À rayons ouverts, no 63 (printemps 2005)

Table des matières

Éditorial

Inaugurer, ouvrir

par Lise Bissonnette
Présidente-directrice générale

D'une certaine façon et même d'une façon certaine, la Grande Bibliothèque de la Bibliothèque nationale du Québec est déjà ouverte, quoi qu'en dise notre date d'inauguration officielle, l'imminent 29 avril. Car dès janvier dernier, la bibliothèque virtuelle de la BNQ, véritable réplique en cyberespace des lieux et ressources de notre bel édifice montréalais, se déployait enfin sur le territoire québécois et même au-delà. Des milliers d'abonnés en ont déjà trouvé le chemin, dont plusieurs, sitôt franchi le portail, nous écrivent, réagissent, suggèrent, nous font l'amitié d'un vif intérêt. Sur nos bureaux, s'accumule un foisonnement de propositions de tous horizons, qui veulent occuper tous nos espaces, réels ou virtuels, et même imaginaires.

Qu'est-ce que l'animation en bibliothèque, maintenant que le lieu, si bien adapté aux nouveaux modes de vie, devient l'objet de tant de désirs ? Dans ce numéro de À rayons ouverts, on verra que tous les instruments sont en place, qu'on peut chez nous lire à l'infini et de toutes les façons, mais aussi apprendre, échanger, débattre, se délecter, contempler, chercher et trouver. Certaines bibliothèques considèrent qu'animer, c'est assurer cette extraordinaire diversité d'instrumentation et qu'il est vain de chercher à en orienter le résultat. Conformément à son idée fondatrice, la Grande Bibliothèque voudra agir, et accueillir, autrement.

Elle a été conçue comme un outil majeur de démocratisation de la culture et du savoir puis, fusionnée en cours de route à la Bibliothèque nationale du Québec, elle est devenue de surcroît la compagne entre toutes de la mémoire et du parcours de la collectivité. Cette genèse lui impose un ordre de valeurs, qui devra se refléter dans ses choix. Une bibliothèque nationale est d'abord une très grande institution culturelle, appelée à proposer à ses concitoyens, par elle-même autant qu'avec des partenaires, la meilleure et la plus solide des réflexions sur notre temps et notre histoire, dans tous les domaines. Une bibliothèque nationale et publique, selon la singulière vocation qui est la nôtre, doit trouver le moyen de le faire non seulement avec une pédagogie heureuse, mais aussi avec le souci constant d'en faire plus pour ceux qui en ont moins. L'accès aux richesses culturelles, nous avons mis en place tous les outils qui peuvent l'assurer. La démocratisation est un tout autre défi, qui déterminera nos projets propres et nous mènera régulièrement vers des alliés en prise avec des milieux encore éloignés de la bibliothèque, lors même qu'elle a été voulue à leur intention.

Amicale, agréable, lumineuse, ouverte, invitante, la BNQ le restera au lendemain de l'inauguration. Débordante d'activités, elle devra néanmoins garder son idée.

 

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.