À rayons ouverts, no 61 (automne 2004)

Table des matières

Dossier Diffusion :
Les collections

Les collections de la Bibliothèque nationale du Québec dans la Grande Bibliothèque

  1. Les composantes déjà existantes
  2. Les nouvelles collections
  3. L'organisation des collections

2. Les nouvelles collections

En plus des collections déjà existantes, la Bibliothèque nationale du Québec a développé de toutes nouvelles collections qui reflètent notre siècle toujours en mouvement, innovateur et enrichi par le mélange des cultures. Zoom sur quelques-unes de ces nouvelles collections…

Collection numérique de diffusion : la Grande Bibliothèque à l'ère électronique

Stéphanie Gagnon, bibliothécaire
Section des acquisitions et du développement de la collection de prêt et de référence, Direction des acquisitions et du traitement documentaire de la collection de prêt et de référence

Fière de mettre à profit les avancées technologiques dans le domaine de la bibliothéconomie et des sciences de l'information, la Bibliothèque nationale du Québec entend offrir à sa clientèle, outre les collections de documents numérisés, une bibliothèque numérique riche, diversifiée et d'avant-garde. Elle sera composée de bases de données électroniques, d'images numériques, d'enregistrements sonores en format numérique et de livres électroniques.

Les ressources électroniques ciblées constituent une collection encyclopédique, de couverture géographique internationale, de langues française, anglaise et autres. Les usagers pourront ainsi explorer une documentation de pointe et avoir accès à un bassin de recherche rétrospective enviable. La collection de référence comprendra des dictionnaires en ligne, des encyclopédies, des annuaires, des répertoires statistiques, des périodiques électroniques, des index de périodiques généraux et spécialisés (souvent en plein texte), ainsi que des index de l'actualité. Les abonnés pourront notamment consulter des ressources comme BiblioBranchée d'Eureka, Parchemin, CCH plus, Droit civil en ligne, Encyclopaedia Universalis, ABI Inform et bien plus.

Parallèlement à ces outils de référence traditionnels (quoique de format numérique), la BNQ offrira également des sources spécialisées originales et personnalisées qui compléteront fort bien les autres collections et en permettront une exploitation beaucoup plus efficace : on pourra y trouver, par exemple, un répertoire d'études de marché, une base d'aide au choix de carrière, un portail de livres électroniques ou encore une base de données de suggestions de lecture.

Par ailleurs, en plus de proposer cette grande diversité technologique sur la plupart de ses postes, la BNQ souhaite étendre la portée de son champ de diffusion en faisant entrer les collections dans les foyers des abonnés. En effet, la Bibliothèque vise à obtenir le plus souvent possible des accès à domicile pour les bases de données spécialisées auxquelles elle s'abonne, de sorte que les abonnés authentifiés pourront consulter une masse précieuse d'information en ligne.

La BNQ fait également partie du Consortium d'acquisition de ressources électroniques des bibliothèques publiques du Québec (CAREQ) qui négocie actuellement des accès à des bases de données et ressources électroniques à large diffusion pour les bibliothèques publiques du Québec et leurs abonnés.

Grâce à sa collection numérique, la BNQ espère inscrire ses utilisateurs dans l'ère électronique en mettant entre leurs mains un monde de connaissances riche, multiple et d'actualité.

Retour au menu


Actualités et nouveautés à la Grande Bibliothèque

par Marianne Demers-Desmarais, bibliothécaire
Direction des services à la clientèle

Situé au rez-de-chaussée du nouvel édifice de diffusion, la section Actualités et nouveautés sera la vitrine des nouvelles publications acquises par la Grande Bibliothèque. S'adressant à tous, il proposera une variété de titres populaires, accessibles et récents. Tant par sa collection que par son aménagement intérieur, il promet d'être un lieu attrayant et accueillant où le public aura plaisir à bouquiner, à découvrir les derniers titres parus ou à effectuer quelques recherches pour répondre à ses besoins d'information ponctuelle. À deux pas de l'entrée principale et ouvert 14 heures par jour, 7 jours par semaine, il s'agira certainement de l'un des espaces les plus fréquentés de la Grande Bibliothèque.

Ce service nouveau genre offrira une sélection de nouveautés s'adressant à une clientèle adulte et portant sur une variété de sujets. Les ouvrages choisis pourront être populaires ou présenter un intérêt pour le grand public, faire l'objet d'une médiatisation éveillant la curiosité des lecteurs, traiter d'un sujet d'actualité, être récipiendaires d'un prix connu ou encore avoir été écrits par des auteurs réputés dans leur domaine. En tout, quelque 62 000 documents imprimés et audiovisuels ainsi que 140 revues et journaux garniront ces rayonnages. La plupart des titres seront disponibles en plusieurs exemplaires afin de répondre adéquatement à la demande de la clientèle.

Les livres constitueront la partie la plus importante de la collection avec un total de 52 000 documents et deux sections principales : les romans et les ouvrages documentaires. La section des romans (près du tiers de la collection) sera développée autour des critères de nouveauté et de popularité.

Les best-sellers seront donc à l'honneur et, sauf exception, on exclura les classiques – déjà offerts au niveau 1 de la bibliothèque – afin de laisser toute la place à l'actualité littéraire. Du côté des documentaires (près de la moitié de la collection), on trouvera des ouvrages grand public couvrant une foule de sujets : cuisine, jardinage, rénovation et bricolage, animaux familiers, automobiles, voyages, bref, tout ce qui est susceptible de répondre aux goûts diversifiés de la clientèle. Cinq autres sections distinctes compléteront la collection de livres : les livres de poche, les livres en gros caractères, les bandes dessinées, la collection pour tous en alphabétisation ainsi qu'une sélection d'ouvrages de référence.

La collection Actualités et nouveautés tiendra également compte de l'attrait du public pour la musique et le cinéma, en consacrant une section au son et à l'image. Ainsi, les usagers pourront emprunter des titres populaires et récents parmi les 5000 disques compacts et les 5000 DVD mis à leur disposition.

Enfin, à cette collection diversifiée s'ajouteront les revues et journaux déjà évoqués qui donneront accès à une information à la fine pointe de l'actualité. Quelque 120 abonnements de revues grand public portant sur les sujets les plus populaires seront disponibles pour le prêt. Afin de couvrir l'actualité régionale, nationale et internationale, la section des périodiques offrira également à la clientèle 20 abonnements aux principaux journaux québécois et canadiens ainsi qu'à quelques grands quotidiens étrangers.

Retour au menu


La collection multilingue

par Nicole Beaudry, Coordonnatrice
Section des collections thématiques, Direction des services à la clientèle

Au fil des ans, avec l'arrivée massive d'immigrants originaires de tous les coins du monde, la composition ethnique de la société québécoise s'est considérablement diversifiée et transformée. Celle-ci est aujourd'hui constituée d'une centaine de communautés culturelles qui, fortes de 706 965 personnes, représentent 9,9 % de la population totale du Québec1. Par ailleurs, d'après les données du recensement 2001 de Statistique Canada, la région métropolitaine de Montréal est le principal lieu de résidence de 88 % de ces immigrants.

Jusqu'à la période de l'après-guerre, l'immigration était essentiellement le fait des communautés européennes, notamment des communautés grecque, portugaise et italienne. Au cours des années 1970, une seconde vague d'immigration s'est développée, en provenance principalement d'Haïti et du Vietnam suivie, dans les années 1980, par l'arrivée de nombreux hispanophones et arabophones. Aujourd'hui, les plus récentes données sur l'immigration révèlent qu'outre la France, les cinq principaux pays de naissance des nouveaux arrivants admis au Québec entre 1999 et 2003 sont la Chine, le Maroc, l'Algérie, la Roumanie et Haïti.

La BNQ entend offrir, à l'ouverture de la Grande Bibliothèque, un fonds multilingue d'environ 20 000 documents dans 10 langues pour répondre aux besoins des nouveaux arrivants, des communautés culturelles établies et des personnes souhaitant lire dans une autre langue que le français ou l'anglais, l'apprendre ou en parfaire leur connaissance. Par la suite, ce fonds tiendra compte, dans son développement, non seulement des intérêts, habitudes et besoins de chacune des communautés, mais des variations observées relativement aux pays d'origine des nouveaux arrivants.

Puisque la clientèle des nouveaux arrivants est privilégiée, près des deux tiers de cette collection leur seront consacrés, afin de faciliter leur intégration à la société québécoise tout en leur permettant de maintenir des liens avec leur culture d'origine. On y trouvera des documents produits dans les cinq principales langues des pays d'origine des nouveaux arrivants, soit le chinois, l'arabe, le roumain, le créole et l'espagnol.

La BNQ offrira en outre des documents édités dans la langue des cinq plus importantes communautés culturelles de la région métropolitaine, soit l'italien, l'arabe, l'espagnol, le créole et le grec.

Cette collection aura de plus pour objectif de favoriser l'apprentissage de langues étrangères et la découverte des cultures qui leur sont associées. Elle sera composée de documents dans les cinq langues vivantes les plus enseignées dans les universités québécoises, soit l'espagnol, l'allemand, l'italien, le portugais et le russe et dans les trois langues parlées dans les pays les plus visités par les touristes québécois, en excluant les États-Unis et la France, soit l'espagnol, l'italien et l'allemand (Cuba, République dominicaine, Espagne, Italie, Allemagne).

Principalement constitué de documents de type encyclopédique auxquels s'ajoutera une collection d'ouvrages de fiction, le fonds de la collection multilingue permettra par sa grande variété d'accéder à :

  • des ouvrages de référence;
  • des documentaires en nombre important sur des sujets d'intérêt pour les clientèles ciblées ainsi que sur l'histoire, la géographie et les personnages célèbres de leur pays d'origine;
  • un choix d'œuvres littéraires en langue originale considérées comme des classiques et provenant des pays des clientèles ciblées;
  • un choix d'œuvres classiques de la littérature mondiale traduites dans les langues étrangères ciblées;
  • un choix d'œuvres littéraires d'auteurs contemporains populaires, reconnus pour la qualité de leurs œuvres, écrites ou traduites dans les langues étrangères ciblées;
  • des œuvres littéraires québécoises traduites dans les langues étrangères ciblées.

D'autres collections seront aussi susceptibles d'intéresser l'une ou l'autre des clientèles visées :

  • des journaux en langues étrangères des principales capitales du monde (version imprimée);
  • un choix de journaux en langues étrangères de plusieurs pays (version électronique);
  • des revues, grand public, dans les 10 langues ciblées;
  • une sélection de titres de la presse ethnique, en français, en anglais ou en langues étrangères, publiés au Québec.

Outre la consultation et le prêt de la collection de documents imprimés, la BNQ mettra aussi à la disposition de ces clientèles un laboratoire de langues, des visites guidées et de nombreuses formations et animations. L'Espace Jeunes offrira également une collection d'environ 4 000 documents dans les cinq principales langues des nouveaux arrivants qui permettra aux parents de bercer ou d'endormir leurs enfants en lisant des contes et autres histoires dans la langue de leur pays d'origine.


 

1 Source: Statistique Canada, Recensement 2001, compilations spéciales du ministère des Relations avec les citoyens et de l'Immigration

 

Retour au menu


Un nouveau lieu d'accueil pour les cinéphiles : la vidéothèque de la Grande Bibliothèque

par Isabelle Séguin, Coordonnatrice des services audiovisuels
Direction des services à la clientéle

Les Québécois sont des fervents de cinéma et cette tendance ne se dément pas. Le cinéma est la sortie la plus populaire parmi tous les groupes d'âge et les films de location font maintenant partie des habitudes. Les sorties au cinéma devancent, et de loin, tous les autres types de sorties culturelles : festivals, théâtre, concerts de musique et spectacles d'humour. La Cinémathèque québécoise, Ex-Centris, la Robothèque de l'Office national du film ainsi que les nombreuses salles de cinéma commerciales font du Quartier Latin un lieu de convergence pour les cinéphiles. Dans ce contexte, on ne peut s'étonner que la Grande Bibliothèque, sise au cœur de ce quartier, comporte une vidéothèque qui offrira à sa clientèle une riche collection de documents visuels.

De nombreuses bibliothèques publiques d'ici et d'ailleurs ont déjà mis sur pied de telles collections; elles sont partie intégrante des services offerts à la population. À la BNQ, la collection de documents visuels constituera une grande première pour l'institution. C'est par le biais de la collection de prêt et de référence que les documents visuels feront leur entrée à la Bibliothèque.

L'objectif principal de la vidéothèque est d'offrir une collection de prêt de plus de 16 000 documents dans un but de divertissement, d'enrichissement culturel, d'éducation, d'information et de recherche. Une collection en consultation sur place de 1 000 films alimentera la programmation en salle et le visionnement sur place. La Bibliothèque vise à constituer un fonds d'œuvres cinématographiques présentant un large éventail de films de répertoire. La collection sera composée de films de fiction de toutes provenances, mais une attention particulière sera apportée à la production québécoise. Tous les genres seront représentés : drames, comédies, séries télévisées, films fantastiques et d'horreur, films musicaux, films d'animation, films policiers, etc. Les documentaires de fond, les versions filmées de représentations artistiques et les guides pratiques seront également disponibles à la vidéothèque, en appui à la collection de monographies de la Bibliothèque. Quelque 3 500 films pour enfants seront offerts à l'Espace Jeunes.

À l'ouverture de l'édifice, on retrouvera principalement des documents sur DVD. La vidéocassette est en effet en perte de vitesse et sera supplantée sous peu par ce support. La Bibliothèque prévoit à court ou à moyen terme d'offrir des fichiers vidéo numériques par le biais de l'Internet. Ce projet pourra être réalisé lorsque les progrès technologiques permettront d'améliorer les infrastructures et que les problèmes reliés à la bande passante seront résolus. Des ententes seront alors réalisées avec de grands fournisseurs afin d'obtenir du matériel en ligne qui servira à alimenter la collection en consultation sur place.

Retour au menu


Coup d'oeil sur les collections du Service québécois du livre adapté

par Chafika Hamdad, Bibliothécaire
Service québécois du livre adapté

Quiconque a vu le graphique des collections de la Grande Bibliothèque aura été intrigué par le 2 % totalisé par les collections en provenance de l'Institut Nazareth et Louis-Braille et de La Magnétothèque.

Ce « petit » 2 %, s'il n'impressionne pas dans le grand catalogue de la Bibliothèque nationale, prend une autre dimension quand il est mesuré non plus aux autres collections mais par rapport à l'offre de livres adaptés au Québec.

On en réalise aussi l'importance quand il est évalué en termes de travail, d'efforts investis et de coûts pour le constituer.

Ce pourcentage représente les titres de langue française actuellement offerts par le Service québécois du livre adapté (SQLA1) à ses usagers ayant une déficience perceptuelle2. Il est composé de quelque 50 000 documents, dont 11 000 titres en braille, 11 000 sur cassettes, 300 sur disques compacts3.

Ces collections comprennent des œuvres de fiction, des documentaires, ainsi que des livres pour les adultes et pour les plus jeunes. Soulignons que la littérature québécoise y occupe une place privilégiée. Pour comprendre les particularités de ces collections, il est nécessaire de comprendre celles de leur processus d'acquisition.

Contrairement à toutes les bibliothèques qui s'approvisionnent auprès d'un florissant marché du livre pour garnir leurs rayons et répondre aux besoins de leurs usagers, au SQLA les livres achetés doivent d'abord être adaptés avant d'être mis en circulation. Le processus d'acquisition en est donc considérablement rallongé. Et comme l'adaptation est faite par des « producteurs4» et qu'elle n'est pas gratuite, les coûts d'acquisition s'en trouvent au moins décuplés.

La sélection des titres à produire sous forme sonore ou en braille requiert une grande attention. Si, comme dans toute bibliothèque, elle constitue une opération d'importance qui mobilise les compétences des bibliothécaires, au SQLA elle est plus longue et délicate car on y tient compte de critères supplémentaires pour choisir les titres à adapter.

Chaque titre choisi doit à la fois être adaptable, répondre aux besoins des usagers, à des demandes exprimées et concourir à l'équilibre du catalogue.

Au Québec, pour leur lecture de détente, les personnes ayant une déficience perceptuelle ne disposent que d'un seul point d'accès : le Service québécois du livre adapté. Lorsque le livre qu'elles veulent lire n'y est pas disponible, elles n'ont d'autre choix que d'attendre qu'il le soit. Point de réseau de bibliothèques ni, en dernier recours, de librairie où l'acheter. Malgré les efforts conjugués des bibliothécaires et des producteurs, il leur faut bien souvent attendre au mieux un mois, au plus un an, avant de pouvoir lire le livre qui vient de paraître et dont tout le monde parle.

De plus, et en raison des contraintes liées aux coûts, aux capacités et aux délais de production, la quantité annuelle de titres offerts est limitée5.

En matière d'adaptabilité, c'est aux bibliothécaires qu'il revient de s'assurer que l'ouvrage envoyé au producteur se prête à la lecture, à l'enregistrement en studio ou à la transcription en braille. Un contenu trop visuel peut constituer un obstacle à l'adaptation du livre; les ouvrages pratiques, presque tous les ouvrages d'art ainsi que ceux de référence – les dictionnaires notamment – figurent parmi les titres « difficilement ou non adaptables ». Ils sont donc présents en faible proportion dans le catalogue.

Toutefois, il arrive qu'après concertation avec les producteurs et pour certains titres très demandés, des livres de cette catégorie soient tout de même lus et enregistrés en studio ou transcrits en braille.

Aujourd'hui cependant, avec la numérisation des processus d'enregistrement en studio et de production de braille, bien des écueils disparaissent, rendant possible l'accessibilité à de tels contenus.

Faire place à ces collections dans le catalogue de la prestigieuse institution qu'est la Bibliothèque nationale du Québec, c'est non seulement reconnaître leur importance mais aussi et surtout contribuer à l'intégration sociale des personnes handicapées.


1 Issu, en novembre 2001, du regroupement des services de bibliothèque de La Magnétothèque et de l'Institut Nazareth et Louis-Braille, il sera intégré à la Grande Bibliothèque en avril 2005.

2 La déficience perceptuelle se définit comme étant une déficience qui empêche ou rend impossible la lecture d'un document dans sa forme originale, et inclut :

  • toute déficience reliée à l'acuité et au champ visuels;
  • l'incapacité à tenir ou à manipuler un livre;
  • des difficultés de compréhension.

3 Ce chiffre ne comprend pas les titres et exemplaires supplémentaires que la GB offrira à l'ouverture, en avril 2005.

4 Les titres qui composent les collections du Service québécois du livre adapté proviennent des deux grands producteurs québécois, partenaires de la Bibliothèque nationale du Québec: l'Institut Nazareth et Louis-Braille pour le braille et La Magnétothèque pour le sonore. L'INLB transfère également à la GB des exemplaires de livres sur cassettes produits par l'Institut national canadien pour les aveugles (INCA).

5 Les acquisitions annuelles actuelles varient entre 600 et 700 titres pour le sonore, 250 et 300 pour le braille.

À titre d'exemple, le seul premier tome de la très populaire trilogie Le goût du bonheur de Marie Laberge était disponible en version sonore quatre mois après sa parution. Il aura nécessité 40 heures de lecture en studio (7 cassettes : 27 heures d'écoute) et aura coûté approximativement 1000 dollars pour sa production.

En braille, il était disponible au bout de trois mois (délai exceptionnellement court) en 14 volumes, soit 1577 pages, et avait coûté 2840 dollars.

 

Retour au menu.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.