essentielle à la recherche généalogique au Québec.

L'offre sur le Web est multiforme. Elle est le résultat du travail de chercheurs scientifiques tels ceux du Programme de recherche en démographie historique de l'Université de Montréal (PRDH, www.genealogie.umontreal.ca/fr), les chercheurs autonomes et les entrepreneurs qui rendent disponibles des ressources informatiques moyennant paiement. Le Portail de la généalogie québécoise dresse, pour le bénéfice des chercheurs, une liste exhaustive des ressources disponibles sur le Web.

Un dernier réseau s'ajoute, celui des partenaires institutionnels qui travaillent avec BAnQ au développement d'une offre de services publics gratuits sur le Web. C'est le cas de « Voici ma famille » mis sur pied par BAnQ en collaboration avec Bibliothèque et Archives Canada et les membres du Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux (www.voicimafamille.info). C'est aussi celui d'« Archives Canada-France » produit par la Direction des Archives de France, Bibliothèque et Archives Canada et BAnQ (www.archivescanadafrance.org).

BAnQ développe par ailleurs de nombreux projets avec d'autres partenaires. Par exemple, la banque de données notariales Parchemin, couvrant la période 1626 à 1784, et les banques de données de la série Thémis touchant les archives judiciaires résultent d'un partenariat avec la Société de recherche historique Archiv-Histo. Un autre partenariat plus ancien lie BAnQ à la Société généalogique de l'Utah, spécialiste mondiale de la recherche en généalogie, qui collabore depuis plus de 20 ans à la mise en valeur du patrimoine documentaire québécois en mettant sur pied des programmes de microfilmage, et maintenant de numérisation, atteignant aujourd'hui une dizaine de millions de pages.

Chacun son créneau

Les démarches de BAnQ en matière de généalogie s'appuient sur une vaste consultation des représentants du milieu menée en 2003. Organisée par les Archives nationales du Québec avec le soutien de la Fédération québécoise des sociétés de généalogie, cette consultation devait permettre de consolider les partenariats existants et d'en construire de nouveaux. Cette rencontre a permis de faire ressortir des principes et orientations qui définissent l'action de BAnQ et de ses partenaires, dont l'importance de respecter les spécificités de chacun des intervenants (sociétés de généalogie, BAnQ, services régionaux d'archives), la prise en compte des variations des besoins et des ressources régionales, ainsi que la nécessité, pour les sociétés de généalogie et BAnQ, de travailler en convergence pour mieux servir leurs publics.

Comment cela se traduit-il concrètement? Cela peut signifier, par exemple, que la formation spécifique en recherche généalogique sera assurée par les sociétés de généalogie, là où c'est possible, alors que les efforts de BAnQ seront plutôt concentrés vers des usagers qui utilisent ses ressources documentaires pour poursuivre leurs recherches en histoire familiale ou locale. Dans un tel cas, un chercheur voudra souvent consulter, outre l'état civil, des documents tels que les recensements, les archives notariales, judiciaires ou gouvernementales (licences de mariages, de juges de paix et d'aubergistes, etc.) et celles de la gestion des terres (concessions, ventes de terres, etc.), les documents iconographiques et cartographiques, sans oublier les fonds d'archives privées.

Sans être exhaustif, ce survol démontre le dynamisme des acteurs du milieu de la généalogie au Québec. L'augmentation du nombre de personnes qui désirent suivre la trace de leurs ancêtres et les changements technologiques des dernières années ont un tel impact que BAnQ et ses partenaires poursuivent leurs efforts de concertation afin de mieux satisfaire les besoins des généalogistes du Québec et d'ailleurs.

Retour au menu


 Des ressources documentaires généalogiques à l'échelle du territoire

par Nathalie Pilon, bibliothécaire
Direction de la Collection nationale et des services spécialisés
et Nathalie Gélinas, archiviste, Centre d'archives de l'Outaouais

Le généalogiste qui se présente à la Collection nationale de la Grande Bibliothèque ou dans l'un des neuf centres d'archives de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) y découvre une quantité importante de ressources documentaires. Pour constituer son arbre généalogique et écrire son histoire de famille, il trouvera à BAnQ réponse à ses questions.

Les ressources documentaires publiées Se lancer dans la généalogie permet de découvrir et d'apprivoiser une multitude de ressources documentaires facilitant la recherche de ses ancêtres. Des répertoires – sources essentielles au travail du généalogiste – aux index, dictionnaires ou bases de données, en passant par les histoires familiales, paroissiales, locales et régionales, le généalogiste trouve à BAnQ toute une série d'outils utiles à ses recherches. De plus, les collections généalogiques sont enrichies annuellement par le dépôt légal et l'achat d'ouvrages. Les salles de consultation de BAnQ sont donc des lieux incontournables pour la pratique généalogique.

Trois principales catégories d'outils composent les collections ayant un contenu riche en renseignements nominatifs: les répertoires paroissiaux, les ouvrages de référence et les histoires de familles ou de paroisses. Les généalogistes ont accès à plus de 6 000 répertoires dans lesquels des généalogistes ont compilé les enregistrements de l'état civil. Comme ils recensent les baptêmes, les mariages et les sépultures, ces répertoires sont communément désignés sous le nom de BMS.

La majorité de ces documents concerne les paroisses catholiques et non catholiques du Québec depuis les origines jusqu'à des dates variables. Il est également possible de consulter des registres et des répertoires d'autres provinces canadiennes et d'ailleurs en Amérique du Nord1 où il y a eu des mouvements migratoires de populations francophones. Le Centre d'archives de Montréal possède en plus des ressources documentaires européennes. Ces documents, contenant des renseignements de première main sur des individus, peuvent être consultés sur papier, sur microfiche ou sur microfilm.

Au fil des années sont parus des ouvrages de référence prenant la forme de dictionnaires, de listes ou d'index qui organisent, pour de grandes étendues et sur de longues périodes, l'information des registres de baptêmes, de mariages et de décès de manière à faciliter la consultation et l'élaboration d'un arbre généalogique. Parmi ces dictionnaires, notons seulement le Dictionnaire généalogique des familles du Québec de René Jetté, le Dictionnaire national des Canadiens français de l'Institut généalogique Drouin et le Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours de Cyprien Tanguay, bien connus des généalogistes.

Le généalogiste chanceux trouvera souvent aussi des filiations déjà compilées, des reconstitutions familiales, de même que des renseignements biographiques dans des histoires familiales. Le chercheur peut donc voir son travail simplifié et allégé. La clientèle peut repérer ces ouvrages de référence à l'aide du catalogue Iris, accessible par Internet, qui recense les collections de documents publiés de BAnQ, et les consulter tant à la Collection nationale que dans les centres d'archives.

Les dictionnaires biographiques sont d'autres ouvrages utiles, notamment le Dictionnaire biographique du Canada et le Dictionnaire biographique des ancêtres québécois. BAnQ2 rend aussi disponibles nombre de monographies, de revues et de périodiques sur l'histoire. Ces publications offrent aux généalogistes une foule de renseignements tels que des généalogies complètes de toutes les branches de filiation d'un patronyme, de courtes biographies, l'historique et la filiation des familles qui ont marqué une région et des photos. Ces ouvrages constituent une véritable mine d'or.

Les archives, une richesse inédite

Une fois l'arbre généalogique construit, un nouveau défi se présente au généalogiste : documenter la vie de ses ancêtres. Si les monographies sont utiles à la connaissance de l'histoire régionale, des familles et des paroisses, c'est sur les archives qu'il faut se pencher pour approfondir ses recherches. Les généalogistes connaissent et utilisent déjà plusieurs sources, notamment les registres d'états civils, les recensements et les contrats notariés. Pourtant, il existe d'autres fonds d'archives qui recèlent des renseignements permettant de reconstituer son histoire de famille.

Dans son réseau de neuf centres d'archives répartis sur l'ensemble du territoire québécois, BAnQ conserve des documents non publiés qui permettent d'enrichir la compréhension de la vie quotidienne à diverses époques. Certaines séries documentaires existent depuis le XVIIe siècle. Bien que des restrictions de consultation s'appliquent sur les documents les plus récents, plusieurs d'entre eux, produits au cours des siècles passés, peuvent être consultés par la population en général.

Les archives judiciaires

Les archives judiciaires, provenant des palais de justice, représentent une véritable mine d'or. On trouve notamment dans ces fonds d'archives, organisés selon les districts judiciaires, des documents relatifs aux tutelles et curatelles (CC3), aux testaments (CT), aux divorces (TP11), aux enquêtes du coroner (TL), aux faillites (TP11), aux raisons sociales (TP11), de même qu'aux registres de scrutin de 1820 à 1842 (TL19), ainsi qu'à plusieurs séries de documents contenant des renseignements nominatifs. On trouve dans ces séries documentaires des registres, des index et des plumitifs, organisés chronologiquement ou alphabétiquement, qui constituent des outils de repérage essentiels pour trouver des individus.

En comparant ces documents avec des sources imprimées telles que les journaux, le généalogiste peut reconstituer des histoires glorieuses, amusantes, mystérieuses ou curieuses, mettant ainsi en lumière des événements qui confirment les souvenirs transmis de génération en génération ou levant simplement le voile sur des événements oubliés.

Les archives privées

Il ne faut pas négliger l'intérêt des fonds d'archives privées dans lesquels on peut faire des découvertes sur la vie d'individus ou de familles en lien avec des ancêtres. Les correspondances, les journaux personnels, les cahiers scolaires, les cartes de visite ou tout autre document faisant partie des souvenirs de famille nous apprennent beaucoup sur la vie quotidienne, les valeurs, les préoccupations et les engagements politiques, sociaux ou communautaires des gens. En plus de documenter la vie de certaines familles ou d'individus, certains de ces fonds comprennent des généalogies de familles.

Les archives gouvernementales

Certaines séries documentaires conservées dans les archives gouvernementales peuvent également être intéressantes pour les généalogistes. À titre d'exemple, les demandes d'octrois gratuits de terre pour les familles de 12 enfants ou plus qu'on trouve dans le fonds Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (E9, S101, SS4) couvrant la période 1890 à 1905 offrent aux généalogistes des renseignements sur des familles de toutes les régions du Québec.

Le terrier de la province de Québec est un autre exemple de série documentaire pertinente à la recherche généalogique. Le terrier, conservé dans le fonds Ministère des Terres et Forêts (E21), concerne la concession et la gestion des terres à partir du début de la colonie.

Donner vie à ses ancêtres

Les ressources documentaires de BAnQ permettent aux généalogistes de constituer leur filiation et d'écrire leur histoire de famille. Peu importe où il se trouve, le généalogiste peut accéder à des ressources pertinentes à ses recherches et ainsi satisfaire sa curiosité sur la vie de ses ancêtres. En consultant les bases de données Iris et Pistard ainsi que le personnel qui peut l'orienter dans ses travaux, le généalogiste croise, entrecroise et compare les renseignements trouvés dans les archives, les registres, les dictionnaires, les monographies de familles et de paroisses ou les journaux. Au fil de ses recherches, le généalogiste donne vie à ses ancêtres.


1 La Collection nationale compte environ 200 répertoires de francophones catholiques des autres provinces canadiennes et de certains États américains. Les centres d'archives conservent également de tels répertoires. À titre d'exemple, on peut trouver au Centre d'archives de Québec des répertoires de paroisses acadiennes et louisianaises et de forts français. Quant au Centre d'archives de Montréal, sa collection offre également des annuaires et des recensements canadiens.

2 Chaque centre d'archives a développé sa collection en tenant compte des besoins spécifiques de sa région. Cependant, la Collection nationale, le Centre d'archives de Montréal – dont la bibliothèque est enrichie de la collection de la Salle Gagnon – ainsi que le Centre d'archives de Québec – qui possède près de 4000 titres – abritent les collections les plus étoffées.

3 Les lettres désignent la classe du document utilisée dans la cote. En faisant une recherche à l'aide de l'outil de recherche Pistard sur le portail de BAnQ, il est possible d'accéder aux descriptions détaillées des fonds d'archives.

Retour au menu


La collection Gagnon : un trésor pour les généalogistes

par Jean-François Chartrand, bibliothécaire
Centre d'archives de Montréal

Vers la fin des années 1970, la Bibliothèque centrale de Montréal amorce le développement d'une collection axée sur la généalogie. Elle profite de la nouvelle vogue du retour aux sources, de l'intérêt accru de la population québécoise pour l'histoire et de l'émergence de nombreuses sociétés historiques et associations qui favorisent la reconstitution de l'histoire familiale. La prestigieuse collection du bibliophile Philéas Gagnon1, achetée par la Ville de Montréal en 1910 pour la somme de 31 000 $, constitue l'assise de cette entreprise.

À l'origine, la collection portait principalement sur l'histoire du Canada du XVIe au XXe siècle. Outre des centaines de volumes précieux, elle comprenait des autographes, des manuscrits, des cartes, des plans et des ex-libris. Le nom Gagnon est donné à l'une des salles de la bibliothèque de la rue Sherbrooke, qui aabritera une impressionnante collection d'archives généalogiques. Au fil des ans, la collection de la salle Gagnon sera considérablement enrichie et deviendra un incontournable pour le chercheur en généalogie.

C'est à l'initiative du bibliothécaire Daniel Olivier que la Bibliothèque centrale entreprend l'acquisition d'une série de répertoires de mariages, de baptêmes et de sépultures qui constitueront le noyau central de la collection. Tout en continuant d'offrir un service d'archives aux historiens et aux étudiants, la Bibliothèque vise alors à rassembler au même endroit un fonds documentaire exceptionnel touchant la généalogie. M. Olivier, qui gère alors ce projet d'acquisition, entreprend des démarches auprès de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec dans le but d'obtenir les quelque 1500 microfilms des registres catholiques de la province. Au début des années 1980, l'ensemble de ces registres est dispersé parmi les différentes institutions de la province. La Bibliothèque centrale de Montréal devient en 1986 la première institution québécoise à posséder intégralement une telle collection et à la rendre disponible aux chercheurs.

D'année en année, la collection de la salle Gagnon s'enrichira de plusieurs collections comprenant des microfilms et des ouvrages essentiels à la recherche généalogique. En plus des registres catholiques seront acquis successivement les fichiers Loiselle, Pontbriand, Rivest, Fabien, Houle, des index consolidés de mariages et de décès et, surtout, les microfilms de l'Institut Drouin concernant les baptêmes, mariages et sépultures de catholiques et de non-catholiques de la province de Québec, ainsi que certains registres de l'Ontario et des États-Unis, pour la période de 1600 à 1940. Pour satisfaire un public de plus en plus vaste et spécialisé, d'origines diverses, la collection Gagnon s'enrichit d'ouvrages et de microfilms de diverses paroisses de l'Acadie, de l'Ontario, de la Nouvelle-Angleterre, de la Louisiane et même d'Europe. Les collections généalogiques ou d'intérêt généalogique de diverses provenances (Archives nationales du Canada et du Québec, National Archives and Administration Records, etc.) sont ainsi acquises : greffes de notaires, recensements canadiens et américains, documents de l'émigration et de l'immigration, listes électorales, annuaires téléphoniques, demandes de terres, demandes de naturalisation, etc.

La richesse et la diversité des ressources généalogiques réunies expliquent la renommée de la salle Gagnon. Les passionnés de généalogie ne proviennent plus exclusivement de la région de Montréal ou d'ailleurs au Québec : plusieurs chercheurs, canadiens et américains, profitent de sa vaste collection et de l'expertise des employés pour compléter leurs recherches.

Au moment du déménagement de la collection généalogique de la salle Gagnon au Centre d'archives de Montréal, lors de la fermeture de la Bibliothèque centrale de Montréal, elle comptait environ 9000 volumes, dont 2500 titres de répertoires, près de 20 000 bobines de microfilms et une centaine de titres de périodiques. Depuis le printemps 2003, les généalogistes peuvent avoir accès, en un seul lieu, à la collection Gagnon et aux autres collections du Centre d'archives de Montréal, qui est alors devenu, selon nos voisins du Sud, la Mecque montréalaise des historiens de famille2.


1 Voir à ce sujet : Daniel Olivier, Dans l'arrière-boutique : naissance d'un bibliophile québécois, Philéas Gagnon, 1854-1915, Joliette, Édition privée, 1990 ; et Marie Baboyant, « La Bibliothèque de la Ville de Montréal, la collection Gagnon et son fondateur, Philéas Gagnon », dans Les Cahiers d'histoire du Québec au XXe siècle, vol. 6, automne 1996, p. 67-82.

2 « Montreal's mecca for family historians », dans Family Chronicle, vol. 11, no 5, mai-juin 2007, p. 37.

Retour au menu


Les ressources électroniques de Bibliothèque et Archives nationales du Québec en matière de généalogie

par Rénald Lessard, archiviste-coordonnateur
Centre d'archives de Québec
et Karine Lamy, bibliothécaire
Direction de la Collection nationale et des services spécialisés

L'arrivée d'Internet voilà une dizaine d'années a complètement changé le visage de la pratique généalogique. Aujourd'hui, cet outil est utilisé par plus des trois quarts des Québécois adultes. La production de bases de données et la numérisation de masses importantes d'archives ne cessent d'augmenter. Bien que la majorité des documents d'archives ne soient pas encore disponibles sur Internet, les ressources en ligne offrent désormais d'immenses possibilités qui transcendent les frontières.

Soucieuse de répondre aux besoins de ses usagers, peu importe où ils se trouvent, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) participe à cet essor et son portail est devenu incontournable pour le généalogiste. Pour compléter les ressources offertes sur son portail, elle acquiert aussi des outils informatisés qu'elle met à la disposition des usagers dans les locaux de ses différents édifices.

Iris, Pistard et la Collection numérique de BAnQ

Grâce aux moteurs de recherche Iris, qui recense tous les documents publiés faisant partie des collections de BAnQ, et Pistard, qui fait de même pour tous les documents d'archives conservés par l'institution, ainsi qu'à la collection numérique du portail de BAnQ, les généalogistes peuvent profiter du produit de l'ambitieux programme de numérisation de l'institution.

La collection numérique contient plusieurs millions de pages de documents numérisés. Le généalogiste y trouvera en particulier le Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours, plus connu sous le nom de Dictionnaire Tanguay, accessible en ligne dans le confort de son foyer! Pour ceux qui désirent poursuivre leur recherche, l'Annuaire Lovell permet de localiser une personne établie dans la ville de Montréal et de la suivre au fil des ans. Finalement, à ces ressources s'ajoute la multitude de journaux numérisés fournissant de l'information sur la société ou sur un individu à un moment précis de l'histoire. C'est en consultant ces documents que nous pouvons apprendre, par exemple, que les autorités s'étonnaient en 1879 du nombre croissant d'Amérindiens alors qu'elles étaient convaincues que cette population décroissait1. Les mentions d'événements impliquant certains individus, les notices nécrologiques ou encore les avis publics permettent de compléter des biographies d'ancêtres, dont le cadre de vie peut être évoqué grâce aux milliers de cartes postales, de cartes et de plans mis en ligne par BAnQ sur son portail (www.banq.qc.ca).

Vous désirez retracer des monographies sur l'histoire de votre famille ou sur l'histoire de votre localité? Le moteur de recherche Iris est tout indiqué. Des cartes postales numérisées y ont également été intégrées.

Le moteur de recherche Pistard, quant à lui, permet de repérer les fonds et les collections d'archives de BAnQ, en plus d'offrir depuis quelques années la possibilité de consulter plus d'un million d'images de documents d'archives. Pour rendre accessibles ces images, il a fallu rédiger plus de 100 000 descriptions fines d'archives textuelles, de cartes postales ou de photographies. Parmi les fonds d'archives photographiques susceptibles d'intéresser les généalogistes, mentionnons les fonds Duplain, Livernois, Poirier et Lemay.

Réalisé conjointement par BAnQ, la Direction des Archives de France et Bibliothèque et Archives Canada, le projet Champlain vise à décrire et à mettre en ligne les documents d'intérêt canadien des XVIIe et XVIIIe siècles. Depuis 2003, BAnQ a ainsi rendu accessibles dans Pistard un demi-million de pages d'archives des XVIIe et XVIIIe siècles. Les 90 000 descriptions détaillées produites dans le cadre de ce projet, touchant principalement les archives judiciaires, rendent possible une recherche par noms d'individus. Tous les Québécois de souche ancienne pourraient sans doute y retracer des documents touchant leurs ancêtres.

Les liens anciens tissés entre BAnQ et la Société de généalogie de l'Utah (maintenant FamilySearch) se traduisent depuis plus de 15 ans par le microfilmage, puis par la numérisation, de millions de documents québécois d'intérêt généalogique. La numérisation des microfilms déjà produits permettra bientôt d'ajouter des millions d'images au portail de BAnQ. Une révolution pour le généalogiste!

Le volet Généalogie du portail

BAnQ, seule ou en collaboration avec des particuliers ou d'autres institutions, a mis en ligne 17 bases de données à caractère nominatif éminemment utiles aux généalogistes. Un demi-million de mentions d'individus s'y trouvent avec, dans certains cas, les images numérisées des documents. Les inhumations au Mount Hermon Cemetery, des recensements paroissiaux de Québec, le registre d'écrou de la prison de Québec ou des références aux enquêtes des coroners, aux tutelles et curatelles, aux contrats de mariage, aux inventaires après décès ou aux actes d'état civil non catholiques de la région de Montréal sont au nombre des ensembles documentaires concernés.

Accessibles sur le portail de BAnQ dans la section Généalogie, ces bases de données permettent à des chercheurs éloignés de repérer de l'information pertinente et de commander des reproductions de documents par courriel ou par la poste. Le chercheur perspicace pourra également coupler les renseignements obtenus avec d'autres sources. Ainsi, après avoir repéré la date d'une enquête du coroner, il pourra consulter les journaux numérisés correspondant à la date de l'événement et compléter sa recherche.

Bientôt, grâce à un moteur de recherche fédérée, il sera possible d'effectuer une recherche sommaire dans toutes les bases de données à partir d'un seul accès.

Ressources en ligne externes disponibles gratuitement

Dans ses édifices, BAnQ offre à ses usagers l'accès, notamment, à certaines bases de données très populaires, par exemple le Programme de recherche en démographie historique (PRDH), Ancestry Library Edition, Collection Chronica, Collection Thémis et, finalement, Parchemin.

Le PRDH fournit la transcription informatique synthétisée de tous les actes d'état civil catholiques du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles et de quelques autres catégories de documents, dont les recensements nominatifs, les témoignages de liberté au mariage, les actes de confirmation, des listes de migrants. Les données sur certaines sépultures survenues entre 1800 et 1850 sont également incluses. À cette base de données se greffe un « registre informatisé de population, constitué des dossiers démographiques de tous les individus de souche européenne qui ont vécu dans la vallée du Saint-Laurent2 avant 1800. Chaque dossier ou chaque fiche contient les dates et les lieux de naissance, de mariage et de décès d'un individu, ainsi que ses liens filiaux et conjugaux. Le PRDH est donc incontournable pour la recherche concernant cette période. BAnQ a souscrit à un abonnement à ce site, permettant ainsi à ses usagers d'y avoir accès gratuitement sur place, dans ses locaux.

Ancestry Library Edition offre des ressources touchant essentiellement les États-Unis, le Canada, une large partie de l'Europe ainsi que l'Australie. Bien que le contenu soit avant tout américain, l'intérêt pour les généalogistes québécois est indéniable puisqu'on y trouve une multitude de sources. Si retracer la vaste diaspora des Québécois installés à l'extérieur de la province depuis le XIXe siècle devient plus aisé grâce à ce site, il est également possible d'y consulter des données touchant spécifiquement le Québec. Parmi les ressources accessibles, mentionnons les recensements canadiens de 1851-1852, 1901 et 1911, la Collection Drouin, contenant des images numérisées de l'état civil québécois couvrant en grande partie la période allant de 1621 à 1967, les documents d'immigration canado-américaine (1895-1956) ainsi que plusieurs autres documents d'archives puisqu'il existe près de 3500 bases de données interrogeables. Dans la plupart des cas, l'usager peut accéder aux documents numérisés, et ce, gratuitement dans les édifices de BAnQ puisque celle-ci a souscrit un abonnement institutionnel.

De plus en plus, les bases de données et les textes en format électronique sont disponibles sur Internet. Toutefois, un certain nombre de producteurs optent pour une diffusion sur cédérom. BAnQ met à la disposition de ses usagers des dizaines d'outils de la sorte. Les plus utilisés sont les produits de la Société de recherche historique Archiv-Histo, qui reprennent sous forme électronique des publications anciennes (Collection Chronica) ou des instruments décrivant les archives judiciaires (Collection Thémis) et notariales (Parchemin).

Fruit d'un partenariat entre la Société Archiv-Histo, la Chambre des notaires et BAnQ, Parchemin décrit l'ensemble de la production notariale canadienne antérieure à 1790, soit plus de 350 000 actes. Avec les données des sites du PRDH, d'Ancestry Library Edition et d'Automated Genealogy ainsi que les outils produits par BAnQ, cette banque de données constitue l'une des ressources les plus consultées par les usagers de BAnQ intéressés par la généalogie.

L'index consolidé des mariages et des décès de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), publié sur cédéroms par la Société de généalogie de Québec, permet de retracer des références touchant 2 456 668 mariages enregistrés au Québec entre 1926 et 1996 et 2 748 640 décès survenus durant la même période. Les centres d'archives de Québec et de Montréal de BAnQ possèdent les formulaires de mariage3 associés à cet outil. D'immenses progrès Ce rapide survol des ressources électroniques mises à la disposition des généalogistes montre les progrès immenses accomplis en moins de 10 ans et les efforts consentis par BAnQ pour diffuser le plus largement possible le patrimoine documentaire du Québec, contribuant ainsi à la démocratisation de l'accès à la culture et à une meilleure connaissance de nos origines et de notre identité.


1 « Statistiques indiennes », dans La Patrie, 24 février 1879, p. 2.

2 Tiré du site du PRDH.

3 Ces formulaires de mariage sont remplis à des fins statistiques depuis 1926 et ne constituent ni l'acte de mariage, ni le contrat de mariage.

 

Retour au menu

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.