À propos de BAnQ

Historique

Née en 2006, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) est le fruit de la fusion de deux grandes institutions nationales : la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) et les Archives nationales du Québec (ANQ). Voici son histoire.

1920    Les Archives de la province de Québec voient le jour avec la nomination de Monsieur Pierre-Georges Roy comme archiviste du gouvernement. L'institution relève alors du Secrétariat de la province et veille particulièrement à la conservation des archives du Régime français.

1921    L'institution publie son premier rapport annuel. Ce document, essentiellement scientifique, est intitulé Rapport de l'archiviste de la province de Québec. Il paraîtra sous cette forme jusqu'en 1975.

1931    Les Archives de la province de Québec emménagent au nouveau Musée du Québec (aujourd'hui le Musée national des beaux-arts du Québec).

1961    Le ministère des Affaires culturelles, qui vient d'être créé, veillera désormais au développement des Archives du Québec.

1967    L'Assemblée nationale du Québec adopte, le 12 août, une loi instituant la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) qui relève du ministère des Affaires culturelles. Les collections et les biens de la bibliothèque Saint-Sulpice, située rue Saint-Denis à Montréal, constituent son premier fonds documentaire. Créée en 1915 par la congrégation des Sulpiciens, cette bibliothèque avait été acquise par le gouvernement du Québec en 1941.

1968    Le Règlement sur le dépôt légal entre en vigueur le 1er janvier, obligeant pour la première fois les éditeurs québécois à déposer à la BNQ deux exemplaires de leurs œuvres imprimées. Les livres, brochures, journaux, revues, livres d'artistes et partitions musicales sont soumis à ce règlement.

1969    La Bibliographie du Québec, répertoire de tous les documents publiés au Québec, paraît pour la première fois. Elle est publiée tous les mois depuis ce moment.

1970    Les Archives du Québec porteront dorénavant le nom d'Archives nationales du Québec (ANQ). Ces dernières se voient alors confier, par voie législative, le pouvoir de décider de la conservation ou de l'élimination des documents gouvernementaux.

1971    Le Québec amorce un vaste projet de régionalisation des ANQ avec l'ouverture du Centre d'archives de Montréal.

1975    La régionalisation des ANQ se poursuit avec l'ouverture, à Trois-Rivières, du Centre d'archives de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

1977    Les ANQ continuent de s'enrichir avec l'ouverture, à Hull (maintenant Gatineau), du Centre d'archives de l'Outaouais et celle, l'année suivante, du Centre d'archives du Saguenay−Lac-Saint-Jean situé à Chicoutimi (maintenant Saguenay).

1979    Le réseau des ANQ connaît une nouvelle phase de développement avec la création des centres d'archives de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec (à Rouyn-Noranda), de l'Estrie (à Sherbrooke) et du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (à Rimouski).

C'est également le début de l'informatisation de la description et de la gestion des archives conservées par les ANQ grâce au système SAPHIR.

Haut1980    Le premier tome de la Bibliographie du Québec 1821-1967 est publié. Cet ouvrage important, qui paraîtra en 26 tomes, retrace les documents publiés avant l'application du Règlement sur le dépôt légal.

Le premier ministre René Lévesque inaugure le nouveau Centre d'archives de Québec, siège social des ANQ, situé dans le pavillon Louis-Jacques-Casault du campus de l'Université Laval.

1981    Le Québec complète son réseau de neuf centres d'archives avec l'ouverture, à Sept-Îles, du Centre d'archives de la Côte-Nord.

1983    La Loi sur les archives, qui vient d'être adoptée et sanctionnée, entre en vigueur.

1985    Les ANQ adoptent une politique de gestion des documents actifs du gouvernement et un règlement sur les calendriers de conservation. Une politique de gestion des documents semi-actifs suivra en 1988, puis une politique de gestion des documents inactifs des organismes publics.

1987    En plein essor, les ANQ publient Normes et procédures archivistiques des Archives nationales du Québec, un ouvrage important qui connaîtra plusieurs rééditions.

C'est aussi le début des travaux d'un comité interministériel sur les archives judiciaires formé à l'instigation des ANQ pour résoudre le problème lié au volume des archives judiciaires qui croît de façon exponentielle.

1989    La Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec, constituant celle-ci en société d'État, entre en vigueur le 1er avril. Monsieur Philippe Sauvageau est nommé président-directeur général et le conseil d'administration, composé de neuf membres, entre en fonction. Votée en novembre 1988 par l'Assemblée nationale, cette loi confère une plus grande autonomie à l'institution.

Les ANQ se dotent d'une politique sur les archives privées, puis, l'année suivante, d'un règlement permettant d'accorder à des services d'archives privées le statut de service agréé.

À l'instigation du conservateur des ANQ, l'Association internationale des archives francophones (AIAF) est créée. Son siège social et son secrétariat sont établis à Québec sous la responsabilité des ANQ.

Haut1990    Les ANQ amorcent le développement d'un réseau de services d'archives privées agréés.

1992    Un nouveau règlement de l'Assemblée nationale autorise l'élargissement du dépôt légal aux estampes originales, affiches, reproductions d'œuvres d'art, cartes postales, enregistrements sonores, logiciels, documents électroniques et microéditions.

La ville de Montréal est le site du XIIe Congrès international des Archives, dont les ANQ sont coorganisatrices. Ce congrès, qui se tient pour la première fois au Canada, réunit plus de 2700 archivistes de tous les continents et constitue une vitrine exceptionnelle pour l'archivistique québécoise.

1994    Le catalogue Iris, permettant un accès en ligne gratuit à toutes les collections de la BNQ, est offert au public.

Les ANQ mettent en place un nouveau système informatique, Pistard, donnant aux chercheurs un accès direct aux banques d'information sur les archives conservées dans leurs neuf centres d'archives.

1996    Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal entament en avril des pourparlers pour examiner la pertinence de reloger au même endroit la collection de diffusion de la BNQ et la collection de la Bibliothèque centrale de Montréal, en raison de problèmes d'espace. En décembre, le gouvernement met sur pied un comité, sous la présidence de monsieur Clément Richard, pour étudier la possibilité de créer une grande bibliothèque publique au Québec.

1997    Le gouvernement inaugure le siège social et le Centre de conservation de la BNQ. Situé rue Holt à Montréal, ce centre répond aux standards les plus stricts en matière de conservation des documents. Il constitue la première étape de relocalisation des collections et des services de la BNQ.

À la suite du dépôt du rapport Richard, qui conclut à la nécessité de construire une grande bibliothèque, le gouvernement nomme un conseil provisoire pour définir le programme des besoins, les orientations législatives et les principes de protocoles entre la BNQ, la Bibliothèque centrale de Montréal et ce qui deviendra la Grande bibliothèque du Québec (GBQ).

Au mois de novembre de la même année se tient une commission parlementaire sur le rapport Richard au cours de laquelle sont entendus 30 organismes et individus.

1998    La ministre de la Culture et des Communications dépose, en mars, un projet de politique de la lecture et du livre dans lequel elle précise le rôle et les missions nationales de la GBQ. Des audiences publiques sont tenues pour déterminer le site de construction de la nouvelle institution. Le site du Palais du commerce à Montréal est recommandé par 70 % des participants.

En juin, le gouvernement opte pour le site du Palais du commerce et l'Assemblée nationale adopte unanimement la loi constituant la GBQ. Madame Lise Bissonnette entre en fonction, en août, comme présidente-directrice générale; six membres du conseil d'administration sont nommés.

Haut2000    Le gouvernement du Québec adopte, en janvier, un décret autorisant notamment le budget de construction et le Programme des espaces et des besoins de la GBQ.

La GBQ lance un concours international d'architecture et retient, en juin de la même année, une équipe d'architectes de Vancouver et de Québec. Entre-temps, le protocole sur le transfert des collections de diffusion entre la BNQ et la GBQ est signé et une entente-cadre de négociation entre la Ville de Montréal, la GBQ et le ministère de la Culture et des Communications est ratifiée.

Le Centre d'archives de Montréal quitte le quartier Pointe-Saint-Charles pour s'installer dans le magnifique immeuble de l'ancienne École des hautes études commerciales (HEC), avenue Viger.

2001    Le gouvernement du Québec adopte, en juin, une loi fusionnant les activités de la BNQ et de la GBQ. Cette nouvelle société d'État portera le nom de Bibliothèque nationale du Québec (BNQ). Elle héritera de deux mandats distincts : d'une part, l'acquisition, la conservation et la diffusion de la collection nationale et, d'autre part, l'acquisition et la diffusion d'une collection de prêt grand public.

2002    La nouvelle Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec entre en vigueur le 4 mars.

2001-2004    La Grande Bibliothèque, futur édifice de diffusion de la BNQ, est construite boulevard De Maisonneuve à Montréal.

2004    Le gouvernement du Québec annonce, en mai, la fusion de la BNQ et des ANQ, dans le cadre du Plan de modernisation de l'État présenté par le Conseil du trésor.

Automne 2004    Les collections de diffusion de la BNQ, les collections de la Bibliothèque centrale de Montréal et les collections nouvellement acquises sont transportées à la Grande Bibliothèque.

2004    Le gouvernement du Québec adopte, en décembre, le projet de loi no 69 modifiant la Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec, la Loi sur les archives et d'autres dispositions législatives. Cette loi planifie la création d'une nouvelle institution, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), vouée à l'acquisition, à la conservation et à la diffusion du patrimoine documentaire publié, archivistique et filmique.

2005    Le 30 avril et le 1er mai, la Grande Bibliothèque accueille le public pour deux journées portes ouvertes. Le mardi 3 mai marque le début officiel des activités.

2006    Le projet de loi no 69 modifiant la Loi sur la Bibliothèque nationale du Québec, la Loi sur les archives et d'autres dispositions législatives entre en vigueur le 31 janvier 2006. C'est la naissance officielle de la nouvelle institution, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

La Direction générale de la conservation de BAnQ transfère 502 fonds et collections d'archives privées du domaine de la littérature, faisant partie des collections de l'ancienne Bibliothèque nationale de Québec, vers le Centre d'archives de Montréal et certains autres centres d'archives de BAnQ.

En mai, l'association Les Amis de BAnQ est créée.

Haut2007    La ville de Québec accueille la 40e Conférence internationale de la Table ronde des archives (CITRA). Organisé conjointement par BAnQ et Bibliothèque et Archives Canada (BAC), cet événement réunit près de 200 personnes, dont 123 représentants officiels de 66 pays.

À l'initiative de BAnQ, un protocole de prêt entre bibliothèques publiques du Québec est élaboré.

Le consortium Patkau (Vamcouver) et Menkès Shooner Dagenais Letourneux Architectes (Montréal) reçoit le prestigieux prix d'architecture American Institute of Architects / American Library Association  Library Building Awards 2007 pour la réalisation de la Grande Bibliothèque.

2008    Le Catalogue des bibliothèques du Québec et le réseau de prêt entre bibliothèques sont créés à l'initiative de BAnQ.

De nombreux membres du personnel de BAnQ participent à la préparation et au déroulement du 74e congrès mondial de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions (IFLA) qui réunit à Québec, du 10 au 14 août, quelque 4000 bibliothécaires et documentalistes en provenance de 150 pays, sur le thème Bibliothèques sans frontières : naviguer vers une compréhension globale.

L'Allée des bouquinistes ouvre ses portes au printemps.

2009    Lancement du premier numéro de la Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et de l'ouvrage BAnQ – un siècle d'histoire.

Le 22 juin, monsieur Guy Berthiaume entre en fonction comme président-directeur général.

En décembre, une cérémonie souligne la 3 millionième visite de l'année à la Grande Bibliothèque.

2010   BAnQ  lance le Service québécois de traitement documentaire, guichet unique permettant aux bibliothèques québécoises de s'approvisionner à diverses sources de notices catalographiques.

2011   La plateforme PRÊTNUMÉRIQUE.CA est créée, grâce à la collaboration des bibliothèques publiques québécoises, de BAnQ et du milieu du livre et de la firme DeMarque. Cette plateforme permet aux bibliothèques publiques d’offrir une vaste sélection de livres numériques à emprunter.

2014    En avril, lancement de la première campagne de financement publique de la Fondation de BAnQ.

En mai, la Grande Bibliothèque reçoit sa 25 millionième visite à la Grande Bibliothèque depuis l'ouverture.

Le 18 août, madame Christiane Barbe entre en fonction comme présidente-directrice générale.

2015    Lancement de BAnQ numérique, la nouvelle plateforme Web de l’institution qui, à terme, rendra accessible l’ensemble des ressources numériques offertes au public par BAnQ.

Haut2016  Le 31 janvier, 10e anniversaire de la naissance de l’institution, à la suite de la fusion entre la Bibliothèque nationale du Québec et les Archives nationales du Québec.

 À cette occasion, BAnQ se voit confier le mandat de faire revivre la bibliothèque Saint-Sulpice, qui abritera le projet l'Incubateur, articulé autour de deux grands axes complémentaires : une bibliothèque destinée aux adolescents et un carrefour d’innovation et de création centré sur les nouvelles technologies.

Nos partenaires

Catalogue des bibliothèques du Québec. RFN. RDAQ. Les Amis de BAnQ. Fondation de BAnQ.